Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Interview : Le Team 18 vise le top 10

Dans Moto / Sport

Interview : Le Team 18 vise le top 10

A 3 semaines de départ des 33e 24 heures du Mans et après avoir participé aux essais pré-Mans fin aout, Yannick Bureau, team manager du team 18 des sapeurs-pompiers fait le point avec nous sur une saison marqué par un changement radical de moto. Après avoir roulé 10 ans sur une Suzuki, Stéphane Molinier, David Brière et Sébastien Prulhière, nouveau venu, ont pour mission d'emmener la BMW rouge le plus haut possible.


Bonjour Yannick. Comment se sont passés les essais pré-Mans pour le team 18 ?


Nous avons fait 2 grosses journées de travail car nous avons encore peu roulé avec cette moto en conditions de course. Nous avions donc beaucoup de choses à voir. Depuis le Bol, l'équipe technique a fait un travail de fou entre les 2 manches de 24 heures : châssis, réservoirs, électronique... tout a été modifié lors de journées de roulages sur le circuit du Vigeant. Grâce à ce travail considérable du staff technique, les pilotes ont pu se régaler lors de ces essais prémans, tout en poursuivant les réglages. Nous sommes dans la "bonne direction" puisque les pilotes bouclent le tour de piste en 1'41 de manière régulière avec des pneus prévus pour la course. Sébastien a même "claqué" la pendule en descendant en 1'40"6 assez sereinement.


Comment se comporte la moto ?


La moto est saine, le moteur est puissant, on prend du plaisir avec cette BMW... on a hâte d'être dans trois semaines de retour au Mans pour les choses sérieuses !!


Pour ces 24 heures, vous changé à nouveau de pilote. Comment s'est réalisé ce choix ?


Nous avons décidé de changé notre 3e pilote car nous recherchons un pilote d'endurance avec un certain profil. Nous avons besoin d'un pilote qui ait un gabarit proche de nos 2 pilotes titulaires pour éviter des problèmes de réglages de la moto. En course, nous ne pouvons pas changer un amortisseur si les gabarits sont trop disparates


Y'a-t-il eu beaucoup de « candidats » ?


Dès que ça c'est su, nous avons eu pas mal de touche. Des pilotes étrangers mais il faut faire attention à la barrière de la langue et puis il y a pas mal de ressources en France.


Pourquoi avoir choisit Sébastien ?


Il roule sur une BMW donc il connait bien la moto et son feeling. Il roule vite et a un gabarit proche de Stéphane et David. Le dernier point et c'est presque le plus important, c'est qu'il a de grandes qualités humaines. C'est très important pour nous, il faut de la solidarité dans notre équipe surtout dans les coups durs.


N'est-ce pas un peu compliqué de changer régulièrement les pilotes ?


Forcément un petit peu oui. Mais nous essayons d'en tirer des avantages. Nous avons 2 pilotes titulaires ce qui nous permets d'essayer un 3e pilote. Nous sommes un peu en phase de préparation en jouant des matchs amicaux en vu de préparer un championnat important par exemple.


Comment a évolué la moto depuis le Bol d'Or ?


Je veux saluer le travail de l'équipe technique qui travaille dans l'ombre et qui a réalisé un travail considérable. Au Bol, nous avions une V1 qui était rapide mais le manque de préparation ne nous a pas permis de montrer notre vrai niveau. Au Mans, nous aurons une V2 avec un nouveau réservoir, un châssis stable que nous avons pu régler grâce à de nombreux essais avec Dunlop, au Vigeant ou avec BMW. Les carénages ont aussi été modifiés pour réaliser des changements plus rapides. Un autre grand changement apparait dans l'électronique puisque nous avons intégré dans l'équipe un sapeur-pompier volontaire qui est électronicien moto. Il sera chargé de toute cette partie sur notre machine.


Quel objectif te fixes-tu pour le Mans ?


Il faut rester très lucide. Nous n'avons roulé que 8h au Bol donc il est probable que l'on découvre encore des choses. Nous sommes sur la voie malgré 4 mois seulement de développement et avec nos moyens. Nous sommes compétitifs dans les 10 mais au-delà, restons prudent car il ne s'agit que de notre 2e course.


Si la saison 2011 n'est pas encore finie, tu dois déjà penser à 2012 ?


Effectivement. Pour être clair, si le budget le permet, nous repartirons en tant que team permanent du championnat avec une BMW. Attention, il reste encore beaucoup de questions. Le format du championnat en fonction du nombre de course, les aides éventuelles de la FIM etc. Et puis la crise est toujours là. Nous avons la volonté mais cela va dépendre aussi de l'extérieur. Aujourd'hui, nous recherchons des sponsors sans connaître le format du championnat ce qui n'est pas facile.


D'autant que celui de 2011 a pas mal bougé en cours d'année.


Effectivement. La course de Donington a été annulé tout comme celle de Bahreïn ce qui a été le déclencheur de pas mal de colère dans les teams. On présente un programme aux sponsors et le programme change en cours de saison ce qui n'est pas bon pour les partenaires.


Allez vous recevoir un soutien de la part de BMW ?


Nous avons rencontré le patron de BMW France en Juin. Il a un objectif à atteindre qui lui est fixé par l'Allemagne. Malgré tout, nous continuerons à être supporté par BMW France. Pour nous, on reste dans l'optique des rouler avec une BMW sur le long terme.


Merci Yannick et bon courage pour les 24 H.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire