Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Yamaha 600 SRX : un flop malgré ses qualités indéniables...

Dans Moto / Loisirs

Yamaha 600 SRX : un flop malgré ses qualités indéniables...

A sa sortie en 1985, on se dit que Yamaha nous refait le coup du gromono à l'anglaise, après une tentative plus ou moins avortée et, il faut bien le dire, pas vraiment aboutie avec la 500 SR.


La SRX est on ne peut plus séduisante. Sa ligne, tout d'abord, simple et épurée, fait d'emblée penser aux monos anglais de « la grande époque ». Le gris métallisé de sa robe lui donne un coté classe et rétro à la fois (une version rouge fera son apparition en 1988).


Yamaha 600 SRX : un flop malgré ses qualités indéniables...


Le moteur, emprunté à la 600 XT voit sa cylindrée portée à 608 cm3 (595 pour la XT) par une augmentation de l'alésage d'un millimètre. Dépourvue de démarreur électrique, c'est au « jus de mollet » que vous pourrez entendre le son de la belle. Et c'est ce qui est le plus décevant chez elle. Alors que l'on s'attend à quelque chose de viril, c'est au contraire un ronronnement discret qui s'échappe du silencieux. Les coupables sont les trois chambres d'expansion situées sous le moteur. A virer au plus vite pour un silencieux qui le sera un peu moins…


Yamaha 600 SRX : un flop malgré ses qualités indéniables...


C'est évident, cette moto n'est pas faite pour l'autoroute (de toute façon, les autoroutes ne sont pas faites pour les motos !!). Son truc à elle, ce sont les petites routes viroleuses à souhait où sa légèreté et son agilité pourront taquiner les gros quatre cylindres « tuperwarisés ».


Yamaha 600 SRX : un flop malgré ses qualités indéniables...


Commercialisée de 1986 à 1990, la 600 SRX s'est vendue à un peu plus de 1000 exemplaires, dont plus de la moitié la première année. Aucun changement n'est intervenu durant sa carrière si ce n'est la couleur (voir plus haut). Dommage que cette moto n'ait pas connu plus de succès en France car même aujourd'hui, elle peut être une compagne sympa au quotidien.


Yamaha récidivera avec ce type de moto en proposant quelques années plus tard la 660 SZR mais c'est une autre histoire.


Portfolio (6 photos)

Commentaires (3)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

J'en ai eu une : très bonne moto au quotidien, c'est vrai . Démarrage au kick sans soucis, une fois que l'on connait sa machine. Gueule sympa. Par contre, en ce qui concerne l'agilité, l'auteur de l'article a tout faux : cette moto parait agile, vu sa finesse et sa légèreté, mais elle ne l'est pas du tout (agile) ! Elle a des roues en alu coulé (presques les mêmes que celles du 600 XJ, même époque) qui la rende pataude. Il ne faut surtout pas la brusquer à la mise sur l'angle ou au changement d'angle ! Mais je garde de très bons souvenirs des 40 000 km que j'ai parcouru à son guidon.

Par Anonyme

Moi aussi j'ai eu cette SRX600, & l'article relève d'un captieux, pas motard, mais d'un arsouille, grossier & vulgaire, comme il y en a tant aujuord'hui. Ces types là ne sont pas faits pour la moto, mais pour des "bécanes" ou "tas de ferailles". Donc cette moto était remarquable, belle, pas trop chère (24000 ou 27000 Frcs TTC de l'époque); tenue route impeccable, freinage sans problème, bonne accélération en ville, démarrage au kick pas toujours instantané, & plaisir de conduite indéniable dans les faufilements urbains; aussi parfaite pour s'évader dans un rayon de 250 km autour de la ville (Week-end Paris-Honfleur par exemple), & idéale pour les ballades à deux, à la recherche des coins tranquilles. Vitesse maxi 160km (vent dans le dos uniquement), bonne moyenne de 140km/h; donc très limitée, voire ennuyeuse sur les longs trajets de 500 à 600 km. Moteur fiable, silencieux & esthétique qu'on ne pas pouvait cesser d'admirer. Mais ce manque de CV conduisait très vite vers la 900XJ à 54000Frcs, & avec cardan (enfin la sérénité des longs parcours sans aucun soucis). J'ai aimé cette moto, & l'aurais aimée davantage, si au lieu de ses 2 ridicules guidons bracelets, elle avait eu un grand guidon permettant d'admirer le paysage & d'être en position droite. On ne fait pas de vitesse en ville, pas plus qu'en ballades sur les petites routes. C'est ça être motard, savoir prendre son temps & vivre les sensations avec un bon cheval qu'on ne force jamais (& qu'on ne casse pas non plus). Mes motos ont toujours été impeccables & propres. 

Par Anonyme

 Salut à toi Motartiste, le rédacteur alcoolique de cet article s'excuse d'avoir un avis différent du tien. Mais par respect, valeur, à mon sens, à la base de l'esprit motard, je ne t'insulterai pas. Cet article n'avait aucune prétention, juste faire découvrir une machine sympa à ceux qui l'on peut-être déjà oublié. Sans rancune.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire