Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Christian Estrosi : de pilote à ministre

Dans Moto / Sport

Christian Estrosi : de pilote à ministre

Christian Estrosi, ancien pilote moto des années 70 - 80 (4 fois champion de France et 1 fois vice champion du monde) et actuel Ministre délégué à l'aménagement du territoire (enfin pour l'instant). Proche de Nicolas Sarkosy et voir même pressenti pour la direction du groupe UMP à l'Assemblée Nationale.


Christian Estrosi : de pilote à ministre


Homme politique au parcours original, Christian Estrosi a d'abord été champion de France de course de motos, avant d'être élu conseiller municipal, dès l'âge de 27 ans, puis de rejoindre l'Assemblée Nationale, dans les années 80, et de devenir ministre. Il est originaire de la région de Nice (Né le 1 juillet 1955) et petit-fils d'immigrés, comme Nicolas Sarkozy.


Pour mieux connaitre le personnage politique : Sarkozysme ordinaire avec Christian Estrosi, j'adore la partie sur les gens du voyage, il va être fort le mec qui va expulser des français, de bons chrétiens pratiquant comme on les aime du côté des conservateurs, de France. Il est où le fils et petit fils de simples marchands de fêtes foraines, des loteries dans les foires de Nice. Mais on s'écarte de nos sujet de prédilections au Blog Moto.


Sinon son parcours politique assez remarquable et personnel n'a pas été sans embûche : condamné à 4 millions de Francs de redressement fiscal, et soupçonné de blanchiment d'argent dans la campagne législative de 1993, dont le résultat a été annulé.


Il est aussi, au travers du Conseil général des Alpes-Maritimes qu'il préside, le sponsor de Jean-Pierre Pernaut (vous savez le présentateur de TF1) et son fils Olivier à hauteur de 200 000 euros pour leur participation au Trophée Andros. Dommage que les résultat n'aient pas permis de hisser Jean-Pierre et son sponsor sur le podium (40ième sur 40).


Christian Estrosi : de pilote à ministre


Pour mieux connaître le motard qu'il a été


  • 1972
  • Première course en 250 cm³ (Kawasaki 250 S1), 5e au Paul-Ricard à 17 ans seulement.
  • 1973
  • S'engage avec 750 H2 en critérium, il "bricole" trop le moteur et il est déclassé suite à sa victoire.
  • 1974
  • tour de France moto : casse son pignon de sortie de boîte alors qu'il est en tête à Albi,
  • 1975
  • 2e au Bol d'or, derrière l'équipage Godier Genoud, sur une 1000 Kawasaki avec Gilles Husson dans l'écurie Cassegrain.
  • 4e place au Moto Journal 200 et 2e derrière Barry Sheene aux 200 miles de Magny-Cours avec une Yamaha 4 cylindres de 750 cm3.
  • 1976
  • 4e du Moto Journal 200 (premier privé et premier français), 2° à Dijon (derrière Ago), 2e des 1 000 km du circuit du Mugello sur Ducati (partagée avec le finlandais Pentti Korhonen), vainqueur du trophée FIM de Nogaro.
  • 1977
  • Vainqueur en Championnat du Monde 750 à Dijon.
  • 1978
  • 4e au grand Prix de France 500 cm³ (Nogaro),
  • 4e en 750 cm³ en Espagne et aux Pays-Bas.
  • 1979
  • 2e et 3e en 750 cm³ à Nogaro.
  • 1980
  • En 500cm3 en Italie lors du 1er GP, il termine 8e sur sa Suzuki.
  • 1981
  • Retour en 250 cm3 sur une Yamaha. Marque quelques points en Italie, France, San Marin et Suède.
  • 1982-1983
  • les 2 dernières années de Grand Prix avec la 250 Pernod et arrêt de la compétition.

Lettre ouverte :


Monsieur le "encore" Ministre, merci de nous avoir fait rêver sur les circuits et lorsque vous serez Ministre des Sports ou sinon si par le plus grand des hasards si vous étiez un proche de celui-ci, faites que la moto soit un sport un peu plus représenté en France, mieux équipé, ... Par ailleurs, concernant l'aménagement du territoire ... routier des motards, que ceux-ci soient mieux considérés par les forces de l'ordre, ministère de l'intérieur. Que ceux-ci se sentent plus en sécurité sur les routes ou en cas d'accident (glissières de sécurité = guillotines à motards ou Les pièges de la circulation quotidiennes : les bandes blanches), ministère des transports. Enfin la liste est loin d'être terminée et le plus simple étant d'engager un dialogue avec ceux qui parle le mieux des problèmes des motards : la FFMC.


Des lois ils va falloir en voter pour les défendre, les protéger, les reconnaitre, les laisser vivre, les motards. Un président de groupe parlementaire est là pour cela, surtout s'il connaît pour avoir fait partie de cette communauté. Alors faisons table rase d'un certain passé, de certains mots, et faites plus de place à vos bons souvenirs de jeunesse sportive.


Christian Estrosi : de pilote à ministre


Les ''lieutenants'' de Nicolas Sarkozy. De gauche à droite : Claude Guéant, Christian Estrosi et Brice Hortefeux.


Mots clés :

Commentaires (15)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Christian Estrosi : Ex pilote et futur sinistré

Par Anonyme

Du boulot : Le Castelet pour les motos ..............

Par Anonyme

C'est pas pour rien qu'il est surnommé "LE MOTODIDACTE"...

Par Anonyme

je vois que la pratique du deux roue,cela arrive a faire des ministres.et les ministres peuvent faire du deux roue?.........une bonne économie non?.............un petit motard en 125 cc trés prisés par les fauchés.Mr.dumain gerard élie.

Par Anonyme

sALE CONNARD DE DROITE  

Par Anonyme

Monsieur le Ministre de l'O.M. Pourquoi pas un circuit Autos-Motos en Guyane ? La place ne manque pas, les usagers seraient nombreux, les conditions climatiques seraient excellentes pendant la saison des pluies pour la mises au point des pneumatiques par les manufacturiers. Je suis  certain  que  des  emplois pourraient être crées , et puis en théorie il devrait avoir un circuit par région, la Guyane et une région et il n'y a pas de circuit............Nous motards et coureurs automobiles n'avons rien pour assurer nos passions , seul le domaine routier nous est ouvert, avec les restrictions que nous donne le code de la route...........90 et pas plus et les radars en plus.!!! C'est à l'ancien Champion que je m'adresse, je suis sur que lui me comprend.............Trés amicalement . Christian GIOVANETTI, Président du Moto-club " Arsouille Guyane" et membre de l'UMP de Guyane aussi.    

Par Anonyme

Mr le ministre ne peut il pas intervenir pour éviter le décés du projet de circuit  dans le Doubs ? tout a fait dans l actualité de la répression sur les routes

Par Anonyme

je ne vois pas où il a été vice-champion du monde dans son palmarès ! mal branlé votre article !

Par Anonyme

Bonjour Christian, c'est laurent un ancien motard du CENTAURE CLUB de NICE où nous nous sommes croisé. Tu étais le + doué de nous tous en moto c'est sur et le + malin pour t'être introduit dans la famille de Jacques Médecin. Bravo pour le parcours ! moi je fais encore de la moto, alors soit sympa fait un geste pour arrêter ces Ayatolas de la sécurité qui jonchent les routes d'obstacles dangeureux pour les motos !!!. Allez, appel de phare et bonne route, la tienne n'est pas de tout repos et sans doute fini pour toi les balades sympas en moto entre potes et les pieds et les doigts gelés devant un café chaud avec le coeur joyeux. Laurent.

Par Anonyme

j'ai entendu hier sur RMC - les grandes gueules - l'interview de M.Estrosi ... il se prétend "sportif de haut niveau " ! A quoi reconnait-on ce type de sportif ?  Le fait d'avoir été motard suffit-il ? Dans ce cas il y en a quelques millions d'autres ! Le fait d'avoir eu les moyens de se payer quelques motos performantes qui permettent d'aller un peu plus vite que les autres concurrents moins fortunés ? Ca n'en fait pas un sportif, ou alors nous n'avons pas la même conception du sport ! A sa faculté remarquable à se faufiler dans les embuches de la vie politique, c'est plutôt ça ...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire