Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Salon de la moto 2007 : BMW HP2 Sport - toutes les infos et photos HD sur la bombe de Paris !

Dans Moto / Salon

Salon de la moto 2007 : BMW HP2 Sport - toutes les infos et photos HD sur la bombe de Paris !

Nous l'avions vu arriver officieusement ici et , avant qu'Olivier nous la présente officiellement en live dans cette news.


Il semblerait que la BMW HP2 Sport soit la bombe du Mondial du 2 Roues 2007, si tel est le cas, alors j'espère que vous savourerez le communiqué Presse assez long mais incontestablement très informatif sur les technologies embarquées de la meule germanique, ainsi que les photos HD !


1. Concept, vocation et qualités.

Le rêve de nombreux adeptes de la moto boxer se réalise : avec la nouvelle BMW HP2 Sport, BMW Motorrad met sur roues la boxer de série la plus sportive, la plus puissante et en même temps la plus légère de tous les temps. La désormais troisième représentante de la gamme de modèles HP a été conçue pour le pilote aux ambitions sportives et fascine par de nombreux détails exclusifs qui étaient jusqu'ici l'apanage de la course et dont certains font ici leurs débuts dans la construction de motos de série.


Citons comme exemples les éléments de carénage autoporteurs aérodynamiquement optimisés qui sont réalisés entièrement en matière synthétique renforcée par fibres de carbone (CFRP), le shifter, un combiné d'instruments racing tel qu'utilisé en Moto-GP, les roues en aluminium matricé et le système de freinage racing avec des étriers vissés radialement. Peu importe le détail sur lequel l'observateur porte son regard, il apercevra la technique de course à l'état pur qui suscitera l'enthousiasme de tout amateur de moto passionné. Impossible de se tromper : cette BMW est une moto athlétique qui emballera tant sur la route que sur le circuit de course. Bien que, de par son principe, le bicylindre à plat présente des limites quant à la puissance et des inconvénients quant à l'aérodynamique dus à la disposition des deux cylindres, BMW Motorrad a décidé en toute connaissance de cause de faire évoluer ce concept de moteur riche en tradition pour le mettre en œuvre sur une routière sportive apte à emprunter les circuits de course.


Les paramètres du moteur sont absolument présentables : le moteur nettement modifié par rapport à celui de la BMW R 1200 S délivre plus de 96 kW (130 ch) à 8 750 tr/mn. Le couple maximal est de 115 Nm à 6 000 tr/mn, alors qu'avec 9 500 tr/mn, le régime maxi. du moteur atteint une valeur de pointe.


Techniquement, la BMW HP2 Sport est déclinée de la BMW R 1200 S. Taillée jusque dans le moindre détail à la mesure des pilotes aux ambitions sportives, la BMW HP2 Sport est pourtant une moto entièrement à part et absolument hors du commun. De nombreux petits détails innovants sont le fruit de l'expérience acquise dans les courses d'endurance.


Les culasses entièrement nouvelles de la BMW HP2 Sport constituent la déclinaison la plus marquante de la boxer d'endurance : deux arbres à cames en tête (double ACT) par culasse actionnent les soupapes agrandies par rapport à celles de la BMW R 1200 S via des linguets. D'autres modifications, telles que les conduits d'admission et d'échappement optimisés en termes d'écoulement, les nouveaux pistons matricés et les bielles adaptées, expliquent le surcroît de puissance que ce bicylindre à plat affiche par rapport au moteur de base.


La nouvelle ligne d'échappement en acier inoxydable passe pour la première fois sous le moteur. La moto est donc particulièrement étroite dans sa partie inférieure. Elle autorise ainsi une prise d'angle importante en virage ainsi que le montage d'un carénage moteur en CFRP favorisant l'aérodynamique. La ligne d'échappement procure de plus une sonorité d'une nouvelle qualité, inimitablement typée boxer, et séduit par le look marquant du silencieux arrière.


Le shifter associé à la boîte à six rapports à étagement plus serré qui permet de monter les rapports rapidement sans couper les gaz ni actionner l'embrayage est un autre élément exclusif emprunté à la technique de course. C'est la première application de cette technique sur une moto de série. Afin d'inverser, si besoin est, la grille de changement des vitesses pour le circuit, la gamme des accessoires propose un capteur de pression de rechange correspondant.


Pour la partie cycle, les ingénieurs ont opté pour des suspensions sport Öhlins entièrement réglables ainsi qu'un système de freinage monobloc Brembo qui est doté à l'avant d'étriers fixes à quatre pistons vissés radialement. Les repose-pied réglables, les guidons-bracelets en aluminium matricé également réglables ainsi que les leviers à maître-cylindre radial Magura assurent une ergonomie optimale. Le pilote se voit afficher toutes les informations importantes sur le combiné racing de série qui est directement issu des Moto-GP et qui, outre les informations habituelles, peut aussi fournir les temps au tour et d'autres données importantes en course (voir chapitre 3). La construction légère rigoureuse a été une priorité sur tous les composants. Elle ne concerne pas seulement le carénage avant autoporteur et le cadre arrière également autoporteur en carbone ou les roues matricées allégées, mais aussi des détails invisibles, comme l'alternateur léger emprunté aux motos de course. Il a ainsi été possible de ramener le poids de la HP2 Sport, réservoir plein (selon DIN, soit 90%) et en ordre de marche, à 199 kilogrammes. Le poids à sec est de 178 kilogrammes seulement. Configuration ergonomique variable, puissance moteur accrue et centre de gravité favorable du boxer – voilà une association qui garantit une maniabilité extrême, quasi ludique, et un potentiel élevé pour la course.


Même si la fascination de la course est très clairement au premier plan pour la BMW HP2 Sport, le pilote ne doit pas renoncer à l'équipement sécuritaire qu'est l'ABS. Le système antiblocage des roues perfectionné et spécialement adapté à la HP2 Sport est disponible en option et conçu de sorte à pouvoir être déconnecté lorsque la moto tourne sur circuit. Le lancement commercial de la BMW HP2 Sport est prévu pour 2008.


2. Nom du modèle et label.

«HP» signifie «High Performance». Le «2» dans le nom de cette BMW ultrasportive désigne le bicylindre à plat (boxer). La notion de «High Performance» ou «Haute Performance» symbolise le principe de la performance sportive et le potentiel de puissance de la moto dans son ensemble. «High Performance», c'est l'adaptation habile de tous les composants pour former un tout convaincant qui représente bien plus que la somme de ses détails. C'est le reflet d'une conception d'ensemble élaborée et de la perfection jusque dans le moindre détail, de qualités routières parfaites et du plaisir de la moto à l'état pur que rien ne vient troubler. Et bien évidemment, «HP» incarne aussi le prestige lié à un deux-roues exclusif, particulièrement haut de gamme. Après la HP2 Enduro et la HP2 Megamoto, la HP2 Sport est la troisième représentante d'une catégorie de motos tout à fait à part signées BMW et animées par le bicylindre à plat riche en tradition. Et si toutes les motos siglées HP2 profitent de la base technique de deux-roues de série déjà bien établies, elles s'en différencient très clairement par une conception intransigeante, fonction de l'utilisation envisagée, par leur orientation rigoureuse et manifeste sur le sport ainsi que des caractéristiques exclusives. Ces motos particulières sont développées par des professionnels férus, travaillant avec passion dans de petites équipes. La structure spécifique de ces équipes garantit que la longue expérience des ingénieurs d'étude, leur flair pour l'essentiel, leur savoir-faire personnel et leur «feeling» peuvent bénéficier intégralement au produit. En même temps, ces spécialistes ont accès aux outils de développement et de simulation les plus modernes et à toutes les possibilités techniques que BMW dans son ensemble a à offrir. C'est cette symbiose entre la haute technologie et une démarche artisanale pleine de finesse qui fait l'attrait incomparable des motos HP. Les motos Haute Performance signées BMW sont de ce fait quelque chose de tout à fait exceptionnel ; elles sont exclusives et authentiques et elles resteront plutôt confidentielles.


3. Développement, technique et design.

La nouvelle BMW HP2 Sport enrichit la gamme des modèles HP de BMW Motorrad. Quant à sa base, elle est déclinée de la BMW R 1200 S. Les concepts éprouvés comme les BMW Motorrad Telelever et EVO-Paralever ainsi que la transmission par arbre à cardan mis à part, presque tous les composants ont néanmoins été reconçus ou profondément modifiés. L'allègement, l'augmentation de la puissance ainsi qu'une con-ception sportive intransigeante ont été les principaux objectifs inscrits dans le cahier des charges des ingénieurs d'étude. Une équipe soudée de pilotes, d'ingénieurs et de mécaniciens avertis, spécialistes de BMW Motorrad dont le cœur bat pour la moto boxer et qui s'adonnent aux sports mécaniques aussi en privé, a développé cette nouvelle moto. Ce faisant, elle a aussi assimilé l'expérience que le Team BMW Motorrad Motorsport a acquise avec les boxers de course, entre autres dans le cadre de quelques épreuves du Championnat du Monde d'Endurance 2007.


Culasses à double ACT, soupapes commandées par linguets.


Pour atteindre des régimes supérieurs, les culasses du bicylindre à plat ont été revues de fond en comble et non seulement soumises aux tests habituels, mais aussi à des essais approfondis dans des épreuves d'endurance. Deux arbres à cames en tête (double ACT) entraînés par chaîne et des soupapes actionnées par des linguets ultralégers permettent désormais de faire tourner le moteur à un régime maxi. de 9 500 tr/mn. Les quatre soupapes en disposition radiale assurent des chambres de combustion très compactes, si bien qu'il a été possible de renoncer à la deuxième bougie d'allumage utilisée jusqu'ici sur les modèles R. Le taux de compression est de 12,5 à 1. Le carburant recommandé pour assurer la performance optimale est du superplus d'un indice d'octane de 98 RON, mais la moto accepte aussi du supercarburant d'un indice de 95 RON. La disposition horizontale des arbres à cames implique deux particularités : chaque arbre commande une soupape d'admission et une soupape d'échappement et les cames sont de forme conique. Pour augmenter le débit des gaz, le diamètre de la tête des soupapes a été porté de 36 millimètres à 39 côté admission et de 31 millimètres à 33 côté échappement. Les conduits d'admission ont été optimisés par usinage. La technique de commande par linguets fait appel comme sur les moteurs de la K 1200 à des cales placées sur les soupapes. Les couvre-culasse sont en carbone et dotés de sliders faciles à remplacer en matière synthétique dure du type PA6.


Pistons matricés légers à haute résistance.


Le rapport alésage/course n'a pas changé sur le boxer de la HP2. En revanche, les pistons matricés et allégés de haute résistance ainsi que les bielles adaptées en conséquence sont nouveaux. Combiné au nouveau système d'admission disposant de trompes d'admission courtes, le moteur développe une puissance de pointe supérieure à 96 kW (130 ch) à 8 750 tr/mn et délivre un couple maximal de 115 Nm à 6 000 tr/mn.


Deux radiateurs d'huile à flux parallèle montés en série.


Afin que le boxer sport puisse présenter un bilan thermique sain dans toutes les conditions d'utilisation, il dispose de deux radiateurs d'huile à flux parallèle montés en série. Les naseaux BMW encastrés dans le carénage avant ont été optimisés en soufflerie aérodynamique et garantit une arrivée efficace de l'air sur ce double radiateur d'huile.


Ligne d'échappement en acier inoxydable avec volet d'échappement actif.


La ligne d'échappement 2 en 1 entièrement réalisée en acier inoxydable passe pour la première fois sous le carter d'huile. Cette configuration autorise une prise d'angle maximale en virage. Un volet d'échappement disposé en amont du silencieux arrière à embout double et commandé par câble via un servomoteur piloté par la gestion électronique assure une courbe de couple plus corsée. Un pot catalytique trifonctionnel se charge de réduire les émissions nocives. Des sondes d'oxygène introduites dans les deux tuyaux du collecteur d'échappement surveillent la valeur lambda et assurent une composition optimale du mélange sur toute la plage des régimes. Les logements de l'échappement sur la partie arrière monopièce autoporteuse en carbone sont un exemple montrant l'amour du détail avec lequel les ingénieurs d'étude ont développé la BMW HP2 Sport et avec lequel elle est construite. Ces logements sont thermiquement découplés et compensent en même temps les variations de longueur de la ligne d'échappement lorsqu'elle se réchauffe et se refroidit. Le dosseret de selle présente de plus des orifices d'aération raffinés évacuant efficacement la chaleur dissipée par le tuyau d'échappement sous la selle. Enfin, la ligne d'échappement se distingue aussi par son look absolument séduisant ainsi que par le rugissement sonore impressionnant, typé boxer, qui s'échappe du silencieux volumineux.


Boîte à six rapports à étagement plus serré.


Par rapport à la boîte de vitesses équipant la BMW R 1200 S, le premier et le deuxième rapports sont plus longs, si bien que la fourchette entre le premier et le dernier rapport est plus petite. La chute de régime à l'enclenchement des rapports montants s'en trouve réduite. Cette conception est également typée course et bénéficie aux qualités dynamiques de la moto.


Directement issu de la course : le shifter.


Le shifter de série sur la BMW HP2 Sport est un autre détail pur sang de la course. Ce système permet de monter très rapidement les rapports sans couper les gaz ni débrayer. Si le pilote actionne le sélecteur, la gestion moteur électronique agit sur l'angle d'allumage et couple l'injection. La chaîne cinématique passe donc «en charge réduite» pour le passage du rapport qui peut alors être effectué très vite sans actionner l'embrayage. Le shifter fonctionne tant selon la grille de changement des vitesses normale que, sur demande, selon la grille inversée pour la course (capteur de pression dans la gamme des accessoires). En revanche, si le pilote actionne l'embrayage, le système n'entre pas en action. Quelle que soit la situation, la BMW HP2 Sport laisse donc au pilote la décision s'il veut faire appel au shifter ou non.


Conception de cadre modifiée.


Le cadre principal en tubes d'acier est emprunté à la BMW R 1200 S, mais il a été adapté à la nouvelle partie arrière monopièce et autoporteuse en matière synthétique renforcée par fibres de carbone (CFRP) au niveau des fixations.


Telelever avec un combiné sport Öhlins.


Le guidage de la roue avant est assuré par le système Telelever éprouvé et robuste. Son bras longitudinal prend appui via un combiné ressort/amortisseur sport Öhlins spécialement adapté avec vase d'expansion, qui est réglable en compression et en détente ainsi que pour la précontrainte du ressort. Grâce à une surface plus large au niveau du serrage des fourreaux dans le té de fourche inférieur, il est de plus possible de procéder à un ajustage de précision de l'assiette de la moto.


Des composants raffinés en aluminium fraisé.


Le té de fourche supérieur ainsi que les deux guidons-bracelets bridés, réglables sur l'axe vertical, sont des pièces forgées raffinées en aluminium fraisé dans la masse. A ce niveau, on trouve aussi le maître-cylindre de frein ainsi que l'émetteur d'embrayage à piston radial, qui sont fixés à l'aide de brides à serrage rapide, à l'instar de ce que l'on trouve dans la course.


EVO-Paralever avec combiné sport Öhlins.


Le guidage de la roue arrière du type Paralever est également emprunté à la BMW R 1200 S ; sur la BMW HP2 Sport, il dispose cependant d'un combiné ressort/amortisseur sport Öhlins avec vase d'expansion, réglable à tous les niveaux. Grâce au réglage en longueur intégré au combiné, il est aussi possible d'ajuster l'assiette de la moto à l'arrière. La BMW HP2 Sport permet donc l'optimisation individuelle de la géométrie de sa partie cycle en fonction du circuit de course. La dotation standard de chaque BMW HP2 Sport comprend de plus une trousse à outils exclusive permettant de procéder à tous les réglages de la partie cycle.


Roues matricées exclusives et pneus racing.


La BMW HP2 Sport évolue sur des roues matricées spécialement développées pour elle. Optimisées en termes de poids et de tenue mécanique et finies par fraisage, ces roues de dimension 3,5 x 17” et 6,0 x 17” sont nettement plus légères que des roues conventionnelles en fonte tout en présentant une stabilité comparable. Les masses en rotation réduites bénéficient énormément à la maniabilité de la moto. La boxer sport obéit au moindre mouvement de braquage et autorise des changements de direction ultrarapides. De série, les roues matricées chaussent des pneus sport de dimension 120/70 ZR17 à l'avant et 190/55 ZR17 à l'arrière. Ces pneus livrés par des manufacturiers de renom, qui ne sont en règle générale utilisés que sur circuit – par exemple dans le cadre du championnat supersport –, ont été homologués pour la route. Les ingénieurs ont opté pour une section de 55, étant donnée que dans les tests, les pneus de cette section ont obtenu les meilleurs résultats quant aux qualités d'ensemble.


Système de freinage monobloc racing de Brembo.


Le système de freinage de la nouvelle BMW HP2 Sport prend également un air résolument sportif. A l'avant, il fait appel à des étriers Brembo monoblocs à quatre pistons montés radialement qui pincent énergiquement les deux disques de 320 millimètres de diamètre. Le vissage radial est effectué au moyen d'un nouvel ergot en fonte situé sur la partie inférieure du Telelever. La roue arrière est décélérée par un étrier flottant à double piston. Il va sans dire que la commande hydraulique des étriers passe par des conduites de frein haut de gamme à gaine d'acier.


BMW Motorrad ABS déconnectable modifié disponible sur demande.


En option, BMW Motorrad propose un ABS adapté à l'utilisation sportive. Le système s'est vu optimiser quant à sa fonction anti-décollage de la roue arrière. Un capteur de pression supplémentaire intégré au circuit de freinage avant permet une régulation plus fine du système et évite que le boîtier électronique n'ouvre trop tôt le frein avant lorsque la roue arrière est fortement délestée. Le pilote a toutefois la possibilité de déconnecter l'ABS lorsqu'il se rend sur circuit.


Ergonomie racing.


Dès le début du développement, la position au guidon était parmi les priorités des ingénieurs d'étude. Par rapport à la BMW R 1200 S, le pilote se rapproche du guidon, prenant ainsi derrière le carénage étroit une position ramassée, orientée vers la roue avant. La ligne extrêmement fine au niveau du réservoir facilite de plus le transfert du poids (hanging-off) lorsque le pilote tourne sur circuit. La BMW HP2 Sport bénéficie, ici aussi, de l'expérience de l'endurance où il ne s'agit pas seulement de vitesse pure, mais aussi de résistance. Etant donné que le pilote dispose d'un poste de conduite adapté à la course lui permettant pourtant d'adopter une position relativement décontractée, la nouvelle boxer sport BMW offre de vraies qualités d'endurance.


Repose-pied réglables.


Parmi les composants de course raffinés, il faut aussi compter les ensembles repose-pied réglables en aluminium fraisé à haute résistance. Grâce à un excentrique, les repose-pied se règlent tant en hauteur que sur l'axe longitudinal vers l'avant et l'arrière. Des crans assurent un réglage identique des deux côtés. Le levier de frein et le sélecteur de vitesse étant, eux aussi, entièrement réglables, tous les éléments de commande peuvent donc être ajustés de manière optimale.


Guidons-bracelets réglables et leviers Magura.


Les guidons-bracelets en aluminium matricé fraisé, réglables sur plusieurs axes prennent également une position idéale. Quant aux leviers Magura à maître-cylindre radial adoptés pour le frein et l'embrayage, ils sont réglables en profondeur.


Carénage tout CFRP.


Tous les éléments de carénage de la BMW HP2 Sport sont en carbone, la partie arrière monopièce ainsi que le carénage avant étant autoporteurs. Ce dernier est nettement moins large que sur la BMW R 1200 S et abrite un phare double à iode léger et lumineux doté de réflecteurs à surface complexe. Parmi les détails particuliers, citons aussi le porte-plaque minéralogique de la BMW HP2 Sport : avant de s'aligner sur le circuit de course, quelques gestes simples suffisent pour le déposer avec le feu arrière et les clignotants.


Peaufinage en soufflerie aérodynamique.


Comme toute moto BMW, la nouvelle BMW HP2 Sport a été peaufinée dans la soufflerie aérodynamique. Mais il n'y a pas que des composants comme la bulle de carénage et les nouveaux rétroviseurs qui ont fait l'objet d'une optimisation aérodynamique. En effet, les ingénieurs ont prêté une attention particulière au flux d'air de refroidissement pour le moteur. Ainsi, le carénage moteur dirige l'air de manière ciblée sur le côté échappement des culasses, alors que les naseaux BMW intégrés au carénage avant assurent l'arrivée d'un flux d'air efficace sur le double radiateur d'huile. Enfin, des orifices d'aération bien étudiés dans la partie arrière en carbone veillent à l'évacuation efficace de la chaleur dissipée par le tuyau d'échappement sous la selle.


Centrale d'information racing : combiné d'instruments GP signé 2D Systems.


Le combiné d'instruments monté de série sur le cockpit de la BMW HP2 Sport est un vrai bijou pour tout pilote passionné de course. Il a été développé en coopération avec la société renommée 2D Systems dont les systèmes sont également mis en œuvre pour la saisie et l'analyse des données en GP. Le combiné dispose d'un grand visuel numérique facile à lire et de différents modes de fonctionnement. Il est commandé à l'aide de deux contacteurs sur le commodo gauche. En mode Route, le pilote se voit afficher des informations typiques, telles que le régime, la vitesse, l'heure, le kilométrage, l'autonomie restante et le temps écoulé, et reçoit de plus des informations sur la phase de mise en température du moteur. En mode Racing, le visuel affiche des indications par exemple sur les temps au tour, le régime maximal, la vitesse de pointe ou le nombre de passages de rapports. Les données mises en mémoire peuvent aussi être lues sur un ordinateur portable. Dans sa partie supérieure, le combiné d'instruments intègre de plus huit diodes pouvant être utilisées pour indiquer le régime ou comme shift-lights (témoins lumineux de passage des rapports). En plus d'autres fonctions, les informations affichées peuvent être programmées librement. Enfin, le combiné d'instruments GP offre de nombreuses possibilités d'extension. Ainsi, il est possible de brancher des laptimers (chronomètrent les temps par tour) avec unité émettrice/réceptrice, tracking GPS ou enregistreur de données sur une entrée supplémentaire.


Look inspiré du design BMW Motorrad Motorsport.


Pour sa plus grande partie, le carénage de la nouvelle HP2 Sport est en carbone à texture apparente, alors que la couleur blanche apposée sur le carénage moteur, la partie arrière, le garde-boue et les caches latéraux s'inspire du design BMW Motorrad Motorsport. Le carénage moteur arbore le monogramme bicouleur «HP2». Le cadre treillis et les jantes sont peints en bleu BMW Motorrad Motorsport.


4. Fiche technique.

(voir photos)


5. Caractéristiques

(voir photos)


6. Engagement dans les courses sur route.

Une tradition dans la course remontant à 84 ans.


La course et le succès sportif sont indissociables des motos boxer de BMW. Ils ont accompagné la marque à l'emblème blanc et bleu depuis le premier jour, ils lui ont valu sa notoriété mondiale et apporté une contribution essentielle à l'excellente renommée des motos BMW de série.


Dès 1923, année de sa présentation, la première moto BMW – la R 32 – s'est acquittée sans problème de sa première compétition, une des courses de régularité si typiques de l'époque disputées sur les routes publiques, la «Fahrt durch Bayerns Berge» à travers les montagnes bavaroises. D'emblée, ce deux-roues – pilotée à l'occasion par l'ingénieur Max Friz qui l'avait développée – a ainsi prouvé la fiabilité souveraine de sa conception.


1929 à 1939 : records du monde et première victoire sur l'Ile de Man.


D'innombrables succès sportifs ont suivi. La course de Georg («Schorsch») Meier, victorieux en 1939 au guidon de sa BMW à compresseur contre les Norton jusque-là dominantes sur l'Ile de Man, reste gravée dans les mémoires. Comme les records du monde de vitesse établis par Ernst Henne en 1929 (216,75 km/h), puis en 1937 (279,5 km/h), ce dernier devant résister pendant près de 14 ans à toute attaque.


1956 : Vice-champion du Monde.


Plus tard, les machines de course solo et les attelages de course animés par les «moteurs RS» – des bicylindres à plat en version course dotés d'arbres à cames en tête entraînés par maîtres-arbres – ont décroché de très nombreuses victoires à l'échelle nationale et internationale. Le titre de Vice-champion du Monde remporté en 1956 par Walter Zeller marque le dernier grand succès de l'engagement officiel de BMW Motorrad dans les courses sur routes solo. Des équipes privées ont cependant continué à aligner la RS 500 à maîtres-arbres pendant plusieurs années. En revanche, au Championnat du Monde des side-cars, BMW était considéré comme invincible pendant de nombreuses années encore. Jusqu'en 1974, BMW a été sacré Champion du Monde des marques pas moins de 20 fois.


1976 : doubles victoires à Daytona et au Tourist Trophy.


En 1976, l'importateur de l'époque des motos BMW aux Etats-Unis, la société Butler & Smith, a créé une véritable sensation à Daytona. Sous la direction du Dr Peter Adams, Butler & Smith avait préparé des machines pour la course de motos de production de l'AMA (American Motorcycle Association) et aligné à Daytona trois motos de course déclinées de la BMW R 90 S. C'est Steve McLaughlin qui a franchi la ligne d'arrivée en vainqueur dans une photo-finish haletante, l'emportant ainsi sur son coéquipier Reg Pridmore. Double victoire pour BMW donc dans la toute première course de superbike au monde. Toujours en 1976, Helmut Dähne et Hans-Otto Butenuth ont enthousiasmé les foules avec leurs performances au Tourist Trophy sur l'Ile de Man. Au guidon de leurs deux BMW 900, les pilotes privés soutenus par BMW et engagés dans la catégorie «TT production», n'ont pas seulement parcouru le circuit routier exigeant à la plus grande vitesse, mais ont aussi réalisé les meilleurs temps au tour.


1999 à 2004 : BMW Motorrad BoxerCup.


En 1999, la BMW Motorrad BoxerCup a vu le jour. Pendant deux ans, les courses avaient été organisées à l'échelle strictement nationale, en Belgique et en France. Vu l'engouement qu'elle suscitait, la série de courses s'est transformée en une coupe de marque de statut international et ouverte à la participation d'autres pays européens. En 2001, BMW Motorrad, avec le soutien de BMW Group, a repris la direction et l'organisation centrales de toutes les épreuves de la coupe. Insérées dans le programme d'épreuves du Championnat du Monde MotoGP, voire de championnats internationaux d'endurance et de superbike, les courses ont connu une grande attention à l'échelle européenne. En 2003, elle a franchi l'Atlantique : pour la première fois, la BMW Motorrad BoxerCup s'est rendue aux Etats-Unis. La sonorité envoûtante du boxer et des luttes de position acharnées auxquelles se sont livrés des pilotes de renom international, ont aussi fasciné les spectateurs en 2004.


2005 : BMW Motorrad PowerCup.


En 2005, les pilotes de la coupe de marque de BMW Motorrad ont pris le départ au guidon d'une moto BMW complètement nouvelle : la BMW K 1200 R. La BoxerCup s'est convertie en PowerCup. Grâce à son potentiel énorme, à son quatre cylindres avide de monter dans les tours et à son look incomparable, la basique de série la plus puissante au monde a été tout au long de la saison le gage de courses ultradynamiques et de sensations fortes.


2007 : boxer sport au Championnat du Monde d'Endurance.


La saison 2007 a vu le retour d'une équipe officielle de BMW Motorrad dans les courses sur routes. Aux légendaires 24 Heures du Mans, une boxer sport spécialement préparée a renoué avec la tradition de course de la marque à l'emblème blanc et bleu. Si, malgré tous les défis qu'elle a pu lancer, la BoxerCup était une «course disputée entre égaux», le Team BMW Motorrad Motorsport a affronté avec la boxer sport un plateau de marques international relevé. D'autres courses d'endurance ont suivi à Barcelone, à Oschersleben et à Magny-Cours.


Perfectionnement inlassable en vue de la construction de série.


Avec cet engagement, BMW Motorrad n'a pas seulement répondu au souhait de nombreux adeptes de la marque. Les ingénieurs et techniciens ont, quant à eux, mis à profit l'expérience acquise dans les courses d'endurance pour perfectionner aussi la technique du moteur et de la partie cycle en vue de la construction de série. Ainsi par exemple, les culasses à double ACT ou les éléments de carénage en CFRP de la machine de course se retrouvent aujourd'hui sur la nouvelle BMW HP2 Sport. S'y ajoutent de nombreux détails exclusifs qui étaient jusqu'ici l'apanage des motos de course. Et le développement ne s'arrêtera pas là. En 2008, BMW Motorrad alignera à nouveau la machine de course – et ce aussi pour mettre à l'épreuve et perfectionner des composants pour la construction de série. Il est prévu de disputer à nouveau des épreuves dans le cadre du Championnat du Monde d'Endurance et d'autres courses d'endurance de renom. La machine d'endurance de l'équipe BMW Motorrad se démarque sur certains points de la BMW HP2 Sport de série. Dans l'objectif de raccourcir autant que possible la durée des arrêts au stand, un dispositif de changement rapide avec brides d'axe de roue pivotants, typique en endurance, a été monté sur la roue avant. Pour ce faire, l'écart entre les tubes plongeurs et fourreaux


de série a été agrandi. Associé à la combinaison entre le monobras oscillant de série et un système à écrou central emprunté à la Formule 1 sur la roue arrière, ce dispositif permet un changement rapide des roues matricées. Le réservoir plus grand d'un volume de 23,5 litres avec raccord pour ravitaillement rapide est également indispensable en endurance. Le règlement de course autorisant une ligne d'échappement plus bruyante, la machine de course reçoit un silencieux arrière racing d'Akrapovic qui contribue à la puissance de pointe supérieure de la moto dédiée à la course.


Une envie de moto ou de scooter d'occasion ?


Retrouvez les annonces de *La Centrale*


Portfolio (20 photos)

Commentaires (9)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

dit VAILLANT..... Tu es espion chez bmw ??? En tous cas, plus complet ,on peut pas, félicitation   :jap:

Par Anonyme

j'ai juste repris le com de Presse et les photos HD... :bah:

Par Anonyme

Y vont faire des tranchées sur l'bitume avec ça  :ptdr:Pis avec 4 points d'appui y vont pouvoir passer les virages en travers :up: Bon sans rire, font très fort en c'moment chez BM  :bien: 

Par Anonyme

ils ont toujours pas compris qu'un radiateur ca se fait pas frotter en meme temps qu'un slide ....  :nanana:

Par Anonyme

c'est pas un radiateur !! :roll: ... c'est juste le moteur !! :bah:

Par Anonyme

"c'est pas un radiateur !! :roll: ... c'est juste le moteur !! :bah:" Autant pour moi ... ca reste tjs aussi moche .... :bah:

Par Anonyme

c'est clair que les cylindres genre glacières à pique-nique, ça le fait pas.....mais si on arrive à oublier ce malheureux détail, faut admettre qu'elle en jette !!!! quelqu'un a vu le prix dans ce monumental descriptif ? (dont j'ai abandonné la lecture dès les premiers paragraphes !!!!)

Par Anonyme

Splendide !!!!!!!:bien:

Par Anonyme

Côté garde au sol un jour il va falloir qu'il mettent le moteur à la place du réservoir...:ddr:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire