Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info

MotoGP - Tests Sepang J.2 : Rossi comme il y a vingt ans !

Dans Moto / Sport

MotoGP - Tests Sepang J.2 : Rossi comme il y a vingt ans !

Valentino Rossi est ravi de sa rentrée 2018 en MotoGP. Sa Yamaha lui donne pleine satisfaction et il a fini cette seconde journée à Sepang avec un deuxième temps. Juste derrière son équipier Viñales. Des moments positifs qui lui font retrouver une seconde jeunesse. La preuve, il portait son casque avec la décoration de 1997 !

Valentino Rossi : « même si je suis mieux préparé que l’an passé, le premier jour ici a été dur sous la chaleur. Aujourd’hui, c’était mieux. Mais je ne suis pas à 100 %. J’ai du mal à respirer et je ne peux pas marcher à cause de ma jambe cassée en septembre. Alors je suis essoufflé. Mais je constate aussi que ce n’est pas une partie de plaisir non plus pour les plus jeunes ! »

« L’âme et le cœur de notre châssis actuel vient du millésime 2016, ce qui fait qu’il a deux ans. Mais on l’a aussi beaucoup changé et celui que j’ai essayé aujourd’hui est relativement nouveau. On ne partira pas forcément sur un 2016 pur jus car ça date un peu. Pour autant, les tests de novembre effectués ici ont rappelé pourquoi nous avions été si bons en 2016. C’est pour cette raison qu’il reste notre base de départ ».

« Cette journée a encore été bonne. J’ai toujours de bonnes sensations, j’ai toujours été compétitif et nous sommes bien plus rapides en pneus usés qu’en 2017 ce qui est un bon signe. La compétition sera serrée alors on va travailler sur les moindres détails. Tout ne fait que commencer, mais c’est important de bien débuter comme nous le faisons. En 2017, on est mal parti et on a vu ce qui s’est passé avec des hauts et des bas. C’est mieux de démarrer comme ça ».

« Sur le carénage, je n’ai rien à redire, l’avant reste plus en contact avec le sol et je ne vois pas de désavantage. Je ne pense pas que je ferai de simulation de course ici. Je ferai ça en Thaïlande. J’ai d’autres choses à vérifier. Et puis c’est toujours physiquement difficile de se remettre d’un tel exercice. Je verrai quand même demain comment ça va aller et si je me laisse convaincre ».

Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire