Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Volkswagen : le cas Skoda pose question au sein de la famille VAG

Dans Economie / Politique / Politique

Volkswagen : le cas Skoda pose question au sein de la famille VAG

La vie de groupe a des avantages mais aussi ses inconvénients. Surtout lorsque l’un des membres semble plus profiter du système que les autres tout en privilégiant d’abord ses origines plutôt que sa nouvelle identité. C’est le cas actuel de Skoda qui est carrément la deuxième marque la plus rentable de Volkswagen. Elle bénéficie de la technologie des Allemands mais produit avant tout en République tchèque, un fonctionnement qui lui permet de revendiquer un joli chiffre d’affaires. Et ça agace en Allemagne.

Skoda marche bien et sans doute un peu trop bien. Le constructeur doit produire plus pour satisfaire la demande, une situation qui pousse les dirigeants et les syndicats de la marque Volkswagen à imaginer un dispositif qui limiterait les effets de la concurrence de Skoda. Le principe ? Transférer une partie de sa production en Allemagne et en lui faisant payer plus cher l'utilisation de technologies communes.  

Un schéma qui n’est pas du goût de la République Tchèque. Le principal syndicat de Skoda a estimé que cela pourrait se traduire par la perte de 2 000 emplois sur les 28 000 permanents enregistrés fin 2016. Bernhard Maier, le directeur général de la filiale tchèque de Volkswagen, a dû prendre position pour, d’abord, rappeler que Skoda avait embauché 3 000 personnes ces derniers mois et comptait embaucher encore pour "pouvoir satisfaire une demande qui augmente".

L’affaire a pris une tournure politique. Skoda et d'autres groupes industriels ont en effet rencontré le Premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka. Skoda a promis de faire le maximum pour ne pas mettre en péril les emplois en République tchèque, a déclaré le Premier ministre lors d'une conférence de presse. Mais le problème reste entier : Skoda évolue aux limites de ses capacités. À l’heure actuelle, pour ce qui concerne la demande globale, le constructeur ne peut la couvrir à partir de la République tchèque et c'est pourquoi de nouvelles capacités de production sont recherchées. Skoda avait déjà vendu un volume record de 1,13 million de véhicules en 2016.

Mots clés :

Commentaires (42)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

il y a une autre option : que VW baisse les prix de sa marque

Par

Skoda c'est juste des wagen Audi rebadgé vendu au vrai prix...

Par

Ça commence à se tirer dans les pattes et à se manger entre eux. Forcément : c'est signe que l'avoine commence à se raréfier...

Tant que ces malfrats sont occupés, soit par leur affaires judiciaires, soit par les règlements de comptes entre eux, ils sont moins focalisés sur le business.

Il s'agit ici d'un cas classique au sein d'un groupe : le curseur de fixation des PCI (Prix de Cession Interne). Abaissés pour une filiale acheteuse (donc coûts augmentés pour la filiale vendeuse), cela procure un double avantage :

- améliorer artificiellement et rapidement la rentabilité "officielle" d'une marque, afin de pouvoir communiquer que la mariée est belle même si ce n'est pas forcément le cas ; certain que Seat bénéficie actuellement de ce traitement de faveur...

- piloter les comptes afin de payer moons d'impôts, en surchargeant les marques rentables

Par

Amusant d'illustrer cet article avec l'ancien logo de la marque....

Dans ce monde globalisé, la solution pourrait peut être passer par la production d'au moins un modèle en Chine où la marque Skoda est également diffusée et progresse bien.

VAG possède 20 usine là bas...

Et comme dit le gusse au dessus, rien de plus facile dans un groupe comptant autant de marques de faire dire un peu ce qu'on veut aux chiffres par marques, avec autant de plateformes et de pièces communes... suffit d'imputer les coûts de développement sur telle ou telle gamme pour immédiatement pouvoir transformer la citrouille en carrosse et vice-versa.

Rappelons que les coûts M.O en production automobile sont très faibles. On pourrait même dire dérisoires sur les sites de production les plus rationnels et robotisés.

( voir le sujet d'hier sur France 5, "un monde sans travail ?" ).

Par

En réponse à Entouteobjectivité

Ça commence à se tirer dans les pattes et à se manger entre eux. Forcément : c'est signe que l'avoine commence à se raréfier...

Tant que ces malfrats sont occupés, soit par leur affaires judiciaires, soit par les règlements de comptes entre eux, ils sont moins focalisés sur le business.

Il s'agit ici d'un cas classique au sein d'un groupe : le curseur de fixation des PCI (Prix de Cession Interne). Abaissés pour une filiale acheteuse (donc coûts augmentés pour la filiale vendeuse), cela procure un double avantage :

- améliorer artificiellement et rapidement la rentabilité "officielle" d'une marque, afin de pouvoir communiquer que la mariée est belle même si ce n'est pas forcément le cas ; certain que Seat bénéficie actuellement de ce traitement de faveur...

- piloter les comptes afin de payer moons d'impôts, en surchargeant les marques rentables

ridicule comme d hab! a la base skoda de beneficie pas d avantage de prix par rapport aux autres filiales.

relis l article.....skoda produit en république tchèque donc ses couts sont moindres.

le but de VW est de faire produire une partie de skoda en allemagne car la demande est forte et lui vendre plus cheres les technologies.

Par

En réponse à roc et gravillon

Amusant d'illustrer cet article avec l'ancien logo de la marque....

Dans ce monde globalisé, la solution pourrait peut être passer par la production d'au moins un modèle en Chine où la marque Skoda est également diffusée et progresse bien.

VAG possède 20 usine là bas...

Et comme dit le gusse au dessus, rien de plus facile dans un groupe comptant autant de marques de faire dire un peu ce qu'on veut aux chiffres par marques, avec autant de plateformes et de pièces communes... suffit d'imputer les coûts de développement sur telle ou telle gamme pour immédiatement pouvoir transformer la citrouille en carrosse et vice-versa.

Rappelons que les coûts M.O en production automobile sont très faibles. On pourrait même dire dérisoires sur les sites de production les plus rationnels et robotisés.

( voir le sujet d'hier sur France 5, "un monde sans travail ?" ).

Vag produit déjà 60% du Cayenne en Chine, et 80% des Lambo en Europe de l'est. Les clients sont en droit de le savoir, objectivement :bien:

Origine noble, n'est ce pas, et clin d'oeil toujours à ceux qui se moquent de l'actionnaire chinois de Psa :ange:

Partant de là, ce groupe Vag n'aura aucun état d'âme à délocaliser la production de pièces Skoda (donc Audi...) n'importe où du moment qu'il ira chercher du prix. Même si ces lieux s'assoient clairement sur les droits de l'homme et du travail "éthique", responsable...

Par

Faillite en perspective, donc on commence à vouloir se débarrasser de ses gosses :biggrin::biggrin::biggrin:

Par

En réponse à TeamGreen74

ridicule comme d hab! a la base skoda de beneficie pas d avantage de prix par rapport aux autres filiales.

relis l article.....skoda produit en république tchèque donc ses couts sont moindres.

le but de VW est de faire produire une partie de skoda en allemagne car la demande est forte et lui vendre plus cheres les technologies.

Après Skoda c'est du taudi rebadgé. La qualité tchèque en plus:bien:

Par

Bon il y en a un (roc) qui dit que les coûts sont marginaux et ce grâce à la robotisation en masse et l'autre le matou (teamgreen74) qui raconte que Skoda a des bas coûts et un avantage conséquent grâce aux salaires moindres en république Tchèque :biggrin:

On va donc laisser aux les deux bisousouseurs trouver entre eux l'explication rationnelle car l'un des deux est sur à coté de la plaque (ils ont une explication chacun mais contradictoire) :ddr:

:up:

Par

En réponse à Entouteobjectivité

Vag produit déjà 60% du Cayenne en Chine, et 80% des Lambo en Europe de l'est. Les clients sont en droit de le savoir, objectivement :bien:

Origine noble, n'est ce pas, et clin d'oeil toujours à ceux qui se moquent de l'actionnaire chinois de Psa :ange:

Partant de là, ce groupe Vag n'aura aucun état d'âme à délocaliser la production de pièces Skoda (donc Audi...) n'importe où du moment qu'il ira chercher du prix. Même si ces lieux s'assoient clairement sur les droits de l'homme et du travail "éthique", responsable...

"du travail "éthique", responsable..."

Les salariés PSA d'AULNAY saluent l'éthique de leur employeur.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire