Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Interview : Hugo Payen, partant au Dakar 2008

Dans Moto / Sport

Interview : Hugo Payen, partant au Dakar 2008

Né en juillet 1971, Hugo Payen n'est pas un débutant dans la moto. Après avoir conqui pas mal de podiums dans des championnats d'enduro ou de cross, il devient champion de France d'enduro Nat B en 1995 au guidon d'une 250cc. 2 ans plus tard, il se classe 3e du championnat de France en Nat A. Son premier Rallye, il le court en 2000 à l'occasion du Rallye Optic 2000 en Tunisie où il terminera 11e. Puis il prend le départ de son premier Dakar en 2005 qu'il termine à la 92e place : un résultat peu significatif des capacités d'Hugo Payen. En 2006, il court le Dakar à nouveau mais de nombreuses chutes auront raison de son physique. Cette année, Hugo n'a rien couru si ce n'est quelques courses en championnat de France. Le 30e Dakar sera pour lui l'occasion de retrouver les joies, du rallye, du pilotage et sûrement des galères.


J'ai eu l'occasion de rencontrer Hugo sur le circuit de cross de St Herblain (44) lors de ses premiers tours de roues avec sa nouvelle moto : une BMW 650 X-challenge.


Interview : Hugo Payen, partant au Dakar 2008


Bonjour Hugo. Après avoir couru le Dakar en 2005 et 2006, tu repars cette année. Quelles sont les motivations pour repartir cette année alors que tu ne t'es pas engagé en 2007 ?


Disons que l'année dernière, j'ai voulu repartir et on a monté une équipe mais ça été compliqué et ça a foiré au dernier moment donc j'ai été privé de Dakar l'année dernière. Du coup cette année je voulais essayer de repartir un coup, pour voir. C'est vrai que ce n'est pas évident de repartir quand tu fais un blanc.


Un peu difficile comment ça ?


Ce qui est dur c'est de se remettre dedans, on ne sait plus trop où on en est. C'est vrai que le Dakar est une course d'expérience parce que plus tu en fais et plus tu arrives à gérer ta course, tu sais comment ça fonctionne. En réalité, le fait de s'arrêter donne l'impression de perdre vachement de choses.


Tu repars au guidon d'une BMW 650 X-challenge. Pourquoi ce choix ?


Bah j'ai essayé la moto, elle était sympa et puis j'ai eu une bonne opportunité avec BMW et Pays de Loire moto. Ils se sont mis à fond dedans. C'est motivant. La X-challenge est une moto super agréable. Et puis, on est que 3 BM sur le Dakar, c'est sympa, ça marginalise un peu.


Interview : Hugo Payen, partant au Dakar 2008


Après le millésime 2006, tu as parlé de préparer une équipe avec un 4*4 d'assistance et un ou deux mécanos. Qu'en est-il cette année ?


On a essayé de faire ça l'année dernière mais c'était compliqué, on n'était pas loin d'y arriver mais en fait, y'a eu beaucoup d'inscription. Et puis les mecs avec qui je m'étais inscris n'avaient jamais fait le Dakar, du coup, notre équipe n'était pas prioritaire et ils nous ont évincés. Donc cette année, je repars tout seul plus modestement avec pour objectif d'emmener la moto à Dakar. Le reste ne sera que du bonus. Mais emmener la brêle à Dakar sans assistance en faisant la mécanique le soir, le RB, le roulage se sera très bien.


Interview : Hugo Payen, partant au Dakar 2008


Donc, une fois sur place, tu seras tout seul. As-tu suivi des cours de mécanique ou est-ce quelque chose que tu connais déjà ?


Par l'expérience, je connais un peu la mécanique mais pas la grosse mécanique. C'est infaisable. Si je descends un moteur ou qu'il y a un bruit dans la boite, c'est fini. Ca peut éventuellement être avec de l'aide sur place mais il ne faudrait vraiment pas que le moteur dérouille. Mais avec BM, ça devrait aller de ce côté là.


Interview : Hugo Payen, partant au Dakar 2008


Et puis tu dois connaître d'autres pilotes sur place ?


Oui pleins, c'est un petit milieu, Déprès, Bethis, Frétigné, ce sont des copains, on roulait en championnat de France ensemble. On a fait notre premier Rallye avec Bethys en 2000 en Tunisie. J'étais même devant lui.


Tu as déjà 2 Dakar à ton actif, comment se sont-ils passés ?


En 2005, je termine alors que je courrais mon premier Dakar mais mon classement n'était pas significatif. J'ai pris des pions dès le début, parce que je me suis un peu paumé et je suis sorti des couloirs de sécurité. Du coup, boum, il te mette 8 h de pénalité, après c'est fini. Ca te saoule et tu n'es plus dans la course et du coup, c'est super long et tout est long du coup. Des moments, je m'arrêtais, je n'étais plus dans la course. Mais il fallait aller au bout. Alors j'ai terminé bien sûr mais en ayant un état d'esprit différent.


Et puis en 2006, ça partait bien mais j'ai fait une grosse chute. C'est con, j'étais 12 de l'étape quand je me suis explosé. Au classement, j'étais 22e et cette belle spéciale me faisait faire un bon en avant. Et quand je vois les mecs avec qui je roulais, ça me mettais dans les 10 ou 12 au classement. Et tout ça la veille de la journée de repos. Le gros était fait mais je me suis peté les bras.


Tu as expliqué tes chutes de 2006 (3 au total) par le fait que ton réservoir de 28 l était placé à l'avant. As-tu modifié ta BMW en fonction de ça ?


Effectivement, j'ai pris toutes mes pelles par l'avant dont 2 vraiment bonnes. Sur la BM, le réservoir principal est monté d'origine sous la selle donc au centre de la moto. Ensuite je me retrouve avec un gros réservoir devant mais je n'en remplirai que la moitié et c'est celui là qui se vide en premier. Cela devrait ne pas poser trop de souci.


Interview : Hugo Payen, partant au Dakar 2008


Qui t'a préparé la moto ? Pays de Loire moto ?


Alors pays de Loire moto me fournit la X-challenge. C'est Richard, un ami de Marillais qui me fait la préparation. C'est un super bon touche à tout qui m'a fait une superbe moto. Tout a été modifié de la moto de série : des renforts supplémentaires, le faisceau électrique pour la navigation, la partie cycle (suspensions), l'autonomie, le poste de pilotage. Il n'y a finalement plus grand chose d'origine.


Et ta préparation à toi, comment se déroule t-elle ? As-tu participé au stage Dakar de septembre ?


Je n'ai pas fait le stage parce qu'il s'agit plus d'un stage de navigation que de préparation. Et puis c'était compliqué d'y aller, il faut du temps. Physiquement, il faut un entretien régulier mais je ne fais pas un entraînement à la Rocky. Et je suis dans un taf actif, on fait des randos, du quad, ce qui permet de garder une caisse. Ce n'est pas l'entraînement idéal pour le Dakar mais il faut du temps.


Interview : Hugo Payen, partant au Dakar 2008


Il faudrait quoi comme entraînement ?


Faudrait se donner, 3 h de sport par jour, 3 mois avant mais c'est loin d'être mon cas.


Et au niveau roulage ? Tu as roulé un peu sur la côte, dans les dunes ?


Non, dans les dunes, il n'y a pas le droit. Cette année, j'ai fait quelques courses régionales et nationales. Après une moto c'est une moto. Faut que je la connaisse bien donc là je vais l'avoir pendant une semaine, je vais en profiter un maximum. Maintenant, je n'ai pas fait de gros entraînements, faut surtout être bien avec sa moto. La 1ère étape fait déjà 600 bornes mais avant de faire 600 bornes entraînement Disons qu'il y aura les 1ère étapes pour se faire la main au Portugal.


Interview : Hugo Payen, partant au Dakar 2008


Question plus classique, que penses-tu du tracé ?


Ca va être un Dakar dur, tant mieux. On va là-bas pour galérer et il faut que ça reste une course difficile. C'est pour cela que l'on fait le Dakar, même si on regrette sur le moment mais c'est ça le charme.


Les organisateurs ont déboublé 2 étapes où le parcours moto ne sera pas le même que les voitures et les camions. C'est positif ou non ?


C'est un truc bien pour la sécurité parce que la piste ne sera sûrement pas large. Mais c'est aussi un peu inquiétant puisque ça veut dire que si nous on y va et pas les bagnoles c'est qu'elles ne vont pas passer. Quand tu vois les watt qu'elles ont et où elles peuvent passer, c'est que ça va être chaud. Je pense que ça va être du gros franchissement. Ca m'a un peu inquiété quand j'ai vu ça mais il vaut mieux ne pas trop y penser avant d'y aller.


Connais-tu ton numéro de départ ?


Oui, le 45. Je l'ai eu la première fois, j'ai demandé à le garder plus pour être reconnu. Y'a aucun signe avec le 45


Interview : Hugo Payen, partant au Dakar 2008


Du coup, est-ce que 2008 va être le début d'une nouvelle longue série ?


Non aucune idée, après c'est la passion et l'envie. C'est difficile de le dire avant. Quand tu termines, tu te poses la question de savoir si tu repars ou non pour être sur de finir ta carrière sur le Dakar par une édition que tu as terminé. Dans le cas inverse, tu te dis merde, c'est con de finir comme ça. Et puis suffit qu'il y ait une autre opportunité l'année prochaine, ça dépend de pleins de choses.


Et bien, je te souhaite bon courage Hugo pour ce nouveau Dakar que caradisiac moto suivra avec grande attention.


Il reste encore quelques détails à régler avant de partir au niveau de la moto mais il reste encore 10 jours à Hugo pour finaliser tout ce dont il a besoin. Bon vent.


Interview : Hugo Payen, partant au Dakar 2008


Portfolio (2 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire