Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Dakar 2012 : Interview Christophe Declerck, le podium en ligne de mire

Dans Moto / Sport

Dakar 2012 : Interview Christophe Declerck, le podium en ligne de mire

Nous avons eu l'occasion de faire connaissance avec Christophe Declerck vendredi dernier et aussi de découvrir son quad Polaris.


Un pilote pour qui le quad n'a pas de secret, il en a vu l'arrivée sur le territoire et en a suivi toute l'évolution. Une énorme expérience de plus de 20 ans, il est incollable sur le sujet... bien que !


Parti au Maroc depuis 10 jours, nous avons profité de son retour en France pour lui poser nos questions, le « gars du Nord » ne pratique pas la langue de bois, nature et authentique.


Le Dakar en quad, c'est une suite logique de tes succès en Tunisie ou plus un rêve de gamin ?


C'était en fait un peu des deux, nous avions d'abord fait les rallyes de Tunisie et du Maroc simplement parce que c'est plus abordable financièrement. C'était aussi un rêve de gamin, tout petit cela me faisait ouvrir les yeux très grands, si je voyais cela un rêve inaccessible, je me disais que j'essaierais de le faire un jour.


Ton quad Polaris parait moins « racing » que ceux de tes adversaires.


Ce doit être les suspensions indépendantes qui donnent cet effet, ce n'est pas la première fois qu'on me le dit. C'est surement une réalité, il présente moins sport, le Polaris fait moins sportif. Je pense que c'est surtout les suspensions indépendantes à l'arrière qui associent à "utilitaire". Son look moins racing joue peut-être aussi.


Au niveau du pilotage, pour avoir couru sur les deux, les suspensions indépendantes sont plus confortables, elles sont beaucoup moins


« casse-dos » dans les parties techniques, c'est plus solide, la garde au sol est meilleure. Là où on perd, c'est sur le coté glissade, très facile avec l'essieu rigide qui est lui beaucoup plus fun, plus joueur, plus plaisir.


Ton entrainement physique, c'est du classique motard.


Oui, c'est pareil, beaucoup de sport, du physique, du cardio, du footing, beaucoup de piscine, du VTT, un peu de muscu, c'est comme une préparation motard, l'essentiel étant de faire en sorte d'avoir une bonne forme physique. Le matin je travaille plutôt le haut du corps, le quad est un peu plus exigeant à ce niveau que la moto.


Vu ton matériel et ton niveau, penses-tu à la victoire ?


(Petit temps mort) Oui, on s'est donné cette année les moyens d'avoir un quad fiabilisé à 99,9%, le 100%¨n'existant pas. Au niveau physique je me suis aussi donné les moyens de faire du sport pour prendre le départ bien, pas fatigué, vraiment en forme. Après il y a tellement de paramètres, un niveau très élevé, pour monter sur le podium ... il n'y a que trois places.


En regardant la liste des pilotes, il y en a au moins 15 qui me semblent capables d'y monter, il faudra se battre, après il y a la chance, les crevaisons, beaucoup de choses rentrent en compte.


Après deux fois 4ème, sans me focaliser sur la première place, le podium me rendrait heureux. Plus personnellement, j'aimerais vraiment remporter quelques étapes, ça c'est très gratifiant. Gagner forcément j'en serais encore plus heureux. Si je ne fais pas mieux que 4ème je pense que je serais un peu déçu.


Marco Patronelli a terminé avec 5 heures d'avance sur le 3ème en 2010, c'est énorme !


Oui, je ne sais pas, nous sommes nombreux à s'être posés la question. Maintenant, passer 14 jours de course consécutifs sans aucun problème ce n'est pas possible sans avoir une chance inouïe.


Il y a eu pas mal de choses de dites, des roues qui tombent d'hélicoptère, ça ne donne pas une bonne image, on ne va pas refaire le monde sur les problèmes d'assistance sauvage, etc.


Ce qui est sûr, c'est qu'il roule très vite, il attaque comme un dingue, j'ai roulé avec lui sur de nombreuses spéciales, il détruit son quad tous les jours, c'est un « allumé de première ». Même s'il y a eu tricherie, on ne peut pas lui enlever qu'il roule très fort.


Le soir ses mécaniciens ressoudent son quad dans tous les sens, il est hors de question que je ramène le mien comme cela. Et puis je ne suis plus tout jeune et je ne vais pas vendre mon âme. Mais il n'est pas le seul, les Argentins attaquent tous très fort.


De nouveaux pilotes arrivent comme Halpern, Maffei ou Laskawiec !


Ils n'ont pas encore une grosse expérience, mais ils en engrangent chaque année, il y en a pas mal qui vont être dangereux à l'avenir, il y avait aussi Santamarina. Et des gars comme Machasek ou Sonik restent dangereux.


7 Argentins dans les 9 premiers au dernier Dakar, c'est une culture le quad là-bas ?


C'est clair, avant la voiture, avant la moto, c'est le quad. Je ne sais pas il y a peut-être eu aussi l'effet Patronelli la première année. Je suis plus connu en Argentine que chez nous, c'est un truc de fou. En France les médias ne parlent que peu du quad, le grand public est intéressé lui, mais il prend ce qu'on lui donne, le public réclame.


La presse argentine vient encore de me contacter pour une interview. Tout le monde me connaît en Argentine, sur mon face-book j'ai 500 Argentins, c'est vraiment impressionnant.


Des partenaires à remercier ?


Oui bien sûr, Polaris évidement, Xtrem plus, la Ville de St Pol sur Mer, Cottage social des Flandres, Moto Club du Littoral, Kenny, Emc, Axp, Tbs, Crd, Réaction, Kenda.


Question piège, quel est le dernier vainqueur Français au Dakar en quad ?


Heueeeeeeee.... Daniel Giroux


Perdu ! (rires) C'est Antoine Morel en 2005 et on te souhaite d'être le prochain. Merci Christophe.


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire