Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info

Rétrospectives des 1er Dakar par Patrick Lehue: un marathon de 25 heures.

Dans Moto / Sport

Rétrospectives des 1er Dakar par Patrick Lehue: un marathon de 25 heures.

En décembre 1978, juste après le réveillon de Noël, une poignée d'aventuriers d'un nouveau genre attend au pied de la tour Eiffel le top départ pour la première édition du Paris Dakar. Un prologue à Montlhéry et une traversée de la France plus tard, c'est à Marseille que tout ce petit monde à rendez-vous pour l'embarquement...


Puis, ce sera le premier janvier et le port de Sète. C'est cette journée un peu particulière que Patrick Lehue a décider de s'offrir pour ses cinquante ans.


Après avoir remis en service sa Honda 400 XLR, l'idée est lancée. Beaucoup d'intéressés se manifeste, mais un périple de ce genre demande un minimum de préparation et le délai est court. Un 4X4 pour la logistique et un camion pour l'assistance et en route pour l'aventure. Il est 5 heures du matin ce 1er janvier 2015 et tout le monde est prêt pour le départ. Douglas et sa BMW R80GS se sont joint à l'équipe. Mais pour des raisons professionnelles, il ne pourra accompagner le groupe que jusqu'à Argenton sur Creuse... A Artenay, une première pause dans cet endroit qui a été le théâtre de quelques spéciales du rallye permet à tout le monde de reprendre des forces.


Argenton sur Creuse; là, c'est le team Boischaut Sport Organisation qui attend le convoi avec un petit salé aux lentilles maison. La vitesse moyenne depuis le départ est de 50 kms/h et le timing est respecté.


Rétrospectives des 1er Dakar par Patrick Lehue: un marathon de 25 heures.


A Brive, un nouvel équipage à bord d'une Renault 12 break préparée se joint à la troupe. Ils seront de la fête jusqu'à Sète. Du retard a été pris sur l'horaire prévisionnel mais peu importe, Patrick tient avant tout à privilégier les rencontres humaines.


A Ramonville, c'est le père de Patrick qui est au rendez-vous pour accueillir la caravane avec une bonne soupe. Il est presque 1h30 du matin et il reste encore plus de 220 kilomètres à parcourir.


C'est finalement à 6 heures du matin que le port de Sète sera en vue. Après 25 heures de route, le but est enfin atteint.


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire