Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Interview : Bernard Rigoni fait le point sur la situation de l'équipe d'endurance BMW, ils seront bien aux 24 heures du Mans

Dans Moto / Sport

Interview : Bernard Rigoni fait le point sur la situation de l'équipe d'endurance BMW, ils seront bien aux 24 heures du Mans

Depuis environ 10 jours, vous avez pu lire les problèmes de l'équipe d'endurance BMW, lâchée par son préparateur.


Bernard Rigoni est le manager de cette équipe, après une rencontre au Touquet, nous avions convenu de reparler de ce nouveau challenge.


Bernard Rigoni est un homme d'expérience, l'endurance a été son terrain de jeu pendant des années, avec des victoires à la clé, un titre de champion du monde en 98 avec Christian Lavielle.


C'était donc l'occasion à la veille des 24 heures du Mans de faire une mise au point de la situation. Malgré un emploi du temps plutôt « chargé » ces temps-ci, Bernard a bien voulu répondre à notre sollicitation.


Avec ses trois pilotes, Sébastien Gimbert, Erwan Nigon et Sébastien Charpentier, son équipe, le Team s'est retrouvé un genoux à terre, mais pas écrasé.


Jean-Michel Cavret, directeur de BMW France l'an dernier, avait confié que son vœux le plus cher était que BMW soit officiellement en mondial d'endurance cette année, c'est fait.


  • -----------------------------------------------------------------------------------------

La BMW n'a pas roulé aux derniers essais au Mans fin mars début avril, que s'est-il passé exactement ?


C'est très simple, on l'a lu un peu partout, Daffix a jeté l'éponge, la moto n'étant pas prête, on ne pouvait pas faire rouler une moto qui n'était pas assemblée en temps et en heure.


La moto avait roulé, mais pas en configuration course, cela ne servait à rien de faire rouler la moto non configurée course, réservoir, etc, on avait roulé les 10 et 11 mars au Mans, mais refaire des essais avec une configuration non endurance ne servait à rien.


D'autant plus qu'avec le bras oscillant, sa modification, l'élargissement du bras oscillant, il a fallu changer la position des capteurs du « traction control » puisque nous l'utiliserons en course. La moto n'étant pas prête, cela ne servait à rien de dépenser des pneus, de l'essence etc.


Lors des essais des 10 et 11 mars, la moto n'avait encore les accessoires, changement de roues rapides, réservoir endurance etc.


Non, on avait les bonnes suspensions, le bon moteur, mais on avait un bras oscillant standard, avec les roues de 16 pouces à l'avant et 16 et demi derrière. On a fait de bons essais, Erwan et Sébastien ont roulé en 1'39''4.


Quel est ton rôle dans l'équipe ?


Je suis ce qu'on appelle le « race coordinateur », je m'occupe de toute la gestion de la course, en ce moment, ça consiste à recoller tous les morceaux du puzzle, parce que, il y en a un peu partout.


J'ai fait récupérer tout le matériel chez Daffix, le matériel en Allemagne, il y avait aussi les radiateurs en Espagne, nous n'avions pas non plus les radiateurs version endurance.


Tout a été livré le 4 avril chez Witec, le nouveau team qui est en train de travailler d'arrache pied pour assembler deux motos identiques.


Se faire lacher par Daffix à cette période, ça doit pas être simple si proche de la première épreuve ?


Il y a eu séparation entre Daffix Racing et BMW à l'amiable, mais je peux te dire que tous les gens qui sont impliqués dans le team sont hyper motivés, et les pilotes avec qui je suis en contact tous les jours sont hyper motivés eux aussi, la moto sera prête. On va rouler le mardi 13 avril prochain, on fait des essais privés, on a un déficit de roulage, mais dans l'adversité, on reste confiant et motivé.


Tu es habitué de part ton expérience à préparer ce genre de challenge depuis plus de 20 ans, mais là, c'est un peu chaud.


Oui, mais pour moi, préparer une course aussi importante que les 24 heures du Mans, ça ne s'est pas fait dans la sérénité. Et j'espère retrouver très vite cette sérénité.


Est-ce toi qui avait le rôle de choisir les pilotes ?


Oui, c'est moi qui proposais les pilotes à BMW et Michelin, mais c'est un choix commun, on validait ensemble.


Je les connais très bien, ils me font confiance, ils savent qu'ils peuvent compter sur moi et moi, sur eux. Avec ces pilotes, on se connaît bien, on a établi des relations qui dépassent les relations sportives, derrière, il y a aussi de l'affectif.


Tu as bien l'aide officielle de BMW Allemagne dans cette équipe !


L'équipe, se sont deux principaux partenaires : BMW Motorrad France et Michelin, on a bien l'aide de la maison mère, mais elle passe par BMW France.


Peux-tu expliquer les différences entre la 1000 RR du concessionnaire et celle que tu vas mettre sur la piste, qu'as tu le droit de changer, au niveau moteur, etc ?


Interview : Bernard Rigoni fait le point sur la situation de l'équipe d'endurance BMW, ils seront bien aux 24 heures du Mans


En EWC, alors, le moteur déjà, on peut pas toucher grand chose, on doit conserver tout le haut moteur, on n'a pas le droit d'enlever de la matière, on a le droit de changer les arbres à cames, mais les pistons doivent rester d'origine.


Sur la boite de vitesse, on peut changer la transmission primaire, mais par des pignons qui sont sur le marché. Le cadre est d'origine, le réservoir est adapté avec les vannes zénith à remplissage rapide, avec une capacité maximum de 24 litres.


On a les suspensions Olhins d'usine. En ce qui concerne les jantes et pneus, on travaille avec Michelin avec des jantes de 16 pouces devant et 16.5 à l'arrière. Michelin travaille beaucoup et roule avec un moto laboratoire, la numéro 63.


Penses-tu que BMW, vous puissiez gagner dès cette année ?


De toute façon, on ne vient pas pour faire de la figuration, ça c'est clair. Mais il va falloir roder l'équipe, moi, j'ai confiance dans la préparation de la moto et à son efficacité en piste, j'ai confiance dans cette équipe, et en nos trois « guerriers » les deux Sébastien et Erwan Nigon.


A nous après dans les stands, d'être aussi efficace que possible, il va falloir que l'on se connaisse, on n' a pas pu apprendre à coordonner les gestes, répéter, c'est important de ne pas perdre de temps pendant les arrêts aux stands.


Nous allons donc exploiter le moindre quart d'heure pour faire des répétitions pour faire des changements de pilotes, pour être le plus efficace possible sachant qu'on a un déficit par rapport à la concurrence en matière de roulage. En matière d'efficacité stand, c'est une équipe qui connaît mais jeune sur le papier. Pour répondre à ta question, je me dis que tout est possible.


Au Mans, il faut que l'on fasse le meilleur résultat possible, compte tenu de l'accouchement qui s'est fait dans la douleur de notre projet. Il nous faut retrouver la confiance et la sérénité qui nous fait défaut depuis ce bouleversement.


Que penses-tu de ces équipes privées, elles sont nombreuses, qui viennent avec des moyens très modestes et qui comme le RAC 41 l'an passé au Bol font une performance incroyable ?


Il y a un vecteur qui anime tout ce milieu de la course, c'est la passion, il y a la magie de cette course mythique et malgré la crise et les difficultés, ces passionnés ne baissent pas les bras.


L'année dernière aux 24 heures, il y avait 46 équipages, cette année, l'ACO a retenu 64 équipages. Ce mélange d'équipes officielles qui viennent pour gagner avec des amateurs est extraordinaire, certains viennent juste pour finir.


L'endurance dans ton cœur, ce sont les courses de 24 heures, pas de 8 ?


Ha oui, c'est l'âme de l'endurance, ressentir au fond de la nuit vers 3-4 heures du matin, dans des conditions parfois difficiles, il fait froid, c'est magique, c'est quelque chose d'exceptionnel.


Merci Bernard, et bonne réussite à ton équipe.


Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

J'espère de tout mon coeur, même au delà que cela va marcher. La BMW marche fort( voir Troy à Valencia aujourd'hui, je sais je sais c'est pas les même machines...) mais franchement l'équipage à grave de la gueule, les Séb se connaissent trés bien et ont déjà gagné ( et on ne gagne pas par hasard dans ces courses) et Erwan est constant et c'est bien là le principal. pour moi c'est une des meilleurs, voir le meilleur trio pour l'endurance. ON CROIT EN VOUS ON EST DERRIERE VOUS.... Gros gaz Séb, Séb, et Erwan. faites taire toutes ces mauvaises paroles en lignes ces derniers jours.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire