Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Bridage: les réponses du gouvernement attendues pour septembre

Dans Moto / Pratique

Bridage: les réponses du gouvernement attendues pour septembre

C'est un item qui va être incontournable une fois que les vacances estivales seront terminées. Pour le secteur professionnel, c'est une décision attendue qui va impacter directement sur le chiffre d'affaire. Pour les associations à tendance sécuritaire de la sécurité routière, c'est l'occasion attendue d'appuyer encore un peu plus sur un gouvernement considéré comme laxiste. Jamais une froide disposition administrative n'aura peut-être suscité autant de fièvre. La question du débridage et de ce que l'on appelle le rétrofit débride déjà, au moins, les passions.


Tout est dans ce règlement 168/2013 dit Euro 4. Ceux qui ont réussi à passer sous ses fourches caudines, du genre Ducati Multistrada n'ont pas de souci à se faire et peuvent même d'ores déjà proposer une moto à la puissance libérée, à plus de 100 ch.


Mais le souci est pour l'immense contingent des autres. Les machines qui, elles, ont reçu quitus de la seule la directive 2002/24 (Euro 3). Et ça ne concerne pas seulement les engins d'occasion puisque ces derniers pourront encore être commercialisés jusqu'au 1er janvier 2017. C'est la question épineuse du rétrofit, d'une rétroactivité qui n'est spécifiée par aucune disposition.


L'interrogation est la même pour les motos d'occasion qui, depuis 1995, ont fait l'objet d'une réception européenne, et qui ne pourront pas non plus automatiquement être remises en configuration pleine puissance.


Un vide que le gouvernement devra combler par une décision. Qu'il libère la puissance de toutes les machines et il sera taxé de laxiste. Qu'il soit frileux sur le sujet et c'est une profession qui verra déprécier son parc de 20 à 30%, si ce n'est 40% selon certains. Nos dirigeants trancheront en septembre.


On rappellera aux partisans du bridage qu'une étude menée en 1997 pour la direction générale Industrie de la Commission européenne avait conclu qu'il n'y avait aucune preuve que la puissance libre soit en cause dans les accidents.


Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

 "On rappellera aux partisans du bridage qu’une étude menée en 1997" et il fallu 20 ans pour que la France prenne en compte cette etude. si cela avait concerné peugeot, et permi un enrichissement des propriétaires et actionnaires de la marque, la decision aurait été prise en 1998 la France est un pays antimotard, donc ringard

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire