Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Une journée au mans

Dans Moto / Sport

Une journée au mans

Le spectacle offert par les courses moto est toujours impressionnant. Celui offert par les pilotes français le WE dernier au Mans le fût tout autant. C'est la première fois que je me rendais sur un circuit pour assister à une course. Et bien, je n'ai vraiment pas été déçu. Surtout que les courses Supersport et Superbike n'étaient pas les seules programmées. J'ai ainsi pu assister à des manches de side-cars de vitesse par exemple. Compte-rendu d'une journée pas comme les autres.


L'arrivée auprès de l'enceinte du circuit Bugatti met tout de suite dans l'ambiance. Le bruit, que dis-je, le son qui sort des échappements est celui des Supersport attaquant la ligne droite. Autant dire que ça ouïne pas mal. Le temps de prendre les billets et me voilà sur le bord de la piste pour le début du warm-up Superbike. La sonorité est encore plus belle, plus grave. Et que dire lorsqu'un bi-cylindre Ducati passe devant nous : le sol se met à trembler.


Une journée au mans


On commence le tour du circuit afin de découvrir les lieux. Beaucoup de travaux ont été réalisé avec l'installation de tunnel et de coin restauration. Il faut bien ça pour ravitailler les centaines de spectateurs présents à l'intérieur du circuit. Nombre de motards ont planté leurs tentes afin de vivre le WE au plus près.


La séance des 1000 se termine tout juste sur une piste encore humide quand le speaker annonce la mise en grille des side-cars qui s'élancent pour la 1ere manche de la journée. Nous sommes placés au niveau du virage "Dunlop" avec un bel enchaînement. Le départ se passe sans souci. Le travail des singes est impressionnant. La tête ou les fesses au ras du vibreur avec 2 poignées pour se tenir, cela frise la folie. Je ne prendrais leur place pour rien au monde. Autant le pilote est assuré de rallier l'arrivée "confortablement" installé sur un bout de selle, autant la vie du singe ne tient qu'à la force qu'il a dans les mains. C'est vraiment très impressionnant de les voir bouger derrière leur pilote. Ce dernier doit tout de même gérer la puissance et l'on sent bien que tous ont des problèmes de grip. La piste humide est très piégeuse, la sortie de « la chapelle » oblige les pilotes a bien doser les gaz sous peine de partir en tête à queue. 8 tours plus tard, les champions en titre (Delannoy/Cluze) remportent la manche.


Une journée au mans


Une journée au mans


Puis vient le tour de la course des monos-bikes. De purs amateurs qui roulent sur des mono-cylindres. La bagarre est aussi intense même si le vainqueur (Nicolas Bonduelle) termine avec 46 s d'avance sur ces poursuivants. Les places de 2,3 et 4 ont été bien plus disputées. Quelques chutes et des "tout droit" sont venus émaillés la course mais heureusement sans gravité. Le freinage du « chemin au bœuf » donne quelques difficultés aux pilotes à cause d'une piste encore humide qui commence à sécher (voir vidéo en fin d'article). Dans cette catégorie, pas une moto ne se ressemble. Certaines sont toutes carénées, d'autres quasiment pas. Pour d'autres, la ressemblance avec des motos existantes est surprenante. Mono bras sur l'une, carénages de sportives sur une autre. Ces motos ressemblent à des grandes avec des fourches inversées. Il s'agit de vrais passionnés qui ne sont pas là uniquement pour s'amuser. Il règne un véritable esprit de compétition dans cette discipline


Une journée au mans


Une journée au mans


C'est à la fin de cette course que la voie des stands ouvre ses portes au public. C'est à ce moment que nous pouvons découvrir à quoi ressemble un paddock mais aussi approcher de plus ou moins près les pilotes et team manager. Les 30 minutes d'ouverture paraissent bien courtes tellement il y a de choses voir mais il faut nous rendre à l'évidence, l'heure de la fermeture a sonnée.


L'après midi reprend à 14 H par le warm-up des jeunes du trophée Pirelli. Une bande de "mort de faim du chrono" et de freinage de "trappeur" s'affrontent ou plutôt s'entraînent pour le moment sur des 600 Supersport. Plus le temps passe et plus la piste sèche ce qui a pour conséquence de faire diminuer les chronos. Les pilotes Supersport vont devoir faire le bon choix parmi les nombreux pneus à disposition.


Une journée au mans


En effet, l'heure du premier affrontement de l'année a sonnée. La mise en grille est rapide tout comme la course qui suit. Le spectacle et le suspense furent au rendez-vous. L'ambiance dans la tribune où nous avons pris place est très conviviale. A chaque passage et surtout à l'arrivée, les cris d'encouragements sortent de la bouche d'un public de connaisseur. Tout le monde connaît la plupart des pilotes. On se trouve au milieu de gens qui sont là pour voir du grand spectacle. Cela fait plaisir à voir.


Les jeunes loups de la vitesse française ont aussi leur moment de gloire grâce au championnat 125. Cette course sent bon le 2 temps et le bruit de pétrolette. Mais cela n'empêche pas les pilotes d'en découdre comme les grands et au public de voir une vraie course de futur champion. La bagarre est aussi intense et le palpitant des spectateurs accélère à chaque freinage qui semble limite ou à chaque chute plus ou moins impressionnante. Victoire finale d'Alexis Michel devant Louis Rossi (oui, oui, il est français) et Steven Le Coquen.


Une journée au mans


Tout s'enchaîne très vite. A peine le dernier pilote entré dans les stands que celui de la course suivante entre déjà sur la piste. Tout est très bien rodé, nous n'avons vraiment pas le temps de nous ennuyer.


S'ensuit donc la course Superbike. La piste est maintenant bien sèche pour les pilotes qui auront 17 tours pour se départager. Mais vous connaissez déjà le résultat.


La fin de la journée sera assurée par la 2e manche des side-cars où le couple vainqueur de la 1er s'impose à nouveau. La course des 600 Pirelli boucle l'après-midi : Sylvain Barrier gagne devant Matthieu Lussiana et Alexandre Le Quere. 4 dixièmes séparent les 2 premiers. C'est vous dire la baston.


Une journée au mans


Une journée au mans


Moi, qui ne connaissais pas le monde de la course, j'ai pu, le temps d'une journée de championnat de France, le découvrir de l'extérieur mais aussi un tout petit peu de l'intérieur. Malgré l'absence totale de médiatisation de cette discipline, le spectacle proposé par les pilotes et les différents courses est de très haut niveau et mérite grandement de s'y intéresser. Si une manche du championnat de France Superbike passe près de chez vous, courrez-y, vous reviendrez heureux.


Calendrier du Championnat de France Superbike


24-25 mars : Le Mans-72


14-15 avril : Ledenon-30


28-29 avril : Nogaro-32


12-13 mai : Le Vigeant-86


16-17 juin : Ledenon-30


07-08 juillet : Albi-81


28-29 juillet : Nevers Magny-Cours-58



Un bout de course des mono-bike.









Commentaires (6)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

L'illustration de tous ces articles n'aurait pas été possible sans l'aide précieuse de ma chérie photographe d'un jour. :love:

Par Anonyme

Joli, bravo !

Par Anonyme

Juste pour info... il ne s'agit pas des "mono-bikes" mais du "Challenge des Monos" ;) !!

Par Anonyme

Exact ! Les monobikes sont des machines avec des partie-cycles de tt et des moteurs 2T ou 4T. Ils s'apparentent très fort aux supermotos, mais il n'y a pas de partie terre dans leurs courses... Le challenge des monos n'a rien à voir, sinon qu'il utilise aussi des monocylindres 4T... Voir http://www.challengedesmonos.org

Par Anonyme

Bien d associer les sides 

Par Anonyme

Pour ceus qui est des monos bras pour les challenges des monos comme les grandes , en verité la moto dont tu parle a un chassis de RS 250 honda compé client donc une vraie moto de compétition avec un moteur de yamaha 426. Dans cette catégorie ce ne sont que des passionnés qui courrent et construisent leur propre moto. J'espère que le spectacle ta plu , mais a part l'erreur sur le mono bike au lieu de challenge des monos,  bien ton petit article

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire