Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info

Les pièges de la route.

Dans Moto / Pratique

Les pièges de la route.

Rien ne vaut une bonne balade le dimanche quand le soleil est de la partie, ou même que c'est bien de pouvoir traverser une grande ville sans tomber dans les bouchons. Mais il arrive parfois que la route devienne piégeuse et l'on risque de se retrouver les quatre fers en l'air. Voici quelques conseils pour limiter les gamelles.


En ville :


Entre les gens qui ne mettent pas leur clignos, qui changent de voie sans regarder dans leur rétro, pas évident de se sentir en sécurité dans cette jungle urbaine. Faites attention, par exemple au plaques d'huiles et de gasoil (surface brillante et/ou noirâtre, avec la pluie on un léger reflet arc en ciel). Aussi à la route humide, tous les excès d'échappement de voiture ressortent de la chaussée sans être évacués et ça devient une vraie patinoire. Il y a aussi les pavés et les lignes blanches qui sont glissants et dangereux par temps de pluie.


En montagne :


On obtient une telle sensation de liberté quand on attaque les virolos, que certains sont même prêts à faire 1000 km dans un week-end juste pour le plaisir de faire des routes de montagne. Quelques conseils pour ne pas se faire avoir dans un milieu quand même hostile et parfois très changeant :


Première chose, ce n'est pas un circuit, pas question de déhancher : en faisant cette action, on verrouille la trajectoire de la moto, et impossible de redresser si un problème survient.


Ensuite, toujours bien ralentir en entrée de virage sans visibilité, car on ne sait jamais ce qu'on trouve à la sortie : des graviers, une plaque Edf, une voiture qui coupe la route (ça devient un sport national hélas) ou bien encore des cailloux (si on se trouve dans des gorges). Dernier point, les routes de montagnes sous soumises à des températures extrêmes et se fissurent souvent. Notre très cher DDE a eu la bonne idée de les reboucher avec un genre d'enduit noir qui est une vraie patinoire, et l'effet s'amplifie avec la chaleur et le froid. Méfiance donc avec ces rainures.


Mots clés :

Commentaires (5)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Si je peux rajouter une remarque supplémentaire, gare aux ronds points les jours de pluie. Avec les trop-pleins de gazoil répandus par les poids lourds, c'est la gamelle assurée en cas d'angle trop prononcé.

Expérience vécue!

Par Anonyme

en général, le gazoil tu le sents avant de la voir .... c'est un des premiers signes qui doit éveiller l'attention !!

n'ouvrez pas seulement l'oeil !!

;o)

Par Anonyme

Tu sents le gasoil à travers le casque? Tu dois être très fort. :p

A moins qu'il n'y ai 20 litres sur la route, je ne pense pas.

J'en ai jamais senti en tout cas et pourtant je suis parti en glisse plus d'une fois.

Par Anonyme

{"Tu sents le gasoil à travers le casque ? Tu dois être très fort. :p"}

et oui, je suis tres fort !! .... j'ai trouvé comment entre-ouvrir ma visière et jusqu'a preuve du contraire, un casque n'est pas hermétique !!

personnellement, je roule tous le temps visière mi-ouverte à des vitesses inférieures à 70 Km/h .... donc oui je sent souvent le gasoil ou l'essence avant de le voir !!

de plus jamais de glissouilles pour moi ...

Par Anonyme

Il est vrais que les bandes noires destinées à boucher les fissures sont encore plus traitres que la peinture.Il faut croire que nos routes ne sont pas encore assez dangereuses pour les motards. Quant est-ce que la DDE prendra en compte les particularités de la conduite d'un 2 roues????? Pauvre FRANCE......

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire