Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Moto GP – Honda : Marc Marquez a bien cru qu'on allait le détester

Dans Moto / Sport

Moto GP – Honda : Marc Marquez a bien cru qu'on allait le détester

Remporter treize victoires en une seule saison et réaliser autant de positions de pointe, c'est immanquablement se faire remarquer dans une saison Moto GP par ailleurs logiquement conclue avec un second titre mondial. Une domination enthousiasmante qu'il faut cependant assumer. Marc Marquez le reconnaît, ça n'a pas été aussi simple à gérer, surtout vis à vis de ses collègues dont il a commencé par craindre l'hostilité.


Une crainte qui s'est faite jour lors des conférences de presse : « les questions posées aux autres pilotes étaient toujours les mêmes. C'était du genre : ‘De quoi avez-vous besoin pour battre Márquez ?' ou ‘Comment arrêter Márquez ?'. J'étais parfois un peu mal à l'aise parce qu'en tant que pilote, je sais ce qu'on ressent lorsqu'on vous pose une question à propos de votre rival plutôt que de vous. S'il ne s'agit que d'une ou deux questions, ça va, mais lorsque ce sont toujours les mêmes questions au sujet du même concurrent… Je m'inquiétais que les pilotes avec qui je m'entends bien commencent à me détester ! »


Moto GP – Honda : Marc Marquez a bien cru qu'on allait le détester


Heureusement pour lui, Marc Marquez a quelque peu plié durant la seconde partie de la saison, sans rompre cependant. Mais pendant que les pilotes Yamaha avaient la pression de vivre sans la moindre victoire jusqu'à la trêve estivale, le pilote du HRC vivait, lui, avec le désir... de perdre ! « C'est un peu étrange. En réalité, le plus vous gagnez et plus votre avantage augmente. La pression devrait donc être moins importante parce qu'en gagnant, on obtient l'opportunité de continuer à lutter pour le championnat en pouvant prendre moins de risques. Au lieu de ça, à chaque fois que je gagnais, j'avais de plus en plus de pression parce que les gens attendaient que je fasse une erreur. Je sentais que le jour où j'allais faire une erreur allait faire les gros titres."


"Au final, quand j'ai fini quatrième à Brno, ça a été un grand soulagement parce que je pouvais enfin me dire que les gens allaient arrêter de penser à ce que je remporte toutes les courses… Ils sont passés à autre chose, la situation est redevenue normale et j'ai davantage pu me concentrer sur moi-même. »


Commentaires (2)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Courage Marc, continue d'écraser le Motogp de ton talent et de ta classe, les autres n'ont qu'à se bouger, ils sont tous là depuis des années et l'ont déjà fait quand ils le pouvaient.. pas de quartier, des angles d'enfer, des freinages en glisse des 2 roues et de la joie  au drapeau, y'a que 2 tops en GP, toi et Rossi, les pleureuses ..en cuisine ! 

Par Anonyme

Preuve qu'il est encore un peu tendre le génial jeunot.....Avec la Honda/usine, le parcours et surtout le talent unique qu'il a = 0 pote en Motogp..sauf peut être Rossi qui est au-dessus de ça

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire