Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Enduropale : la valse des ravitaillements en images

Dans Moto / Sport

Enduropale : la valse des ravitaillements en images

Lors de grandes manifestations telles que les 24H du Mans ou l'Enduropale du Touquet les pilotes ravitaillent à plusieurs reprises et donnent du rythme à la course en choisissant des stratégies différentes. La seule différence qu'il y a entre les 24H et l'Enduropale c'est le nombre de box. En effet une soixantaine de box ne suffisent pas à accueillir les pilotes de la Côte d'Opale contrairement à la course d'Endurance.


Du coté de Stella-Plage, les organisateurs doivent prévoir de la place pour un peu plus de 1000 pilotes moto, plusieurs centaines de petites structures métalliques toilées (peut-être 400, 500 voir plus, je n'ai pas compté !) sont à élever dans le parc prévu à cet effet.


Le long de la plage, il faut trouver une solution pour que les motos puissent monter sur le parking, et redescendre aussi facilement tout en évitant de leur faire parcourir trop de kilomètres.


Cette année, trois ravitaillements étaient obligatoires pour tout le monde, ce qui évite d'investir dans des réservoirs de grosse contenance puisque les 450cc actuelles pourraient ne ravitailler qu'une seule fois avec un gros réservoir. On précisera que dans le règlement, le pilote n'est pas obligé de s'arrêter les trois fois, il doit par contre entrer dans la zone de ravitaillement à trois reprises durant la course.


Tout le parc de ravitaillement et d'assistance est sécurisé par des grillages, les 10 tops pilotes capables de monter sur le podium et de jouer la victoire sont installés le plus près possible de la plage coté sortie.


En revanche l'ambiance est la même qu'en Endurance, même effervescence, même rapidité, même stress.


Selon les équipes, 2 à 4 personnes sont là pour intervenir sur la moto et le pilote (certains poireaux doivent, eux, ravitailler seul !).


Dans les grosses équipes, quelques minutes avant l'arrivée du pilote à son ravitaillement en essence, tout le monde remue. Une personne est en liaison radio avec une autre qui lui donne le moment d'arrivée du pilote.


La principale mission est pour le mécano chargé de mettre le carburant dans le réservoir. Il se saisit d'un derrick (jerrycan à descente rapide), d'autres d'un simple jerrycan quelques minutes auparavant.


Quand le pilote arrive, ça va très vite. Il coupe son moteur et descend de sa moto, une à deux personnes la tienne pendant que le mécano met l'essence et on nettoie d'un petit coup de chiffon la plaque avant.


Du coté du pilote, c'est également très rapide puisqu'il a juste le temps de boire une gorgée de boisson préparée, voir même de manger un morceau de barre énergétique. Bien entendu il change de lunettes et de gants si nécessaire. La moto est pendant ce temps déjà prête, le pilote remonte dessus, donne un coup de kick et le voilà reparti.


Si tout va bien, pas d'intervention mécanique sur la moto (sauf échappement comme pour Pichon), c'est d'une rapidité éclair (2 minutes pour le pot à Romain Couprie en Quad), je n'ai pas chronométré, environ 20-30 secondes d'arrêt complet de la moto pour un ravitaillement en carburant.


L'endroit est donc vivant et le public ne s'y trompe pas en assistant en masse au défilé des pilotes vedettes mais également des pilotes amateurs.


Portfolio (12 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire