Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info

FFMC : la réponse du ministère de l’Ecologie

Dans Moto / Pratique

« Mépris », voici comment la FFMC a titré son communiqué et qui est somme toute révélateur sur la réponse du Ministère de l’écologie. Il y a plusieurs mois, l’association a écrit à Nicolas Hulot dans l’espoir de d’avoir un entretien sur des sujets sensibles sur les zones soumises aux restrictions de circulation. Ils ont enfin eu retour, mais pas celui espéré.

FFMC : la réponse du ministère de l’Ecologie

Le 24 mai, puis après une relance le 23 Juin, la Fédération Française des Motards et Colère ont enfin reçu une réponse du ministère de l’écologie en la personne de Monsieur Laurent Michel, Directeur général de l’Énergie et du Climat. Enfin presque puisqu’il s’agit apparemment d’un copier-coller à la virgule près, d’une missive déjà exploitée lors d’une question posée à l’Assemblée Nationale par Damien Abad, député LR de l’Ain en Août dernier.

Bref, la demande de concertation rejetée, la FFMC n’aura pas de réponse pour le moment sur l’impact social des restrictions, ni sur le fait que les deux-roues sont une alternative à la congestion des grandes villes et encore moins la mise à la casse des anciens véhicules pour en remplacer par des nouveaux alors qu’ils sont tout autant polluants à fabriquer.

La FFMC précise :

"Malgré tout, nous constatons au moins un aspect positif : la cohérence d’un gouvernement dont le ministère de l’écologie et celui de l’intérieur usent des mêmes ressorts exclusivement répressifs. Même méthodes, mêmes probables résultats : le rejet des mesures par la population d’une part, et des résultats qui vont sans doute rejoindre ceux de l’accidentalité routière. La répression écologique portera le même fardeau que la répression routière : beaucoup de bâton, pas de carotte. On semble avoir déjà oublié que les dernières élections ont montré un rejet massif de cette façon qu’ont les politiques de mépriser les populations. Ceux qui ont voté ont cru trouver une alternative, et ceux qui se sont abstenu étaient écœurés par avance d’un système par trop prévisible… Nos gouvernants, du haut du piédestal qu’ils croient avoir gagné de haute lutte, n’ont toujours pas compris !"

Vous trouvez ci-dessous, en PDF, la réponse de Monsieur Laurent Michel, Directeur général de l’Energie et du Climat, dans son ensemble.

2017_09_12_reponse_ministere_ecologie.pdf

Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire