Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Interview : Le team 18 de retour du Qatar

Dans Moto / Sport

Interview : Le team 18 de retour du Qatar

Nous avions quitté le Team18 des sapeurs pompiers après la 13e place du Bol d'Or qui devait être la dernière course de la saison. Mais l'équipe emmenée par Yannick Bureau était sur la grille des 8 heures de Doha au Qatar et 7e au baisser du drapeau à damier. Le team-manager nous résume l'aventure et nous en dit plus sur l'avenir du Team.


Au vue des difficultés financières de l'année, votre présence au Qatar n'était pas prévue, Comment votre participation a-t-elle pu avoir lieu ?


Lors du dernier Bol d'Or, le Président de la fédération du Qatar est venu nous voir dans notre stand en nous disant « ce n'est pas possible que vous ne soyez pas à Doha ». Je lui ai donc expliqué que c'était uniquement à cause de problèmes financiers. Une semaine après, il nous a fait savoir qu'il prenait en charge 80 % du budget. Il devenait partenaire principal de l'équipe cette année et en contrepartie, nous devions faire rouler un pilote de leur fédération. Un pilote que l'on a découvert là-bas directement le mercredi.


Comment cela s'est-il passé ?


Nous sommes partis de loin car Abdulrahman Al Malki n'avait jamais roulé sur une moto ayant des vitesses inversées et il ne faisait de la moto que depuis 3 ans. Nous sommes partis dans l'optique de l'aventure humaine mais aussi de réaliser un partenariat intéressant avec QMMF pour l'avenir et avec l'espoir que l'on revienne sans trop de casse.


Finalement, notre ami Abdulrahman s'est très bien investi et en trois jours, nous l'avons amené à faire son meilleur temps absolu depuis 3 ans. On l'a fait travailler le soir sur de la vidéo embarquée et il a était très consciencieux. Son physique était un peu juste et nous n'avons pas pu le rattraper en 3 jours mais sommes toute, il a pu faire un 1er relais intéressant. Il était en 2'10, 2'11 alors que les meilleurs tournaient en 2'08 donc sur un circuit de cette taille là, prendre 2 à 3 secondes, ce n'était pas trop gênant. Après, lors du 2e relais qu'il a fait de nuit, il prenait 20 secondes au tour. Le problème est qu'il est partit avec une visière fumée et qu'il avait plein de buée.


Au final, le team 18 termine 7e. Un résultat très honorable.


Oui c'est sûr. Nos 2 autres pilotes ont fait leurs jobs. Nous étions un peu tombés au classement et ils sont bien remontés. En plus, nous étions partis sans David Brière qui s'est cassé la clavicule 15 jours plus tôt donc on a repris Mickaël Savary qui avait une course 1 semaine plus tôt au Portugal. Il a fait une très belle semaine. Au bol, il a beaucoup appris avec nous et il n'avait jamais roulé à Doha mais il a fait un travail très sérieux sur de la vidéo. Il était très concentré et il était beaucoup plus intégré dans l'équipe qu'au bol car il nous connaissait. Il a vraiment une attitude très professionnelle.


Evidement, si nous avions eu nos 3 pilotes du bol, nous aurions pu faire 4 ou 5 mais d'un autre côté, nous n'y serions pas allés puisque nous n'aurions pas eu l'aide de QMMF. Donc par rapport à l'objectif de départ qui était d'y aller et d'éventuellement marquer quelques points et surtout ne pas pulvériser les machines, le contrat est complètement rempli puisque qu'on fait 7e au général et 1ère équipe française juste derrière les grosses pointures.


Une meilleure place était sûrement possible connaissant la qualité de la stratégie du Team 18 ?


J'étais parti sur une stratégie avec un arrêt de moins que les autres en poussant les premiers relais. Cela venait juste de marcher puisqu'on venait de passer le cap de l'heure qui allait bien quand Abdulrahman s'est élancé et au bout de 13 tours, il a fallu l'arrêter donc la stratégie est retombée dans le même plan de marche que les autres équipes.


Comment résumerais-tu cette course au Qatar ?


Cela a été très positif avec une belle aventure humaine qui a regonflé le moral de toute l'équipe vu le mauvais début de saison. Nous avons aussi pu prouver notre valeur. Lorsque nous sommes arrivés sur place, on nous a regardés avec des airs « oh les pauvres, dans quoi ils sont embarqués » ou alors des airs un peu goguenards. Mais samedi soir après la course, ce n'était pas du tout les mêmes regards. Cela nous a regonflé le moral en termes de fiabilité de l'équipe même avec un pilote qui a fait plein d'efforts pour relever son niveau.


Quel bilan tirer de cette saison difficile mais qui se termine bien ?


Pour résumé, cette année 2008 a été pleine d'enseignements. Après une saison un peu euphorique en 2007 où tu te sens un peu intouchable, le début 2008 a été très dur. On a eu un gros coup financier et sportif qui est riche d'enseignements car cela montre la grande incertitude du sport et qu'il faut toujours prévoir une « part pour la soif ». Maintenant c'est quelque chose que l'on a appris à faire à nos dépends. Beaucoup ne s'en serait pas relevé, nous, on a la chance de l'avoir fait donc c'est très instructif. Et puis les résultats de fin de saison que ce soit le Bol d'Or avec une 13e place et puis le Qatar prouvent 2 choses : 1, nous avons su tirer les enseignements et 2, nous revenons encore plus forts.


Pour l'avenir, ça a été une saison qui a mal démarré mais qui se révèle positive.


Comment s'entrevoit 2009 avec une nouvelle moto ?


Il y a beaucoup d'incertitudes car la crise actuelle touche aussi beaucoup le monde de la moto. Les constructeurs sont très touchés et cela peut influer sur les programmes sportifs des différentes marques. On attend une réponse de Suzuki et quoi qu'il arrive, nous avons décidé de ne pas changer de marque. On s'attend à zéro aide mais on préfère renvoyer notre soutien à la marque quand ça va mal. Et puis, on connaît très bien les Suzuki et le modèle 2008. Il se peut que l'on reparte sur les K8 pour le Mans. Côté financier, tous nos partenaires nous disent qu'ils nous suivent pour 2009 avec des aides qui vont stagner ou très légèrement augmenter et que tout repartira mieux en 2010.


Quel sera le programme sportif pour 2009 ?


Nous renforçons encore la structure mais nous planchons sur un programme Le Mans, Le bol, Oschersleben (Allemagne) et pourquoi pas le Qatar. Et puis pourquoi pas Albacete mais cela va dépendre de la réunion avec la FIM du mois de décembre.


Merci beaucoup Yannick.


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire