Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Supermotard 2011: témoignage de Damien Mathews, jeune pilote .

Dans Moto / Sport

Supermotard 2011: témoignage de Damien Mathews, jeune pilote .

Pas des plus médiatisés, le supermotard fait partie des parents pauvres de la moto. Pas évident de trouver des aides lorsque l'on veut débuter dans cette discipline. A l'instar des grands teams leaders au championnat, des particuliers s'alignent aussi sur les lignes de départ. Damien Mathews, 23 ans, en fait partie.


Après un BEP et un BAC PRO mécanique moto, il intégre en 2007 "l'Ecole de la Performance'' à Nogaro et en sort avec un diplôme de "Préparateur et développeur de véhicules de compétition Niveau 2''.


La même année, il est mécanicien de Kenny Foray titré champion de France Supersport. En 2008, il suit un pilote en championnat d'Italie et d'Europe Supermotard. Puis intègre l'année suivante la société Devil.


Quelle a été ta première course et comment s'est-elle passée ?


  • Damien Mathews : « Ma première course fut à la Roche de Glun en juin 2010. J'étais au repêchage et j'ai fini 7ème au cumul. Après j'ai roulé à l'Alpes d'Huez où j'ai réussi à me qualifier en Open et termine 21ème. »

Quel est ton budget pour 2011 ?


  • Damien Mathews : « Environ 20 000 euros pour le départ. J'ai choisi d'investir cette année dans une nouvelle moto et en tout ce qu'il faut pour être autonome. Le matériel me servira bien entendu cette année mais surtout l'année prochaine. J'ai remplacé ma Kawasaki KXF 450 de 2006 par un modèle 2011 à injection, pris chez mon partenaire Delta Moto 26.

Je l'ai également équipée de nombreuses pièces neuves ou d'occasion comme par exemple une fourche Marzocchi avec té réglables et pieds de fourche Extreme Riders réglables, un amortisseur WP (White Power), un freinage radial Beringer, des jantes Marchesini, une ligne complète en titane avec double sortie carbone Devil, un filtre à air mousse à double densité KS Filters ainsi qu'un traitement anti-friction ZX1 Extra Lube.

Supermotard 2011: témoignage de Damien Mathews, jeune pilote .


Un autre budget qui n'est pas des moindres est l'outillage nécessaire requis pour travailler et là encore je remercie un de mes partenaires Marolotest pour son aide apportée sur ce point.


Par course, il faut environ compter 600 euros pour les pneus, l'engagement, l'essence de la moto et les frais de route. Chaque entrainement correspond à un billet de 100 euros pour les droits de piste, l'essence de la moto et les frais de déplacement… bref, un vrai budget à part entière… Je tiens à remercier tous mes partenaires Devil, KS Filters, Delta Moto 26, ZX1


Extralube, Marolotest et Influence Project car sans eux tout ceci ne serait pas possible»


Qu'attends-tu de cette année de course ?


  • Damien Mathews : « De par le remplacement de la moto et l'acquisition d'outillage et de matériel, je ne pourrai faire que quelques courses cette saison. Mais cela me permet de continuer à progresser et me permet également d'essayer de mettre en place une communication susceptible de trouver de nouveau partenaire en vue de faire une saison complète l'année prochaine ».

Quelle est ta prochaine course ?


  • Damien Mathews : « L'Alpes d'Huez les 6 et 7 août prochain. »

A quel niveau t'engages-tu dans le championnat?


  • Damien Mathews : « Dans le championnat de France « prestige » nous avons trois paliers qui sont le prestige, challenger et promotion.

Supermotard 2011: témoignage de Damien Mathews, jeune pilote .


Ayant regroupé les deux catégories S1 (450cc) et S2 (plus de 450cc), le championnat devient plus difficile et mon manque de roulage sur la terre ne m'a permis de me qualifier qu'en "Promotion'' malgré une bonne vitesse sur le bitume.


Je vais donc particulièrement travailler ce point afin d'arriver à l'Alpes d'Huez avec de meilleurs objectifs. »


Que penses-tu de la nouvelle formule supermot dans le championnat français ?


  • Damien Mathews : « Je pense que c'est positif car les courses ne seront que plus intéressantes pour les pilotes et les spectateurs avec une bagarre pour le titre qui ne sera que plus dure… D'un autre coté l'année dernière nous avions 2 manches par week-end et cette année nous sommes passés à 3.

Cela est bien car nous roulons plus mais ça entraîne également des frais supplémentaires qui ne sont pas toujours évidents à supporter (je pense surtout au niveau des pneus qui font partie du gros du budget). Mais dans l'ensemble je pense que c'est positif car cela montre que la FFM essaie de faire avancer notre championnat. »


(Photos: D. Mathews)


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire