Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Yamaha Motor: un bilan mitigé en 2016

Dans Moto / Pratique

Yamaha Motor: un bilan mitigé en 2016

C'est un bilan pour le moins mitigé qu'a présenté Yamaha Motor pour l'exercice 2016. Promettant une année 2017 meilleure, l'enseigne aux trois diapasons surfe entre les taux de change et la conjoncture pour tirer son épingle du jeu. Reste que la division deux roues n'est pas tout à fait dans le vert.


Yamaha, ce ne sont pas seulement des deux roues, c'est aussi des équipements nautiques et c'est avec cet ensemble que la marque d'Iwata a fait son bilan 2016. Qui se résume ainsi : un bénéfice net en petite hausse mais une rentabilité en recul.


Le résultat net s'est élevé de 5,2% à à 63,15 milliards de yens grâce à de moindres charges d'impôts. En revanche, son bénéfice d'exploitation a chuté de 16,7% à 108,6 milliards de yens malgré des réductions de coûts, sur un chiffre d'affaires en déclin de 7,9% à 1.502,8 milliards de yens. Yamaha Motor explique avoir été pénalisé par l'appréciation du yen sur la période face aux principales devises (dollar et euro), mais aussi face aux monnaies de pays émergents (Indonésie, Brésil, Inde).


Hors ces effets de changes, les ventes ressortent en progression de 1,8% et le profit opérationnel de 17%. Dans la division des deux-roues, si les recettes ont fléchi de 10% et les profits de 8%, les ventes en volume ont quant t à elles augmenté en Inde, au Vietnam et aux Philippines. Mais elles ont stagné dans les marchés développés et ont même reculé en Indonésie, en Chine et au Brésil.


Le repli également est également d'actualité du côté des produits nautiques tandis que la division des voiturettes et vélos électriques a aussi été à la peine. L'activité plus marginale de robotique industrielle s'en est mieux sortie.


Pour 2017, le groupe japonais promet du meilleur avec un rebond des recettes à 1.600 milliards (+6,5% sur un an) et du bénéfice d'exploitation à 120 milliards de yens (+10,5%). Le gain net devrait par ailleurs gagner 18,8% à 75 milliards de yens.


Mots clés :

Commentaires (5)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

"l’exercice 32016": On ne se voit pas vieillir...

Par Anonyme

 @JP : c'est périmé ton analyse à deux balles, nous on veut du lourd qui envoie, pas une Logan sur deux roues...

Par Anonyme

JP : les constructeurs s'adaptent aux marchés locaux. Il n'y a pas de moto universelle. Les indiens et les chinois ne risquaient pas d'avoir les moyens d'acheter une XT 500 quand elle est apparue.

Par Anonyme

 Anonyme : Il semble que le marché soit déjà bien fourni de ce coté là. ET je te souhaite bien du plaisir entre deux radars ! Marc : Tu soulignes un point important, mais forcé de constater qu'en Europe les constructeurs s'interessent très peu à ce segment. La course à la plus grosse est terminé, il faut rebondir et d'adapter. Aujourd'hui, une minorité de chinois ont largement les moyens d'acheter nos motos, et ce à presque deux fois leurs prix en Europe. Et ils sont plus nombreux que nous ! Pour l'Inde, je sais pas. Merci pour vos réactions :bien:

Par Anonyme

 @JeanPierre : y'a plein d'endroits où y'a pas de radars, et plein de circuits aussi, et moi une pétoire de 50 CV qui se démarre au kick j'en veux pas, je veux un avion de chasse qui me fait bander, pas une moissonneuse-batteuse, ça c'est bon pour les sous-développés qui n'ont jamais connu que des vélomoteurs anémiques rafistolés de partout:pfff:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire