Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Acquéreur de la première Desmosedici française : trop de pression !

Dans Moto / Loisirs

Acquéreur de la première Desmosedici française : trop de pression !

Avoir une Moto GP dans son garage, voilà le rêve de beaucoup de motards. Rouler avec sur la route, c'est carrément le fantasme ultime. Comme le génie de la lampe, Ducati a offert la possibilité à une poignée de rêveurs fortunés de transformer leur souhait en réalité : la Desmosedici RR. Il s'agit de la véritable machine de grand prix, à peine adaptée pour qu'elle puisse rouler sur routes ouvertes. Le premier français à en faire l'acquisition s'appelle Bruno Giblasse, il a réservé la sienne dès l'annonce de sa commercialisation. Mais le jour J, le jour qu'il avait tant attendu… ne s'est pas tout à fait passé comme prévu.


Acquéreur de la première Desmosedici française : trop de pression !


La Desmosedici RR, voilà un nom qui laisse songeur. Une machine de compétition tout juste homologuée. Sous ses petits yeux acérés se cache un V4 développant plus de 200 cv et conçu avec des matériaux de premier ordre. Un pièce d'orfèvrerie en série limitée, réservée à ceux qui ont décidé d'y mettre le prix : 55 000 €. Eh oui, rien que ça. Et c'est à la concession Brooklands Motors, en région parisienne, qu'un passionné d'italiennes est venu passer la commande. Le premier propriétaire français d'un de ces modèles hors catégorie. Bruno Giblasse, 48 ans, chauffeur poids lourd normand, acquéreur patient qui attend la venue de la Desmosedici comme celle du messie.


Acquéreur de la première Desmosedici française : trop de pression !


Ce n'est ni un golden boy qui s'offre un nouveau signe extérieur de richesse, ni un pistard chevronné qui veux faire un "vis-ma-vie de Capirossi". Non, juste un grand amateur de balades au guidon de sportives, ancien possesseur d'une Ducati 999 R, ce qui l'a rendu prioritaire pour l'achat de la Desmosedici RR. La commande a été passée en octobre 2004. On peut imaginer l'état de nerf qui résulte d'une telle attente. Ca doit être insurmontable. Chaque jour qui le séparait de la date de livraison devait ressembler à un siècle. Mais un beau matin, ce jour tant attendu fut arrivé… C'est la numéro 35 qui lui était réservée. Dieu soit loué.


Acquéreur de la première Desmosedici française : trop de pression !


Mais voilà, une moto si exceptionnelle, une attente si longue, il en découle une pression difficilement contrôlable. Sa venue à la concession pour récupérer son bolide ne s'est pas tout à fait déroulée discrètement : la presse était là pour immortaliser l'événement. L'enthousiasme, l'euphorie, la peur d'abîmer une si belle pièce… des sentiments ont du s'entremêler dans la tête de Bruno Giblasse qui, quelques mètres à peine après avoir quitté la concession, chute au guidon de sa Ducati Desmosedici RR flambant neuve. Il s'en sort indemne, heureusement. La pièce de collection, elle, a un peu souffert. Et "un peu souffert" doit quand même se traduire pour ce genre d'engins par quelques décimales sur la facture. Enfin, ce n'est que matériel. L'histoire de Bruno Giblasse est tout aussi originale que la moto elle-même, et nous espérons qu'une fois réparée, ils couleront des jours heureux sur les routes Normandes.


Commentaires (48)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

tu parles... avec les pneus neufs glissant et une telle patate... putain c'est trop con pour lui :non:

Par Anonyme

Oh le cauchemard !!! Sortir 55.000 euros après 4 ans d'attente et se bourrer au premier virage !

Par Anonyme

Et 4 ans de plus à attendre pour les pièces détachées...

Par Anonyme

c'est la presse présente lors de cette remise des clefs qui a dû se fendre la poire !! :roll:

Par Anonyme

oh les boules !   une moto GP "à peine adaptée" : tu m'étonnes que ça doit pousser !

Par Anonyme

A mon avis, le concessionnaire a dû lui dire de faire gaffe avec les pneus neufs, non, il y a autre chose, il y a forcément une raison que l'on ne nous dit pas. Une trace de gasoil, un gamin qui a traversé sans prévenir, un boulon mal serré..... Comment  peut on se planter avec une moto en rodage, comme ça ? Mettre tout sur le compte de la pression..... Je n'y crois pas. Ou alors cet homme n'a même pas les nerfs pour conduire un poids lourd dans des conditions limites et il va devoir changer de métier..... Non, il y a une raison..... Ou alors il a éternué....sans lacher la poignée droite ?! Dites nous..... 

Par Anonyme

Ou alors, il a tenté de forcer un barrage de flics qui étaient au courant de la livraison d'un engin motorisé non homologué !...:ange:

Par Anonyme

et si tout simplement il avait pas le niveau......

Par Anonyme

ca c'est le cas de plusireus mecs qui roulent hypersport et qui se chient dessus dès la première courbe venue. excuse non recevable :nanana:

Par Anonyme

Un petit élément d'information concernant cette chute malheureuse, envoyé par Guru sur un forum voisin : "Beaucoup se sont déjà cassé la gueule a la sortie de Brooklands avec des moto neuves. C'est pas le premier et ça sera pas le dernier. Faut pas oublier que c'est une concession Ducati, donc y a de l'huile un peu partout autour."  :lol:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire