Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Interview de Patrice Brachet, président de la ligue motocycliste du Limousin.

Dans Moto / Loisirs

Interview de Patrice Brachet, président de la ligue motocycliste du Limousin.

Dans un premier temps peux-tu te présenter ? Depuis combien de temps tu fais de la moto ?


Je m'appelle Patrice Brachet, je suis président du « Cussac moto club », aussi président de la ligue du Limousin et membre du comité directeur de la fédération française de motocyclisme.


Depuis trois ans on a repris le site de Piégut, pour refaire vivre la moto à Cussac et, pour l'instant, ça se passe bien, même si le RDV financier n'est pas toujours présent. Le but est d'organiser et de faire vivre un site de pratique moto.


Surtout que Cussac a un riche historique au niveau moto cross!


Oui, il y a eu 3 championnats mondiaux, quelques championnats d'Europe et les clubs successifs ont organisé annuellement au moins un championnat de France. Depuis deux ans nous recevons le championnat de France de motos anciennes avec grand plaisirs. Cela permet de montrer ce que valent les "vieilles motos" et, conjugué avec des motos récentes, ce n'en est que plus sympathique. Le spectateur peut côtoyer tout le monde de la moto de cross des années 1960 jusqu'à aujourd'hui !


Tes débuts en moto ?


J'ai toujours aimé la moto. J'ai commencé dans les années 1978 je crois tout d'abord sur un DTMX que j'ai tué trois ans après, ensuite sur une Honda XR, pour finir sur une KTM. J'ai également roulé une quinzaine d'années sur Honda.. Toujours en moto d'enduro tout terrain. J'ai découvert le moto cross avec le club.


Parles moi un peu de l'organisation de ce week end. Combien de bénévoles sont présents et combien de temps vous a-t'il fallu pour mettre en place cette manifestation?


La préparation est annuelle. On organise deux épreuves sur le site, des journées d'entraînements ou encore des journées concessionnaires. Il y a un développé de journées de travail assez important.


Pour cette épreuve, nous y travaillons depuis un bon mois. Petite précision, on ne laisse jamais le site à l'abandon. Il est refait environ tous les 2 mois, dès que le circuit est un peu abîmé. C'est beaucoup moins de travail et cela coûte moins cher. De plus, le pilote prend beaucoup plus de plaisir à rouler sur un circuit qui est praticable.


On est peu nombreux 7 à 10 (15 maxi) qui travaillons régulièrement. Aujourd'hui on était une trentaine à table. C'est bien. Ce soir, on sera aussi nombreux et demain, ce seront environ 110 personnes qui seront sur le pont. Il faut ça pour la réussite de l'épreuve, pour la sécurité notamment au niveau médical. Je prends 2 ambulances même si la préfecture ne nous en impose qu'une.


Pour le docteur, idem, c'est un médecin « urgentiste », c'est important pour moi qu'ils soient bien soignés si malheureusement ils en ont besoin. Il faut savoir que le coût des assurances est devenu énorme, et c'est les pilotes qui compensent cette somme-là, donc, je veux que ce soit bien s'ils ont besoin.


Pour la journée de demain, le budget est de 18000 €.


Quelles sont tes attentes au niveau du public ?


Niveau public, on a fait un gros travail de publicité, d'information. J'ai eu la chance d'avoir une interview sur « France bleue », j'espère que la télévision aura fait passer le message ce soir. Il y a eu un gros travail de la part des bénévoles qui ont été sur les marchés et autre diffuser l'information. Ce serait une récompense si on avait 1000-1500 personnes.


On parle beaucoup d'environnement, on sait que les sports mécaniques sont un peu dans le collimateur; vous n'avez pas trop de soucis en Limousin ?


Non, pas de soucis; après on est dans une région verte, on a intérêt à garder nos sites pour pouvoir en profiter. Après il y a toujours des brebis galeuses que l'on ne peut pas facilement gérer. Sur le site en lui-même, on fait attention ; par exemple, cela fait 2 ans que l'on n'a pas utilisé de désherbant, on essaye de travailler autrement.


Au niveau de bruit, on a fait l'acquisition d'un sonomètre ; le mec qui fait trop de bruit on essaye de le faire corriger; on a des embouts anti-bruit surtout que lorsque l'on est au grand saut, on voit le clocher de l'église !! et le circuit est ouvert tous les 15 jours.


Interview de Patrice Brachet, président de la ligue motocycliste du Limousin.


C'est un travail de bénévoles, de passionnés...il y a 14 hectares à nettoyer, et comme tu peux le remarquer, c'est propre.


Souhaites tu ajouter quelque chose, remercier quelqu'un ?


Remerciement surtout aux bénévoles. Ce que je souhaite, c'est que ça perdure, qu'on se batte, que les sponsors voient que depuis 3 ans que l'on existe, on est crédible; que l'on ait plus d'aides (même si on a des sponsors fidèles il en faudrait plus) ce serait bien, ce circuit le mérite.


Le président de la fédération a reconnu que l'on avait fait un super boulot. Le circuit appartient à la fédération et on le loue. On a un beau circuit, ce serait bien que l'on continue à s'en servir !


Merci Patrice pour ces précisions.


Merci à toi et bon week end.


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire