Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Honda VFR 800 V-tec : un GT unique en son genre

Dans Moto / Nouveauté

Honda VFR 800 V-tec : un GT unique en son genre

Depuis sa sortie en 1986, la VFR s'est forgée une réputation de GT Sport unique dans sa catégorie. Passant par diverses évolutions esthétiques et techniques ( monobras en 1990, plus de 300 modifications en 1992, injection électronique en 1998, ... ). Honda met un grand coup d'évolution pour « sa vitrine technologique » en 2002. Non seulement il intègre le système V-Tec au moteur pour gagner du couple en bas régime, le freinage ABS, mais aussi le relooking complet de la GT pour lui donner un aspect plus sportif.


Au premier abord, la 800 VFR est assez imposante et les petits gabarits peuvent être vite découragés par ses hauteur et largueur de selle, et ses 244 kg pleins faits ne sont pas là pour arranger la situation. Heureusement la répartition des masses est bien équilibrée. Esthétiquement, la belle dévoile des charmes qui n'appartiennent qu'à elle : une tête de fourche allongée, des lignes accentuées, un monobras, et une double sortie d'échappement triangulaire placé sous la selle complète sa panoplie de séduction. De plus des clignotants intégrés donnent unité à l'ensemble, mais ils décevront les fans de tuning car irremplaçables par des cligno-gouttes par exemple.


Honda VFR 800 V-tec : un GT unique en son genre


A bord, le tableau de commande digital est bien complet. Jauge d'essence, température du moteur, tachymètre , kilométrage journalier, horloge, tout y est, même un thermomètre qui donne la température extérieure, mais qui se fausse dès que le moteur est peu chaud. Seul le compte tour est analogique.


Honda VFR 800 V-tec : un GT unique en son genre


L'évolution V-tec sur le moteur 4 cylindres en V à 90° du VFR permet d'avoir un couple généreux en bas régime. L'action de deux soupapes seulement par cylindre donne un bas régime plus qu'acceptable et passé 6800 tr/min les 4 soupapes par cylindre enclenchées permettent d'avoir une accélération tout à fait correcte. On sent cette action par un « coup de pied dans le fondement » de la part du moteur et un son plus rauque qui s'en échappe. Sur ces derniers modèles, la transmission par cascades qui faisait la fiabilité moteur à long terme de la VFR a été remplacée par une transmission par chaîne. Dommage !


La conduite de la VFR s'avère sécurisante en ville comme sur route. Son couple permet d'éviter des changements intempestifs de rapport quand on se retrouve dans des cols sinueux ou en sortie de courbe. Même si elle reste une moto de pilote confirmé elle pardonne sans trop de soucis les fautes de conduite. Il faudrait quand même un rétrogradage assez sévère pour faire chasser le pneu arrière. Le Dual Combined Brake System (freinage couplé avant-arrrière) permet des freinages très efficaces ( d'autant plus si on prend l'option ABS) mais déstabilise si on essaye d'assagir la moto dans un virage avec le frein arrière. De plus, préparer la bourse au moment de faire changer les plaquettes de freins qui s'usent à vitesse grand V, la sécurité a un prix !


Honda VFR 800 V-tec : un GT unique en son genre


En montagne la VFR s'avère joueuse et se laisse facilement emporter avec entrain dans les virolos bien serrés à condition d'avoir une bonne condition physique, mais son terrain de prédilection reste les grandes courbes du style Route Napoléon où mettre « le genou à terre » est d'une facilité déconcertante.


Sur l'autoroute elle avale les kilomètres sans broncher et se révèle très agréable pour les longues distances. Par contre, il est indispensable d'investir dans une bulle haute sous peine de se retrouver avec un cou de rugbyman.


Pour la ville son poids et sa taille lors des manœuvres et les remontées de files sont des handicaps certains.


Honda VFR 800 V-tec : un GT unique en son genre


Côté pratique, la place sous la selle se résume à celle d'un U ( une seule taille disponible rentre ) et de sa trousse à outils. Heureusement que le grand confort du pilote et de son passager est largement favorisé. Des poignées ergonomiques permettent un bon maintien du SDS. De nombreux accessoires adaptables existent pour ce modèle si vous trouvez que les accessoires HONDA sont chers.


