Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Voxan : pas encore mort ?

Dans Moto / Pratique

Voxan : pas encore mort ?

On peut dire que Voxan est un peu comme un Phénix, il renaît de ses cendres. Quelques jours après la mise en liquidation judiciaire prononcée par le tribunal de commerce de Clermont-Ferrand et dont l'absence des investisseurs à l'audience s'est fait cruellement remarquer. Ils réaffirment aujourd'hui leur volonté et l'engagement qu'ils font vis-à-vis de Voxan. Mais ça me rappelle une douce expression que l'on devrait appliquer souvent : « les actes valent bien mieux que les mots ». Alors, messieurs de la FIL, les sous, ils sont où ?


Pourtant, le mandataire de la société Luxembourgeoise a fait son apparition à Clermont-Ferrand pour se défendre les rangs pris pour la survie de Voxan. Il confie à nos confrères du Progrès : « « Nous sommes toujours sur les rangs pour Voxan, et l'affaire est en cours. Nous n'avons pas changé de position, et nos avocats étudient actuellement comment conclure ce dossier. Il n'y a pas de pataquès ».


A contrario, il se refuse de parler plus de la société financière FIL qui était sensée amener les 10 millions d'euros d'investissement de base pour le projet de relance de la marque. Il précise : « Je connais Voxan depuis sa création, et il est dommage que cette maison n'ait pas eu les moyens de son aura. J'ai proposé aux dirigeants de la FIL de reprendre Voxan, et ils m'ont suivi. Cette décision est toujours d'actualité. Avec les fêtes, nous avons été pris par le temps, mais en début d'année nous montrerons que nous sommes toujours sur les rangs ».


En ce qui concerne donc les fonds, cela fait quand même 3 semaines (2 dixit Eric Barbier) qu'ils auraient du pointer le bout de leur nez. La liquidation judiciaire n'aurait pas eu lieu si l'argent était arrivé à temps. Le mandataire se décharge en expliquant que ce n'est pas de son ressort et qu'il ne sait pas où ça en est.


Du côté des avocats de la FIL, Michel Lacroix soutient que le projet va être mené a bien avec entre autres un partenariat avec un accessoiriste italien pour mettre à jour une ligne de casques. Mais aujourd'hui, le statut de la société a changé alors que cela aurait pu être évité. Surtout pour les personnes qui sont impliquées de loin où de près avec Voxan.


Eric Barbier ne cesse d'insister sur le fait que les fonds vont bien être injectés et que le projet ambitieux de remettre Voxan sur la voie du succès aura bien lieu.


Source


Mots clés :

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Les actionnaires de la FIL sont au nombre de 2, SUDAN LIMITED (Gibraltar) et TIGERLILY LLC au Delaware (USA). Hyper rassurant. La personne qui se prétend comme mandataire de la FIL, Eric BARBIER, n'est pas répertorié en qualité d'administrateur ou dirigeant au Registre du Commerce du Luxembourg. En outre un de ses anciens administrateurs de la FIL est ramifié avec les consorts CAZEAUX, dirigeant actuel de VOXAN. Une chose est certaine, si le Tribunal accorde encore du crédit à cette offre, des plaintes au pénal vont tomber

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire