Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Antivol Artago 32S: l'essai : droit de réponse de Artago

Dans Moto / Equipement

Antivol Artago 32S: l'essai : droit de réponse de Artago

DROIT DE RÉPONSE. À la suite de la publication de notre article "Antivol Artago 32S: l'essai », nous avons reçu une lettre de Monsieur Alber Artagoitia de la société Artago qui entend réagir. Nous la publions ci-dessous intégralement. Caradisiac maintient toutefois la validité et l'objectivité de ses tests.


Vous avez publié sur votre site internet Caradisiac Moto le 5 avril 2017, un article sur le test de l'antivol bloque-disque modèle 32 de notre marque Artago :


http://moto.caradisiac.com/Essai-bloc-disque-Artago-32S-environ-4-50-euros-la-seconde-674


Vous avez choisi de suivre une méthode de test qui est très particulière et vous en tirez des conclusions sur le produit que nous jugeons totalement fausses. Nous souhaitons y répondre.


Avant de commencer, sachez que oui nous sommes une marque d'antivols « Ibérique » est très fiers de l'être, car nous sommes maintenant que très peu de marques sur le marché à fabriquer encore nos antivols en Europe de l'ouest. Nous exportons aussi nos produits « made in Europe » dans le monde entier.


1/ Sur votre prétendu test d'étanchéité


  • Quel est donc le but de ce traitement totalement invraisemblable ? Dans quelle circonstance de la vie, un antivol va être immergé 3 fois dans l'eau pendant 29 minutes chacune puis arrosé durant un mois en continu ? Ce traitement n'a rien à voir avec la certification IP67.

Or malgré ce traitement, au contraire de ce que vous avez écrit dans votre article, vous avez reconnu que le bloc-disque marche encore de façon impeccable malgré ce traitement invraisemblable : il suffisait de le graisser un peu (effectivement on peut facilement comprendre qu'il soit nécessaire de mettre une goutte d'huile après un tel traitement). C'est donc une prouesse !!! Pourquoi ne pas la mettre en lumière dans votre article ??? C'est le premier point que vous avez omis de mentionner.


2/ Sur le transport de cet antivol


  • Vous indiquez à vos lecteurs qu'il y a une pochette pour transporter l'antivol, mais c'est une grave erreur, et une information erronée car il est très dangereux de le transporter uniquement dans cette pochette, il y a justement une instruction dans cette pochette qui indique qu'elle ne sert qu'au rangement de l'antivol. Pour le transporter nous préconisons d'utiliser nos supports métalliques spécialement développés pour le transport en sécurité de cet antivol ARTAGO 32.

C'est le deuxième point que vous avez omis de mentionner.


3/ Sur votre prétendu test d'effraction :


  • Pour ne pas abîmer votre moto, vous avez voulu essayer de scier l'axe de l'antivol, avec une meuleuse comme ceci, sur un support très fin :

Antivol Artago 32S: l'essai : droit de réponse de Artago


On voit bien sur cette photo que vous avez scié l'axe par son côté intérieur roue (ce qui serait impossible comme on va le voir après), et que le support utilisé (notre support de comptoir qui fait 2mm d'épaisseur seulement), vous a permis d'avoir la place de glisser facilement le disque de votre meuleuse.


Là vous avez pu le scier avec une meuleuse et un disque très fin et faire une coupe d'environ 2mm comme on peut le voir sur cette photo que vous avez postée dans votre article :


Antivol Artago 32S: l'essai : droit de réponse de Artago


Sauf que dans la réalité, comme on vous l'a expliqué, vous ne pourrez JAMAIS scier le bloc-disque 32 de ARTAGO de cette façon. Pourquoi vous ne prenez pas cela en compte pour vos conclusions ?


Notre antivol a été conçu (dimension, forme, conception..) pour rendre difficile son effraction quand il est monté sur le disque d'une moto, pas quand il est monté sur un présentoir de comptoir comme celui utilisé. Une simple culture technique de ce qu'est une moto, permet de très simplement le comprendre.


Malgré vos tests irréalistes, vous tirez des conclusions bien trop hâtives sur la qualité de cet antivol, notamment en indiquant que vous n'avez mis que 40s et vous qualifiez sa protection comme « un échec cuisant ». Vous ironisez même sur le nom de cet antivol en faisant croire que ce serait son temps de résistance à la coupe…


Nous trouvons ces insinuations très graves et diffamatoires.


En effet, vous avez totalement faussé l'objectivité de vos des conclusions de vos tests et de ce fait vous prenez vos lecteurs pour des imbéciles.


Pour ceux que cela intéresse, voici pourquoi nous affirmons que vous manipulez les faits pour tromper vos lecteurs :


Quand l'antivol est monté sur une moto, vous ne pouvez pas libérer aussi facilement cet antivol comme vous le prétendez, pour au moins 5 raisons.


Raison 1: Malgré votre test d'étanchéité, l'alarme fonctionne toujours (il suffit que la pile soit bonne et l'antivol entretenu avec un peu de graisse comme préconisé). Donc durant toute tentative de vol, l'alarme retentirait, à l'inverse de ce que vous prétendez. Ce qui est une première dissuasion. C'est le troisième point que vous avez omis dans votre article.


Raison 2: Il n'y a pas l'espace suffisant pour glisser le disque de votre meuleuse vers l'axe de l'antivol :


Cet antivol ne peut se mettre que d'une façon sur le disque d'une moto, c'est très simple à comprendre : son bord le plus large vers l'extérieur de la roue, tout simplement pour pouvoir avoir la place de le glisser et de manipuler son barillet et son verrouillage avec la clé. Comme cela :


Antivol Artago 32S: l'essai : droit de réponse de Artago


Ainsi, dites-nous comment vous auriez fait si le bloc-disque avait été correctement monté comme sur la photo ci-dessus ? Sur n'importe quelle moto, autant à l'avant que à l'arrière, vous n'auriez pas pu scier l'axe de notre bloc disque comme vous l'avez fait du côté de sa face intérieur.


C'est le quatrième point qui est omis dans votre article.


Raison 3: La mâchoire de notre antivol fait moins de 8mm.


Antivol Artago 32S: l'essai : droit de réponse de Artago


Un disque de moto fait généralement entre 4.5 et 6 mm d'épaisseur selon le type de moto. Donc l'espace libre pour glisser le disque d'une meuleuse est extrêmement réduit quand il est monté sur un vrai disque et est donc de 2 à 3.5mm en théorie.


Antivol Artago 32S: l'essai : droit de réponse de Artago


Antivol Artago 32S: l'essai : droit de réponse de Artago


Mais notre antivol a une forme particulière, très légèrement courbée. Donc, comme on peut le voir sur nos deux exemples ci-dessus de disque, l'espace pour glisser le disque d'une meuleuse est même souvent inférieur à 2mm !! Et il n'y a pas la place de glisser le disque d'une de façon bien perpendiculaire à l'axe, ni même avoir la place pour couper tout l'axe, surtout si le disque fait une épaisseur supérieure à 2mm.


Il n'y a pas le moyen de le faire sans couper et/ou sérieusement abîmer le disque de la moto en même temps que l'antivol, ce qui rend la coupe beaucoup plus compliquée et difficile que ce que vous avez fait croire dans votre article. Impossible à faire en 40s comme vous le prétendez.


C'est le cinquième point qui est omis dans votre article.


Raison 4: Et même si par exceptionnel vous auriez réussi à couper l'axe de l'antivol, vous n'auriez pas pu le sortir pour autant du disque.


La coupe qu'il serait possible de faire (à supposer que l'on ait la place de loger une disqueuse, ce qui semble impossible comme on vient de le voir), serait de 2mm au maximum.


La longueur de l'axe restante dans le logement coté intérieur roue est supérieure et donc le bout de l'axe restant, ne peut pas être libéré pour autant. Il reste coincé en place. Or l'épaisseur d'un disque (4.5 à 6 mm) est supérieure à la largeur de cette coupe (maxi 2mm), donc vous ne pourriez pas sortir l'antivol du disque, même si il est scié comme vous l'avez fait.


C'est le sixième point, essentiel, qui est omis dans votre article.


Raison 5: Enfin, vous avez ne parlez pas du système exclusif de cet antivol SAA, qui permet de verrouiller l'axe en 3 points.


Notre antivol est équipé dans système exclusif appelé SAA avec un triple verrouillage comme on peut le voir sur ce schéma:


Antivol Artago 32S: l'essai : droit de réponse de Artago


Le bout le d'axe de l'antivol est équipé de bloqueurs.


Dans les faits, les voleurs savent bien que l'on ne peut pas scier comme vous le faite croire l'axe d'un bloc-disque quand il est monté sur une moto. Ils essaient plutôt de scier un bloc-disque par le bord extérieur en coupant carrément un bord extérieur de la mâchoire du bloc-disque, donc pas du tout comme vous l'avez fait…


Le 32 est donc aussi très renforcé dans ce but pour rendre cela particulièrement difficile. Et même si ils y arriveraient, grâce au système SAA l'axe resterait verrouillé, les deux parties de la mâchoire resteraient solidaires, et donc on ne peut pas sortir pour autant le l'antivol du disque.


Le voleur devra alors utiliser (et donc avoir transporté avec lui) encore d'autres moyens pour essayer de libérer cette moto… et dans les faits si l'antivol lui résiste, la tentative de vol est pratiquement toujours abandonnée.


C'est ce qui rend notre bloc-disque ARTAGO 32 différent des autres et justifie entre autre son tarif.


C'est le septième point que vous avez omis dans votre article.


Conclusion:


Les procédés techniques de test utilisés dans votre article, sont totalement « irréalistes », mais ce qui est très grave se sont les conclusions que vous en tirez et les commentaires que vous faites sur le bloc-disque Artago. Vous trompez totalement vos lecteurs.


Nous voulons penser qu'il s'agit d'un point de vue erroné sans mauvaise intention et espérons que lorsque que vous étudierez attentivement les points expliqués ci-dessus vous réaliserez que vos erreurs vont désinformer vos lecteurs.


Alber Artagoitia


Artago Secure s.l.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire