Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Paris : ACDA et FFMC en recours pour le stationnement à Paris

Dans Moto / Pratique

Paris :  ACDA et FFMC en recours pour le stationnement à Paris

C'est une guerre silencieuse et qui dure depuis un bon nombre d'années au sein de la capitale (ou dans les grandes villes françaises). Le manque de place de parking (40 000 places) et la surabondance des deux-roues (150 000) ont fait naître une adaptation qui consiste à garer sa moto/scooter/mobylette sur les trottoirs. Et comme dans toute situation, il y a des malins qui abusent et des répercussions toutes aussi douteuses comme des mises en fourrières à grande échelle.



Pourtant depuis 2008, le préfet avait autorisé le stationnement sur les trottoirs, mais cela n'a pas empêché les nombreuses verbalisations. La Fédération des motards en colère et l'Automobile club réclament aujourd'hui la mise en place d'un vrai cadre juridique pour cette pratique. Parce que le tout est de définir les limites d'une telle pratique, pour ne pas gêner la circulation des piétons et des secours mais également que les agents de la ville appliquent tous la même politique.


Me Rémy Josseaume, de l'Automobile club des avocats explique : « Certains n'ont rien à faire de cette note, d'autres ne la connaissent pas, car elle est ancienne. Dans le 4e arrondissement, où je travaille, je me gare comme je peux. Quand je demande aux agents, ils me laissent faire. Mais 300 mètres plus loin, ce n'est pas possible. Il n'y a pas de raison que les règles changent suivant les quartiers et les agents. »


D'ailleurs il faut savoir que les infractions les plus courantes pour les motards sont pour le stationnement. Pour 2011, ce n'est pas loin de 101 085 PV qui ont été lâchés pour Paris. Une situation préoccupante d'autant que le montant de la contravention va passer de 35 euros à 135 euros prochainement et que la cour de cassation estime que la tolérance de 2008 n'a aucune valeur légale.


C'est dans ce contexte que les deux associations vont lancer un courrier à la ville de Paris et au délégué interministériel à la sécurité routière. Affaire à suivre.


Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire