Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Sondage IPSOS sur la pratique de la moto dans les chemins en France

Dans Moto / Pratique

Sondage IPSOS sur la pratique de la moto dans les chemins en France

Depuis 25 ans, la libre circulation sur le territoire est bafouée chaque jour. La circulation dans les chemins est devenue de plus en plus difficile et ce sont ceux qui n'y viennent jamais qui en sont le plus gênés.


Depuis le même temps et même beaucoup plus en arrière, les remembrements des petites communes est une catastrophe.


Même dans les campagnes les plus reculées, les remembrements ont fait abattre des centaines de milliers d'arbres et des milliers de kilomètres de talus et autant de chemins ont disparu.


Un exemple très concret, une commune ou en 70, il y avait 6 ou 7 passages possibles différents pour la traverser en moto, il en reste 1 au mieux, donc plus de traces puisque plus de concentration de passage.


Avec les conséquences que l'on connaît, plus de talus tampons pour retenir et relâcher l'eau lentement, des étendues énormes sans haies, des vents à l'intérieur des terres non ralentis par des milliers d'arbres, des innondations en quelques heures, un niveau de sécheresse dans des départements au nord de la Loire absolument pas normal comparé à il y a 30 ans.


Le Codever publie un sondage intéressant sur la moto verte en France.


A en croire leurs détracteurs, la très grande majorité des français serait hostile aux loisirs verts motorisés. Un sondage, réalisé fin septembre par IPSOS à la demande du Codever, montre au contraire que :


  • Près d'un français sur deux juge que la randonnée motorisée est respectueuse de l'environnement.
  • 53 % des personnes interrogées estime que la randonnée motorisée évite la disparition des chemins peu fréquentés.

Question 1 : Selon vous, la randonnée motorisée pratiquée sur les voies ouvertes à la circulation publique en respectant un code de bonne conduite est-elle une activité respectueuse des espaces naturels, des propriétés privées et des cultures ?
Près d'un français sur deux répond favorablement à cette question (46%). Finalement, la randonnée motorisée n'est pas si mal vue par les français, en dépit d'un climat de dénigrement savamment entretenu par ses détracteurs.


Plus intéressant encore, les habitants des zones rurales, plus directement confrontés à la pratique, considèrent en majorité (51 %) qu'elle est une activité respectueuse de l'environnement.


Ce sont les habitants des très grandes agglomérations comme Paris qui se montrent les plus dubitatifs. L'opinion des citadins est sans doute influencée par les nuisances du très fort trafic automobile qu'ils supportent au quotidien.


Question 2 : Selon vous, la randonnée motorisée pratiquée sur les voies ouvertes à la circulation publique en respectant un code de bonne conduite est-elle une activité qui évite que des chemins disparaissent faute de fréquentation suffisante ?


53 % des personnes interrogées répond par l'affirmative. Une majorité de Français considère donc que l'activité est utile à la préservation des chemins.


Là encore, les habitants des zones rurales et des plus petites agglomérations sont les plus convaincus du rôle joué par la randonnée motorisée dans la sauvegarde du patrimoine des chemins (58%).


Ces chiffres confortent le discours du CODEVER depuis 22 ans, qui valorise le rôle des randonneurs motorisés dans la préservation et l'entretien des chemins. L'opération Journée des Chemins en est une belle illustration (17ème édition prévue le dimanche 28 mars 2010. Infos sur www.journeedeschemins.fr).


Ruraux contre citadins ?


On observe une nette opposition entre le monde rural, terre d'accueil de tous les loisirs verts, et le monde citadin.


Il ne s'agit évidemment pas de stigmatiser les citadins ou les néo-ruraux, qui voient la campagne comme le lieu permettant d'échapper au stress, à la promiscuité, et au bruit qu'ils subissent au quotidien. Au contraire, la réduction des nuisances sonores et des émissions polluantes doit se poursuivre, en attendant les véhicules électriques. Les pratiquants, eux, doivent plus que jamais respecter les règles de bonne conduite et les enseigner aux nouveaux-venus. Conformément aux recommandations émises par le Codever depuis 1987.


La randonnée motorisée est une activité populaire


Les personnes appartenant aux catégories socioprofessionnelles (CSP) les plus modestes ont la meilleure opinion sur l'activité (54% contre seulement 36% pour les CSP+). Elle est donc plus soutenue par les moins aisés.


L'avis du Codever


A la campagne, on vit, on bouge, on travaille et on s'amuse, de mille et une manières et depuis toujours. Si la recherche du calme par certains est légitime, il faut toutefois prendre garde à ne pas céder aux exigences d'une minorité qui voudrait transformer nos campagnes en musée à ciel ouvert. A quelques exceptions près, les pratiquants ne sont pas des forcenés, mais simplement des amoureux de la nature. Ils aspirent seulement à l'admirer et à la partager paisiblement avec les autres usagers. Enfin, les randonneurs motorisés comptent bien promouvoir le rôle important qu'ils jouent dans la conservation du patrimoine des chemins ruraux.


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire