Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Sécurité Routière: une mortalité aussi basse qu'en juillet 1954

Dans Moto / Pratique

Sécurité Routière: une mortalité aussi basse qu'en juillet 1954

Les mois d'été sont généralement la zone de tous les dangers qui affolent les indicateurs surveillant le macabre décompte des morts sur nos routes. On craignait le pire après six mois de hausse dans la statistique. Mais non, les victimes ne se sont pas ramassées à la pelle. Ce mois de juillet est même historique. Jamais, depuis la même époque en 1954, on en avait recensé aussi peu. Et c'est d'autant mieux que ce sont les usagers de deux roues motorisés qui ont permis de revenir 60 ans en arrière.


Les radars flashent moins et le nombre de morts baisse sur les routes de France. Du moins est-ce le cas pour ce mois de juillet qui a vu une déflation de 11,6% de ces disparus. 304 tués contre 344 en 2013, le chiffre estival le plus bas depuis 60 ans. Et pourtant, la circulation a été dense.  "C'est le nombre de décès sur les routes le plus bas jamais enregistré pour un mois de juillet depuis 1954", s'est félicité l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) dans un communiqué. Selon ces chiffres provisoires, on enregistre par ailleurs en juillet une baisse du nombre d'accidents corporels (-15,6%) et du nombre de personnes hospitalisées plus de 24 heures après l'accident (-18,6%).


Sécurité Routière: une mortalité aussi basse qu'en juillet 1954


Un bonheur n'arrivant jamais seul, la Sécurité Routière ajoute : "Les usagers de deux-roues motorisés, avec 42 vies sauvées le mois dernier par rapport à juillet 2013, sont les premiers bénéficiaires de cette amélioration". Et cela n'aurait rien à voir avec les R1200RT immobilisées dans le garage par leur suspension pilotée.


Maintenant attention. La mortalité pour les occupants de véhicule de tourisme (+6 personnes tuées) et celle des cyclistes (+12 personnes tuées) ont grimpé. La faute au manque de vigilance, alors que la conduite addictive entre aussi en considération. Bref, pas grand chose à voir avec la vitesse. Mais ceux qui veulent toujours l'abaisser vous diront qu'à fin du mois de juillet, la mortalité s'établit à 1.833 morts à la fin juillet contre 1.761 sur la même période en 2013, soit une hausse de 4,1%. En 2013, on a regretté 3?268 morts sur les routes. En 2020, il faudra arriver à la barre des 2 000 victimes.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire