Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Moto GP - Malaisie: Kawasaki ou l'art de mener en bateau

Dans Moto / Sport

Moto GP - Malaisie: Kawasaki ou l'art de mener en bateau

La nouvelle est tombée et comme on pouvait le craindre les tergiversations sur une troisième Kawasaki, serpent de mer avec qui la Dorna se bat depuis pas moins de deux ans pour espérer étoffer enfin son maigre plateau, ont eu raison des bonnes intentions que Jorge Martinez était pourtant prêt à financer. Debon n'ira donc pas en Moto GP et Nakano peut se préparer au sort d'un pilote de développement pour Honda. Il n'y aura pas de troisième Ninja en 2009.


Bartholemy se contente de regretter une « occasion perdue pour tout le monde » mais on peut quand même s'interroger sur les réelles bonnes volontés d'Akashi dans cette fable. Suzuki, au moins, avait eu la délicatesse de jeter l'éponge assez vite sur le principe d'augmenter le contingent des GSV-R. Les verts ont été plus décevants. Non seulement ils ferment le Moto GP à des investisseurs qui s'étaient très tôt déclarés, mais en plus ils ont fait miroiter de belles choses à un pilote qui se retrouve le bec dans l'eau.


Moto GP - Malaisie: Kawasaki ou l'art de mener en bateau


Ezpeleta ne peut plus à présent que compter sur les bonnes volontés de Ducati et la motivation d'un Gibernau pour agrémenter son effectif. Ce qui revient à dire que le Moto GP compte sur le plus petit constructeur de son paddock pour lui donner du volume. Chercher l'erreur.


Commentaires (2)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Kawasaki merde dans toutes les disciplines de vitesse au niveau mondial et manifestement ce n'est pas par hasard, vu l'accumulation de décisions débiles depuis trop d'années. Avec Hopkins et Melandri l'an prochain on doit s'attendre à voir une belle lutte pour la dernière place, vu qu'aucun des deux ne sait régler une moto ni encore moins la développer, et ce ne sont pas les pilotes d'essais, qui tournent à 3 secondes des temps de référence, qui vont les aider. Dommage, c'est une belle marque, avec une image sportive qui était bien ancrée, mais qui s'effrite de jour en jour au profit de ses concurrentes, principalement Suzuki qui occupe avec ses GSX-R le créneau que Kawasaki occupait avec ses 3 cylindres 2 temps dans les années 70. On peut faire tous les calculs qu'on veut, l'engagement de la troisième moto pour Nakano aurait très certainement coûté moins cher que de payer Hopkins et Melandri pour rester en fond de grille...

Par Anonyme

Bartholemy et le manque de chevaux , peut etre les deux questions a se poser en premier chez Kawa ? ( dans le désordre )

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire