Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Waze, TomTom et Coyote complices des terroristes ?

Dans Moto / Pratique

Waze, TomTom et Coyote complices des terroristes ?

Réalité ou mauvaise foi ? Scandaleuse récupération ou faits vérifiés ? Ce qui est certain, c'est que l'initiative vient de nos dirigeants français qui ont saisi la Commission européenne sur la légitimité du fonctionnement des outils Coyotte, TomTom, Waze et même Facebook. Pourquoi ? Parce qu'ils signalent la présence des forces de l'ordre. Entre autres. Mais c'est l'angle d'attaque. La Commission européenne a maintenant trois mois pour se prononcer.


C'est peut-être un tournant dans la lutte contre le terrorisme, mais c'est peut-être aussi une sortie de route de la part de nos pouvoirs publics qui se sont saisis d'un fait gravissime pour éliminer des outils qui les empêchent de verbaliser en rond. Les boîtiers comme Coyote, les GPS comme TomTom, mais aussi les réseaux sociaux relayés par les smartphones comme Waze ou Facebook sont ainsi dans le collimateur de nos dirigeants.


Ces derniers ont avancé le risque terroriste, pour soumettre à la Commission européenne un projet de décret visant à interdire le signalement de la présence des forces de l'ordre à tous les systèmes électroniques. Si le projet devait être entériné, il ouvrirait son principe à une application à l'ensemble des territoires européens. Ce qui ne sera techniquement pas simple, même si l'idée d'inetrdire a été limitée à une distance inférieure à 20 kilomètres une et pour une durée de 24 heures maximum.


Nos dirigeants ont déjà prévu ce qui serait une nouvelle infraction s'ils recevaient le quitus européen: un article R. 131-1 du Code de la route qui instaurera notamment une contravention de cinquième classe (amende pénale de 1.500 €, 3.000 € en cas de récidive) pour les exploitants qui diffuseront malgré tout les informations.


On rappellera qu'en 2011, le gouvernement avait tenté d'interdire ces échanges d'alertes entre usagers. La mobilisation de ces derniers avait fait capoter la démarche et c'est à la même mobilisation qu'appelle l'association 40 millions d'automobilistes. On n'oubliera pas non plus de mentionner que ces GPS informent aussi sur l'état du trafic, les accidents, les voitures en panne, les conditions météo et autres incident sur la chaussée. Ce qui est vraiment bon pour la Sécurité routière.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire