Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Sécurité Routière : et si on payait les amendes en fonction du niveau de nos salaires ?

Dans Moto / Pratique

Sécurité Routière : et si on payait les amendes en fonction du niveau de nos salaires ?

C'est une idée qui serait a priori séduisante. Car se faire prendre en contrôle de vitesse avec un bolide rutilant ça n'a pas forcément la même conséquence que de s'être fait prendre en roulant avec un véhicule lambda. Entendez par là qu'il en coûtera plus au quotidien pour le dernier qui compte ses sous à chaque fin de mois que pour le premier blindé aux as. Démagogie ? Que nenni. En Grande Bretagne, depuis le 24 avril, on a mis en place le système qui existe aussi ailleurs.


C'est la nouvelle qui nous vient d'une Grande Bretagne qui a choisi de sortir de l'Union Européenne. Comme en Finlande ou en Suisse, le montant des amendes pour excès de vitesse sera désormais basé sur les revenus des conducteurs en infraction. Un montant qui pourra parfois atteindre près de la moitié du salaire mensuel.


Concrètement, un barème sur trois niveaux a été mis en place par les autorités. Les excès situés entre 1,6 km/h et 16 km/h seront sanctionnés de 25% à 75% des revenus hebdomadaires du conducteur. La plage intermédiaire établie entre 16 km/h et 48 km/h au-dessus de la limitation inflige une amende de 75% à 125% des revenues hebdomadaires. La sanction maximale (+ de 48 km/h au-dessus de la limitation) soulagera le conducteur de 125% à 175% de ses revenus hebdomadaires. Une suspension de permis de sept jours minimum accompagne cette dernière.


La lisibilité semble complexe à la première lecture, mais le dispositif comporte surtout deux éléments qui seront bien identifiés par les plus riches. D'une part, il y aura un plafonnement de 2.938€ pour les amendes sur autoroute et de 1.175€ sur les autres axes routiers. D'autre part, une suspension de permis de sept jours minimum accompagnera la tranche la plus onéreuse. Pour tout dire, ce sera la véritable sanction.


Car les sommes plafonnés n'auront pas de quoi effrayer les plus aisés. On est loin de la Finlande qui sanctionnait en 2015 un automobiliste fortuné par une amende de 54.024 euros pour un excès de vitesse de 23 km/h. Et pour la France ? Ce genre de système serait-il souhaitable ?


Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

 Ben ouais qu'on fasse comme en Suisse, moi je suis pour, vu que je suis chômeur:D

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire