Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Moto GP - Espagne: Carmelo Ezpeleta parle de 18 ans de gestion

Dans Moto / Sport

Moto GP - Espagne: Carmelo Ezpeleta parle de 18 ans de gestion

A la veille d'un Grand Prix d'Espagne qu'un volcan islandais a mis en seconde position au calendrier de la Dorna, celui qui en tient les commandes, le non moins espagnol Carmelo Ezpeleta s'en est allé distiller un cours aux étudiants de l'école de commerce IESE de Barcelone. Une intervention aux allures de bilan puisque le ponte a fait de point sur presque deux décades de gestion du Moto GP. Car c'est en effet en 1992 que l'enseigne a acquis les droits commerciaux de la compétition. Une durée qui permet d'avoir un certain recul sur son activité.


Côté chiffres, le boss n'a pas été avare en éléments : 281 Grands Prix, 207 pays diffusant les courses en direct, pour 5 257 heures de télévision, 2,3 millions de spectateurs sur les circuits et le site officiel motogp.com a reçu plus de 47 millions de visiteurs. Grâce à la Commission de Sécurité qui associe activement les pilotes, 75 millions d'euros ont été investis par les circuits pour améliorer la sécurité. Enfin, au départ, le total des prix remis aux catégories était de 350 000$. « Aujourd'hui nous donnons plus de 50 millions d'euros, avec les prix et le sponsoring de certains teams » souligne Carmelo. Manque un nombre, néanmoins, dans ce tableau comptable, celui des participants au Moto GP. 17. Certes, ça fait modeste, mais, on le sait, la Dorna y travaille.


Moto GP - Espagne: Carmelo Ezpeleta parle de 18 ans de gestion


Et elle n'y réfléchit pas seule dans son coin : « Les principaux éléments qui nous ont permis de maintenir cette réussite ont été la passion et la capacité à comprendre ce qui fonctionne. Ce sont des éléments indispensables pour se développer et innover comme nous le faisons » assure l'Espagnol qui veut ancrer son Moto GP sur l'ensemble de la planète : « Le problème est qu'il y a des zones du globe où nous ne pouvons pas courir parce qu'il n'y a pas de circuit homologué » regrette-t-il en donnant les prochaines directions de sa gestion :


« Maintenir un contact fluide dans le paddock, qui nous permette de détecter les problèmes et sur quoi nous devons travailler et chercher des solutions. Les pilotes et les teams sont les fondations du Championnat et nous devons les écouter et les soutenir. La FIM est le propriétaire des droits, et avant tout de l'histoire. Nous marchons main dans la main pour chacune des décisions et les changements sont toujours basés sur un consensus. »


« Notre engagement auprès de la FIM est d'organiser les courses et de nous assurer qu'il y ait une couverture TV maximale. Dans ce but, nous avons choisi une gestion intégrale des droits commerciaux. Peut-être que nous pourrions générer plus de revenus en négociant chaque droit individuellement, mais nous pensons que c'est beaucoup mieux comme ça. »


Mots clés :

Commentaires (3)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

mon cul! La dorna a prit trop de pouvoir! la preuve 4 GP en espagne cette année... La fim se laisse faire et c'est bien domage. Pour ce qui est du motogp, ben ça restera comme ça, fallait pas interdire bêtement les cylindres à trous.

Par Anonyme

le motogp ça me fait chier, c'est comme la F1...

Par Anonyme

Malheurement le plateau motogp maigrit d'année en année et la DORNA ne trouve pas encore de bonnes solutions.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire