Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info

Essai Scott Neck Brace Street: pour ceux qui roulent sur bitume

Dans Moto / Equipement

Essai Scott Neck Brace Street: pour ceux qui roulent sur bitume

Omniprésentes en tout-terrain, les protections cervicales prennent désormais une orientation « street » à l'image de la version présentée par Scott. Nous en avons fait l'essai.


Pour la petite histoire la naissance de ce type de protection germa en 2001 dans la tête d'un certain professeur Leatt. Après 3 années de développement, c'est en 2004 que la première version vit le jour et fut commercialisée sous différentes marques. Après des débuts timides en TT, ce type de protection a été adapté par les plus grands pilotes mondiaux avant de se décliner en version bitume l'année dernière.


Si la réputation off-road semble désormais acquise, cette dernière a le plus grand mal à s'imposer sur la route ou la piste


LAISSONS LUI UNE CHANCE…


C'est vrai que de prime abord son accès n'est pas des plus faciles. Imposant un réglage minutieux pour s'adapter à la morphologie du pilote, le Neck Brace Street, comme toute les autres protections cervicales (routière ou tout-terrain), s'apparente plus à une minerve qu'à un bandana… heureusement d'ailleurs… Il est vrai qu'elle a bien un côté carcan, mais alors comment expliquer son succès en MX ou en Freestyle ? En vue de ce qu'arrivent à faire ces pilotes on se dit qu'elle ne doit pas être si gênante que ça… laissons lui une chance !


En réalité elle est bien moins encombrante qu'il n'y paraît de prime abord… un peu comme l'étaient à leur époque les dorsales qui aujourd'hui, quand on ne les a pas, donnent l'impression de rouler tout nu.


Essai Scott Neck Brace Street: pour ceux qui roulent sur bitume


810 grammes (vérifiés pour notre modèle de taille S/M en essai) en charge de limiter l'hyper-flexion et l'hyper-extension tant en latéral que d'avant et en arrière. Moins d'un kilo sur les épaules, c'est peu lorsqu'on est habitué mais aussi beaucoup… lors des premiers roulages…


Il est nécessaire de laisser une chance au produit pour s'y faire au même titre que lorsque l'on roule la première fois avec une combarde cuir ou tout simplement des bottes… souvenez-vous !!!


SAVOIR SE FAIRE OUBLIER


Essai Scott Neck Brace Street: pour ceux qui roulent sur bitume


En une journée de roulage la protection se fera oublier presque totalement. Limitant au départ les mouvements du pilote, ce dernier comblera ce manque d'amplitude par une adaptation de ses mouvements qui deviendront à leurs tours naturels, apportant de surcroit un sentiment de sécurité salvateur.


Plus à son aise sur une machine à guidon droit type roadster, supermotard ou trail, la position proposée sur une sportive demandera un temps de rodage plus élevé et bien moins évident mais cependant jouable.


On regrettera, quel que soit le type de machine et de couvre-chef (intégral, modulable ou TT), un surplus de fatigue un peu comme lorsque l'on roule avec un casque lourd, même si la charge ne se situe pas au même endroit.


Essai Scott Neck Brace Street: pour ceux qui roulent sur bitume


Une fois intégrée, les roulages se feront comme avant sans être limités lors de vos mouvements latéraux, et ce quel que soit le rythme des balades.


Il est clair que son terrain de jeu se fera plutôt sans passager ni passagère, qui auront tendance à percuter l'arrière de votre Neck Brace et ce qui est vraiment très désagréable !


Autre point négatif, le sac à dos dont les bretelles ont tendance à s'accrocher aux pattes arrières qui se plaquent sur les omoplates… Clairement le Street préfère les balades endiablées sur route aux virées pépères avec bagagerie ou sac de sable… tout en s'accordant sans difficultés aux excursions hors des chemins carrossés que vous pilotiez un quad ou une enduro.


UN AJUSTEMENT MINUTIEUX OBLIGATOIRE


Pour être à l'aise et offrir un max de sécurité, la protection se doit d'être parfaitement ajustée à votre morphologie et là, je dois bien admettre que Scott n'a rien laissé au hasard. Par taille (S/M, L/ XL et 2XL) vous aurez droit à une panoplie d'ajustements: 4 à l'avant, 3 à l'arrière et 2 aux épaules… rien que ça.


Ces 9 réglages permettront d'être assez proche de la perfection tout en offrant un maintien convainquant si toutefois vous prenez vraiment votre temps. L'adaptation fastidieuse qui demandera de nombreux essais sera heureusement unique puisque qu'une fois à votre gabarit, inutile de revenir dessus, sauf si vous changez de blouson ou de combinaison pour des modèles totalement différents.


PRATIQUE


Essai Scott Neck Brace Street: pour ceux qui roulent sur bitume


Côté entretien rien à signaler, un coup d'eau et le tour est joué. La durée de vie n'est pas non plus en reste puisque Scott a opté pour du matos qualitatif et ça se ressent.


Fibre de carbone, fibre renforcée de résine polyamide et verrouillage par crochet ne laissent que peu, voire aucun doute sur sa longévité…


On appréciera ses pattes arrière articulées qui, une fois repliées, permettront un rangement facile qui ne nécessitera pas beaucoup de place, ainsi que l'ouverture d'un seul des deux crochets lors de l'enfilage ou du désenfilage… pratique, même si les premiers verrouillages demanderont concentration et attention.


Essai Scott Neck Brace Street: pour ceux qui roulent sur bitume

Essai Scott Neck Brace Street: pour ceux qui roulent sur bitume


ÇA SERT À QUOI?


Le collier cervical prévient contre:


  • L'hyper-extension: flexion extrême de la tête vers l'arrière.
  • L'hyper-flexion: flexion extrême de la tête vers l'avant.
  • L'hyper-flexion latérale: flexion extrême de la tête sur le coté.
  • L'hyper-translation postérieure: mouvement de translation de tête par rapport à la nuque, à quatre-vingt-dix degrés par rapport à la nuque.
  • Charge axiale: aide à prévenir les charges axiales uniquement lors de l'action de la force axiale en combinaison avec d'autres mécanismes. A titre d'exemple, cela se produit généralement lorsque la tête est forcée vers le bas et l'avant (hyper-flexion) ou vers le bas et l'arrière (hyper-extension).

L'HEURE DU BILAN


Plus à son aise sur une moto droite que sur une sportive, le Neck Brace de chez Scott demande un temps d'adaptation pour se faire oublier mais une fois le temps de rodage passé il deviendra un fidèle compagnon qui ne tardera pas à vous manquer si vous l'oubliez.


Plus racing que touring il aime les virées endiablées apportant un sentiment de sécurité bénéfique pour le pilote. On regrettera son côté hermétique au passager et au sac à dos. Bien fini, parfaitement adaptable à votre morphologie, le Scott acceptera tous types de casque et de fringue, du blouson été en mesh à la combarde du pistard. Qualitatif il s'entretient facilement et ne demande pas d'attention particulière, bon point puisqu'il accepte les virées TT sans broncher. Reste le prix qui se réserve aux plus fortunés et le coloris unique… trop jaune à mon goût…


Essai Scott Neck Brace Street: pour ceux qui roulent sur bitume


Mots clés :

Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

:D pratiquant l'enduro, j'utilise ce genre de produit qui est tres securisant! pour ce qui est de la gene elle est minime, seul hick, on ne peut pas lever la tete pour admirer le ciel.... ce qui vous le conviendrez n'est pas tres genant pour la pratique de la moto!

Par Anonyme

Pour l'avoir -consciencieusement-  testé je suis plutôt étonné de votre retour... Pour ma part (un essai avec un Shoei XR11 + KTM Superduke + un réglage précis du système) j'ai constaté une impossibilité de réel contrôle latéral, ou plus précisément, au-delà d'une vingtaine de dégré d'angle. C'est à dire que l'on peut tourner la tête de qlq cm puis ensuite la base du casque vient buter sur le brace, et la seule solution consiste ensuite à faire pivoter le buste entier pour avoir une vision de ce qui se passe sur votre côté ! :-( Je précise que la position sur une Superduke est plus proche de celle du trail que de la sportive... Bref ma conclusion était une incompatibilitée totale avec une conduite urbaine. A réserver à un usage piste où le contrôle latéral est bien moins vital. J'avais déjà acheté les premiers LeatBrace original en carbone, mais, même à force de réglages et d'adaptations, à ma grande déception, je n'ai jamais vraiment réussi à le rendre transparent pour un usage route. Il persistait tjs ce problème de contrôle latéral. Et pour moi cette nouvelle version n'y change malheureusement rien si ce n'est qu'elle est compatible avec la bosse d'une combarde. Un produit réservé à la piste mais en aucun cas à la circulation, c'est juste mon avis perso de testeur motivé pour toujours mieux se protéger.

Par Anonyme

J'espère que tous les adeptes de la moto vont l'adopter. Comme je le dis toujours, la sécurité avant tout. ---------------------------------- [fine hotels in london->http://www.grandluxuryhotels.com/collection/united-kingdom/london/]

Par Anonyme

 Bonjour, j'en dirait autant, mais il faut bien choisir son neck brace. Si vous voulez d'avantages de renseignements : http://www.rider-privee.com/fr/152350-Protection-pilote-pilote

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire