Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Entretien avec Lionel Favre Directeur Commercial France de Peugeot Scooters

Dans Moto / Pratique

Entretien avec Lionel Favre Directeur Commercial France de Peugeot Scooters

Nommé Directeur Commercial France chez Peugeot Scooters depuis le 1er septembre dernier, Lionel Favre nous a reçu pour un entretien. A travers cet échange, il nous explique la nouvelle stratégie mise en place par Peugeot depuis la prise de 51 % du capital par le groupe indien Mahindra et la formidable opportunité que représente l'arrivée de ce nouvel actionnaire. Enfin, il nous parle des nouveautés à venir dans la gamme et des raisons pour lesquelles Peugeot Scooters n'exposera pas au prochain salon de Paris. Des propos recueillis sans langue de bois...


Caradisiac Moto : Lionel Favre, bonjour, avant de rentrer dans l'actualité propre à Peugeot Scooters, pouvez-vous nous retracer votre parcours professionnel ?


Lionel Favre : bonjour, je possède une longue expérience dans le monde du deux-roues puisque ma carrière a débuté il y a 20 ans chez Aprilia où j'ai participé à l'émergence de la filiale France (auparavant, la société DIP assurait l'importation des produits de la marque) avec la commercialisation du Léonardo, premier scooter sportif propulsé par un moteur 4-temps. Puis, j'ai intégré le giron Yamaha Motor France et plus particulièrement MBK où j'ai exercé la fonction de Directeur des ventes avant de prendre la Direction Commerciale France. J'ai vécu les différentes étapes de la marque MBK notamment le transfert à St Quentin dans l'Aisne, puis le réaménagement au sein du siège social désormais localisé à St Ouen l'Aumône. Après 15 ans de bons et loyaux services, j'ai pris la décision de quitter l'entreprise pour devenir consultant en stratégie commerciale et coaching. Fin 2014, j'ai été contacté par Peugeot Scooters qui souhaitait insuffler un nouvel élan à sa force commerciale et à son organisation. Ainsi en janvier dernier, j'ai commencé à travailler pour la marque au lion en tant que consultant au siège à Mandeure, mais aussi avec les équipes sur le terrain. Depuis, le 1er septembre, je suis Directeur Commercial France, une nouvelle aventure et un beau challenge à relever. Grâce à l'arrivée de Mahindra au capital de Peugeot Scooters, de nouvelles opportunités nationales et mondiales s'ouvrent à la marque, notamment sur les marchés asiatiques (Vietnam, Indonésie) et bien sûr indien.


Caradisiac Moto : la signature définitive avec Mahindra est actée depuis le mois de mars, quelle est la position exacte du groupe indien par rapport à Peugeot ?


Lionel Favre : Clairement, le groupe Mahindra détient 51 % du capital de Peugeot Scooters. Le groupe indien s'implique fortement, il ne s'agit pas d'un simple partenaire qui arrive avec un portefeuille. Depuis le début du mois de janvier, les directions de Peugeot et Mahindra se rencontrent régulièrement : l'objectif principal de Mahindra est avant tout de comprendre la complexité du marché français et des marchés européens pour pouvoir observer un redéploiement de la marque Peugeot. De plus, Il faut relater un fait important : Mahindra a racheté une marque, une histoire . Exemple, le premier 2-roues motorisé Peugeot roulait alors que la Tour Eiffel n'était pas encore debout, autre exemple, Peugeot a remporté le Bol d'Or, certes, les faits ne sont pas récents, mais cela fait partie de l'historique de la marque. Autre avantage, la maison mère garde tout de même 49 % du capital et donc une totale implication.


Caradisiac Moto : quelle va être la nouvelle stratégie mise en place par le groupe ?


Lionel Favre : l'objectif stratégique va être de développer des produits ''premium'' mais aussi adaptés pour les marchés asiatiques dont les volumes de vente restent colossaux. Hors de question de re badger des produits, pour preuve, la capitale indonésienne Djakarta a accueilli un salon du deux roues où Peugeot était largement représenté : figurez-vous que les commandes clients effectuées ont principalement ciblé le Django et le Metropolis. Aujourd'hui, Peugeot ne ferme aucune porte et le fait de revenir à la moto dans le futur ne relève pas de l'utopie.


Caradisiac Moto : quel est l'avenir du site de Mandeure ?


Lionel Favre : le site de Mandeure abrite l'usine de production. Tous les produits ''Premium'' à venir seront fabriqués à Mandeure, Les indiens ont compris qu'il fallait garder un site d'assemblage en Europe et en France, berceau de notre marque. Le siège du Doubs doit être rentable, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. En parallèle, l'objectif sera de développer l'usine en Chine (NDLR : lieu de fabrication des Django, Speedfight et Kisbee), mais j'insiste sur le point que toutes les nouveautés trois roues à venir seront assemblées en France.


Entretien avec Lionel Favre Directeur Commercial France de Peugeot Scooters


Caradisiac Moto : revenons à la gamme de scooters proprement dite, le Satelis a été remodelé en 2012, il va bientôt avoir 4 ans. Faut-il s'attendre à un remplacement et d'autres produits sont-ils prévus dans un futur proche ?


Lionel Favre : le premier problème est l'arrivée de la norme anti-pollution Euro 4 et nous avons certaines priorités : l'objectif pour Peugeot Scooters est de développer une gamme trois roues. Vu le marché du GT et celui du trois-roues, pourquoi pas se lancer dans l'élaboration de modèles avec des motorisations légèrement supérieures à celui du Tricity par exemple. En parallèle, mais là, impossible de vous en dire plus, un produit deux roues 125 sera présenté en 2017. Le Satelis sera homologué en Euro 4, il ne s'arrêtera pas. Soyons précis, le Satelis sera amené à être remplacé fin 2017, probablement sous deux directions : la première, un produit trois-roues avec une cylindrée supérieure à 125, la deuxième un scooter 125 deux-roues qui viendra en complément de la gamme GT.


Pour 2016, il est prévu une évolution du Metropolis doté du système ABS et de jantes 13 pouces. Dans la catégorie 50, la gamme est désormais complète et renforcée avec l'introduction de la quatrième génération du Speedfight et du Django. L'année prochaine sera celle du Django, la communication sur ce produit n'a pas été suffisante et il me paraît judicieux de mettre l'accent sur le modèle ID, une version personnalisable via un portail internet.


Caradisiac Moto : concernant les salons, Peugeot Scooter vient d'officialiser sa non participation au salon de Paris, une décision un peu étonnante de la part d'un constructeur français, quelle est votre position ?


Lionel Favre : il s'agit d'une réflexion qui a été mûrement réfléchie : comme vous venez de le rappeler, en tant que constructeur français, ne pas exposer à la Porte de Versailles a été une décision compliquée à prendre. Les arguments sont nombreux : le premier est que Peugeot souhaite que le salon soit en concordance avec la saisonnalité des ventes. Le salon de Milan en novembre et Paris au mois de mars serait l'idéal. Que l'on soit bien d'accord, Peugeot ne boycotte pas le salon de Paris, Peugeot souhaite la tenue d'un salon de Paris sauf que l'édition 2015 se positionne 7 jours après EICMA, et en même temps que COP 21 (NDLR : conférence internationale sur le climat), une doublette qui va forcément entraîner des problèmes de logistique. Nous serons probablement au prochain salon dans deux ans mais il faut faire remonter l'information à l'organisation comme quoi, la tenue d'une manifestation au printemps aura un impact bien plus conséquent sur l'affluence et les ventes. Soyez rassurés, d'autres événements dans les prochains mois permettront à la marque Peugeot Scooters de faire parler d'elle.


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire