Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Superbike - Nürburgring: Max Biaggi a stoppé l'hémorragie

Dans Moto / Sport

Superbike - Nürburgring: Max Biaggi a stoppé l'hémorragie

Max Biaggi est revenu aux affaires ce week-end au Nürburgring. Ayant subi les coups de butoir d'un Marco Melandri transformé en chevalier teutonique par BMW, l'Empereur Romain a renversé la tendance sur le terrain des Germains pour s'en aller, d'abord, glaner sa première Superpole de la saison. Puis, le dimanche, c'est sa première victoire depuis le mois de juillet qu'il a récolté, reprenant les commandes du championnat à son rival qui avait mis un genou à terre, au sens propre comme au figuré.


La seconde manche avait des airs de coup de grâce à donner, mais elle a d'abord tourné au coup du sort. Un freinage appuyé sur une bosse, et le Corsaire s'est retrouvé les quatre fers en l'air. Mais, déterminé, il a réussi à se remettre à flot pendant que Melandri prenait le commandement de l'épreuve. Mais il était dit que BMW serait maudit sur ses terres et la S 1000RR s'est retrouvé une fois encore par terre alors qu'avec une RSV4 blessée, Biaggi arrachait deux points précieux. A quatre courses du but, tout est à refaire dans ce championnat qui n'a pas encore livré tous ses secrets :


« Lors de la première course, j'ai pris un bon départ mais Sykes roulait plus fort » raconte Max. « Lorsque je l'ai vu ralentir, j'ai pris le risque de le passer car je pensais que c'était sa stratégie. Puis j'ai vu l'écart grandir et j'ai attaqué jusqu'au drapeau à damiers. Pour la seconde manche, ma chute a été dommageable car après être reparti j'ai pu tourner dans les mêmes chronos que les leaders. Sur un freinage appuyé, j'ai pris une bosse et je suis parti en glissade."


"Nous avons malgré tout limité les dégâts, les choses auraient pu être bien pires comme elles auraient pu être meilleures. A Portimao, nous repartons pratiquement tous de zéro. La bataille est serrée, mais on sera là jusqu'à la fin


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire