Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Départ d'un nouveau défi pour le team 18

Dans Moto / Sport

Départ d'un nouveau défi pour le team 18

A l'issue des essais pré-Mans qui se sont déroulés les 31 mars et 1er avril derniers, Caradisiac Moto a contacté Yannick Bureau, team manager du team 18 des sapeurs pompiers, désormais permanent du championnat du monde d'endurance. Alors qu'il terminait une intervention pour colis piégé, il a bien voulu prendre le temps de nous répondre.


Bonjour Yannick. Comment se sont passés ces 2 jours d'essais ?


Tout d'abord, nous avons eu une bonne météo ce qui n'est pas négligeable. Notre nouveau pilote Jérôme Tangre est arrivé dans l'équipe. Cela s'est très bien passé car il a un super état d'esprit. L'intégration a été bonne et il a beaucoup apprécié les membres de l'équipe et notre méthode de travail. Du coup, le travail a été très efficace. Jérôme a beaucoup travaillé pour la mise au point de la machine et notre équipe de mécanicien le lui a bien rendu en travaillant très sérieusement. Il a été agréablement surpris même s'il avait entendu parler de nous avant mais cela a été confirmé. A tel point qu'on envisage de faire tout le mondial avec lui et non plus que le Mans et le Bol.


Et puis la bonne nouvelle que nous avons appris au hasard d'une discussion, c'est que Jérôme est en train d'accéder au monde des sapeurs pompiers. C'est une démarche qu'il a entamé avant même de venir dans notre équipe. Nous y sommes complètement étrangers mais nous sommes très agréablement surpris puisque l'on retrouve un pilote rapide chez les sapeurs- pompiers.


Est-ce que l'adaptation du faisceau kit Yoshimura sur vos GSX-R 2008 a été positive ?


Effectivement, ce n'est pas du tout la même gestion de la machine. Elle sort mieux des virages et est plus facile à piloter. Les pilotes ne prennent plus un gros pied au cul en sortie de courbe, ils ont un filet de gaz moins violent ce qui permet d'avoir des passages en courbes plus rapides avec de meilleures sorties donc forcément, ça se ressent sur les chronos. Et bien entendu il y a plus de chevaux. Les dires de Mickaël Savary se révèlent exacts.


En parlant de chronos, comment vous-êtes vous situés ?


Les chronos sont satisfaisants car on a roulé en 40''8 avec des pneus de courses. Pour donner une idée, notre pôle à nous l'année dernière, c'est-à-dire notre meilleur temps en pneus qualif était 42''39. Nous avons donc vraiment bien travaillé et puis on commence à bien connaître la machine.


Avez-vous profité de ces 2 jours pour essayer des pneumatiques ?


Non car nous avons écoulé notre stock de l'année passée. Nous allons donc découvrir cela aux Mans. Mais d'une manière générale, chaque année, on constate une amélioration des pneus Dunlop soient dans les structures, soient dans les gommes. Les gammes évoluent toujours. Ca promet quelques dixièmes en moins. Et puis ça devrait évoluer encore car Michelin entre en endurance avec un team de développement et des technologies motoGP ce qui devrait amener une émulation entre manufacturier qui ne sera pas négligeable.


Pas de casse pour le team 18 ?


Non pas pour nous mais il y en a eu pas mal. Il faisait beau mais très froid. Ca peut être piégeux car en plus, c'est le premier roulage de l'année pour beaucoup dont nous-même donc il faut se remettre dans le bain.


Est-ce que le statut de team permanant a changé l'état d'esprit de l'équipe ?


Oui, on ressent bien que dans l'équipe, les gens sont respectueux du challenge que les cadres ont décidé de leur proposer. Respectueux dans le sens où ils savent que nous sommes une équipe sous contrat. Tout le monde joue le jeu et tout le monde a vraiment envie de faire tenir notre rang à l'équipe.


Et dans le milieu de l'endurance ?


Au niveau des autres équipes non car on se connaît tous bien. Après, on observe une différence de comportement dans la manière dont on est appréhendé par le milieu. Disons que cela simplifie un certain nombre de choses avec les organisateurs, les fédérations. Quand tu es wild-card, tu dépends toujours de la volonté des gens, de la place qui reste. Malheureusement, on a eu l'impression que les wild-card, qui sont des équipes très utiles car elles représentent la majorité du plateau et font partie intégrante du spectacle, n'avaient pas toujours l'attention qu'elles demandaient parfois.


Quand tu es team permanent, les organisateurs ont un cahier des charges pour toi, tu as un interlocuteur clairement identifié : la FIM avec un coordinateur qui est Paul Duparc. Il fait un travail absolument fabuleux avec son équipe qui a l'habitude des grands événements puisqu'il coordonne aussi le motoGP et le Superbike. En temps que team-permanent, tu accèdes à un autre milieu mais du point de vue de tout ce qui entoure les équipes : les organisateurs, les fédérations…


Enfin, du point de vue des médias, il y a une bien plus grosse couverture, c'est indéniable. De nombreux communiqués de presse sont diffusés sur le site de la FIM, des interviews et des retransmissions télé seront réalisés où les teams permanents seront mis en avant.


De gros changements apparemment ?


Oui tout à fait. Et puis cela nous permet de préparer notre plan de communication à l'avance puisque nous sommes sûrs d'avoir un box pour nous seul ce qui n'est pas forcément le cas lorsque tu es wild-card. C'est vraiment un autre statut.


Merci beaucoup Yannick.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire