Après l'Airbus de la batterie, l'Airbus de l'hydrogène ?

Les gouvernements allemand et français ont annoncé récemment un début de collaboration dans le privé entre différents acteurs pour la création d'un "Airbus de la batterie" en Europe. Et si, aussi, nous avions un "Airbus de l'hydrogène" ?

Air Liquide est un des acteurs mondiaux majeurs de l'énergie et plus particulièrement de l'hydrogène, mais cette énergie est face au même problème que les batteries en Europe : le manque de cohésion et de soutien à long terme. Le PDG d'Air Liquide, Benoît Potier, a justement fait une déclaration intéressante lors de l'assemblée devant les actionnaires, le 7 mai.

"Les années 2020 seront déterminantes. C'est une des solutions contre le réchauffement climatique. Car c'est une énergie abondante et non polluante. C'est un marché potentiel de 2.500 milliards de dollars à l'échéance 2050". Benoît Potier parle évidemment de l'hydrogène, dont la production a connu quelques évolutions importantes ces dernières années avec l'hydrogène décarboné. Le principe ? Récupérer une partie du CO2 émis lors de la production de l'hydrogène. Nous sommes encore très loin d'un procédé industriel totalement neutre, mais Air Liquide semble confiant sur le futur de cette énergie.

Et justement, pourquoi pas créer l'Airbus de l'hydrogène ? Le PDG d'Air Liquide y croit : "ce que nous avons l'intention de faire, c'est de nous appuyer sur cette dynamique mondiale (en référence à la création du conseil de l'hydrogène, lancé par Air Liquide et Toyota) pour retourner voir le gouvernement français, éventuellement le gouvernement allemand, et faire une promotion de coopération franco-allemande sur ce domaine, de même qu'il y a en une dans la batterie. Il y a beaucoup d'acteurs franco-allemands qui sont intéressés".

Récemment, nous avons vu des géants comme Bosch, Continental ou Audi annoncer des plans pour l'hydrogène. 

Commentaires (15)