Côté entretien, il faut savoir que les pièces de rechange pour la VFR sont extrêmement coûteuses (ex : 1 bougie coûte environ 30 euros) et un problème récurant au niveau de l'aternateur et du régulateur peut survenir sur certains de ses modèles ( une fois la garantie passée, il faudra insister pour que les pièces soient prises en charge par Honda France).


Conseil Pneumatiques :


Road Attack de continental et Pilot Power de Michelin.


Portfolio (4 photos)

Commentaires (61)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Comme tu dis, le physique de bucheron n'est pas de trop dans les petits virolos...

Par Anonyme

Que du bonheur ! Je ne trouve pas qu'il faille être musclé, il faut simplement trouver la bonne position qui permet comme par enchantement de passer sans forcer.

Je conseille les pneus Metzeler Z6 pour la transformer en OVNI et défier les lois de la physique :)

Par Anonyme

Je confirme il ne faut pas un physique de bûcheron, cette moto enchaîne petits et grands virages sans effort.

je suis passé d'un 600 CBRR à un VFR et franchement je ne regrette rien et encore moins mon épouse. Juste un petit reproche sur le couple à bas régime qui n'es correct qu'à partir de 4500 tours. Pour ne pas être dérangé par le VTEC il suffit de tourner au dessus de 7000 tours et là il y a des sportives qui en bavent pour nous lâcher. ne faisant que des routes montagnes, je ne peux que conseigner aux futurs acheteurs d'investir dans l'ABS qui est un modèle du genre.

Par Anonyme

bonjour quelle est sa puissance en version full?

Par Anonyme

question : je suis sur le point d'acheter un vtec 2004 rouge. On m'a dit que selon les millésimes les teintes de rouge sont différentes (rouge vif 2002 et 2003 et rouge orangé pour les modèles 2004) qu'en est il exactement ?

Par Anonyme

comme vous dite que du bonheur je suis roule en vtec depuis 4 ans d'ailleur si c'est pour changer je reprend la même ou alors ...voir le futur modèle..... motard belge vfrment votre vroummmmmm

Par Anonyme

bonjour à tous, en v-tech depuis 2002 ma "belle" affiche 68 000KM sans broncher! Lundi encore sur circuit je n'ai pas été déçu! Par contre y aurait-il une personne qui puisse m'indiquer un bon plan pour acquérir la double sortie Laser avec quatre silencieux?? Merci d'avance, Kyonary

Par Anonyme

salut a vous, je posse de un vfr 2005 et depuis qu'elle a 800 km elle a plusieurs ratees et semble s'empaffee vers 5000 a 6000 rpm ...ca fait deja 2 ans et demi et personne ne veux se mouille sur ce sujet,,,le concessionnaire a change letbi complet mais elle a recommence cette annee et pas de codes de troubles...bizarre!Elle refuse d'avancer et tout d'un coup elle reprend vie...pouvez vous m'aider svp!!!

Par Anonyme

Ghislain, je possède aussi un VFR800A 2005. J'ai remarqué que si on lui en demande durant les 2-3 premiers kms, elle se frustre...Par contre, si je la laisse se réchauffer tranquillement durant ces premiers kms, ensuite elle est nerveuse embarque bien sur le V-tec à 6800 rpm etc. Avant de changer ton ECU ou autre pièces essai ça. Je pars très lentement en première, puis en deuxième et je garde l'accélérateur au même endroit (entre 4000-5000 rpm genre). Après un certain moment le rpm augmente légèrement malgré que l'accélérateur est au même endroit, c'est une indication qu'elle est presque ok. Après ca elle ne bronche plus, du moins la mienne...

Par Anonyme

Chyslain Depuis le 30 mars 07 J’ais une VFR neuve Au début j’avais aussi des problèmes surtout après 100 à 150 km non stop Un jour elle faisait Ch.. et après avoir fait le plein elle refonctionnait mieux. Après réflexion j’ais déduit que sa pouvais être l’arrivée d’air dans le réservoir (En faite l’essence consommée doit être remplacé par de l’air si non sa crée un vide et la pompe arrive plus a tiré assez d’essence) J’en ais parlé à mon mécano lors du service des 1000 km et bingo il a trouvé un tuyau tordu donc bouché de l’arrivée d’air du réservoir Depuis c’est un vrai avion… et que du bonheur En moto GP les mecanos chauffe les motos un long moment, je pense que les notres en on aussi besoin, pas aussi poussé mais cool les 3 à 5 premiers Kms

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire