Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Essai Honda CBR 500 R 2016 : sobre, propre et jolie

Dans Moto / Nouveauté

Essai Honda CBR 500 R 2016 : sobre, propre et jolie

Sans être une véritable nouveauté, la Honda CBR 500 revient en 2016 avec quelques évolutions notables. Conçue et construite pour les jeunes permis A2, elle prend la dénomination de la famille sportive de la marque. Plus véritablement une accroche marketing qu'une véritable sportive, elle n'en a pas moins un certain charme. C'est sous le soleil de Seville, sur la route des 600 virages que nous l'avons testée pour vous.


On peut dire que le Bicylindre en ligne, 4 temps de 47 chevaux peut trouver sa place avec n'importe quel motard puisqu'il a été décliné en 3 versions de CB : la X (Trail), la F (roadster), la R (sportive). De plus, Honda est sûr de son coup puisque ce n'est pas moins de 90 000 exemplaires qui seront produits dans l'usine Thaïlandaise dont 30 000 pour l'Europe.


Essai Honda CBR 500 R 2016 : sobre, propre et jolie


Sur le CBR 500 R, l'essentiel du travail a été portée sur l'esthétique et la position du pilote. Ils ont voulu mettre en avant la maturité du modèle et un esprit plus agressif sans pour autant rogner sur le confort et l'usage au quotidien. Et côté look, c'est une vraie réussite !


L'ensemble de la face avant est très convaincant, c'est d'ailleurs l'un de ses plus gros points forts. Son nez plongeant conjugué avec ses doubles optiques à LED sont un bijou visuel. Le reste de son galbe est aussi bien équilibré. L'ensemble du travail est propre, très bien monté avec des finitions parfaites et une peinture propre. On est chez Honda, ça se voit. On regrettera peut-être l'effet « Carbone » plaqué juste en dessous de la selle car il aura tendance à blanchir assez vite avec les frottements. En parlant de selle, il ne faudra pas trop compter faire du duo avec le CBR. Même si la selle paraît accueillante et la mise à disposition de poignées sous selle, peu importe la taille de votre sac de sable, il risque d'avoir les genoux dans les oreilles. Pour du dépannage ok, mais cela reste une bonne moto d'égoïste !


L'aspect visuel n'est pas le seul point que les Japonais ont optimisé. Ils ont voulu rendre la moto plus accessible que jamais et devenir la meilleure amie de votre quotidien. Le réservoir se dote d'un bouchon amovible sur un point fixe et prend un litre de plus de contenance. L'autonomie annoncée est de 490 km (29,4 litres), avec un rythme plutôt cool (vraiment cool), car nous avons pu constater une autonomie de 250/300 km sur un roulage plus soutenu en mixte.


Sur la partie cycle, les ingénieurs Honda ont voulu retravailler le système de fourche. Elles sont désormais réglables en précharge tandis que le monoamortisseur arrière Pro-Link dispose également de réglage en précontrainte. Le levier de frein peut également s'ajuster sur 5 positions.


Essai Honda CBR 500 R 2016 : sobre, propre et jolie


On finit par ce qui nous a le plus marqué et qui est sans doute son plus gros point fort : la position du pilote. Avec ses 194 kilos (bonne répartition des masses) et sa hauteur de selle de 785mm, cette CBR est accessible à tous les gabarits, hormis les plus d'un 1m80 qui pourront reprocher le manque de protection. Le triangle de position est parfaitement étudié pour le confort bien que la position soit sur légèrement sur l'avant. On se sent tout de suite comme à la maison, faire de très nombreux kilomètres à son guidon ne sera pas un problème.


Le tableau de bord digital est simple et sobre. L'affichage unique ferait presque un peu vieux, mais comporte les informations essentielles : vitesse, compte-tours, 2 trips partiels et un total, la consommation moyenne et instantanée, une horloge, la présence du HISS et une jauge d'essence. Les plus tatillons regretteront l'absence d'un indicateur de rapport engagé. Sous la selle, la place est sommaire mais toutefois plus profonde que la majorité des motos actuelles avec la place pour un U et un gilet jaune par exemple. Dernier détail, pour retirer le capot de selle, il faudra penser à retirer la lanière de maintien car elle est fixée directement sur la boucle arrière.


Essai Honda CBR 500 R 2016 : sobre, propre et jolie


Portfolio (31 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire