Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Sécurité routière : 3% de marge d'erreur pour les radars, mais pour l'usager de la route?

Dans Moto / Pratique

Sécurité routière : 3% de marge d'erreur pour les radars, mais pour l'usager de la route?

Si vous êtes un habitué du site, vous allez probablement naviguer chez nos voisins en quatre roues. Si c'est le cas, vous n'avez pas loupé « le point info de 15h » sur la baisse de tolérance sur les radars automatique. Si ce n'est pas le cas, vous pouvez vous offrir un petit cours de rattrapage par ici.


C'est l'association « 40 millions d'automobilistes » qui a révélé l'existence d'un arrêté du 4 juin dernier. Il stipule que : « "les erreurs maximales tolérées applicables aux radars fixes neufs ou réparés sont de plus ou moins 3 km/h (pour les vitesses inférieures à 100 km/h) ou de plus ou moins 3% de la vitesse (pour les vitesses égales ou supérieures à 100km/h)" »


Une découverte qui a fait l'effet d'une bombe et qui en l'espace d'une journée a déjà suscité un grand nombre de réactions. La crainte première c'est de multiplier les confusions pour les usagers de la route mais aussi pour l'application des forces de l'ordre.


Une mise sous pression que le gouvernement n'a pas pu ignorer et qui a publié ce matin un communiqué pour dissiper tout malentendu.


Jean-Marc Le Parco, responsable du service des instruments de mesure au ministère de l'Industrie a donc déclaré que cette baisse n'était valable que pour les constructeurs de radars qui doivent offrir une marge d'erreur de 3% au maximum sur leurs machines en sortie d'usine. Pour ce qui est de l'application sur la route, la marge de 5% sera toujours appliquée à la vitesse prise en compte.


Une explication qui n'est apparemment pas très convaincante car Rémy Josseaume, juriste spécialisé en droit routier (pour l'association 40 Millions d'automobilistes) explique que « le ministère de l'Industrie essaie de s'en tirer par une pirouette mais la réalité des textes est là ». L'arrêté de 1991 faisait la différence entre radars « approuvés » à la construction et « homologués » pour leur utilisation par les forces de l'ordre, ce que le nouveau texte ne prend plus du tout en compte. Il y a donc bien matière à confusion tant dans l'esprit des conducteurs que des forces de l'ordre puisque les marges sont désormais communes et abaissées, pour les radars neufs ou qui sont réparés, de 5 à 3 %. »


Bref, un joli mic-mac qui risque de faire des victimes sur les routes des vacances cet été. Et je ne rajoute même pas l'imprécision des compteurs de vitesse des véhicules eux-mêmes. En attendant une mise à plat claire, nette et précise, le seul moyen d'éviter une amende est d'y aller mollo sur la poignée des gaz.


Source


Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Il faut rouler en Ducati, elles ont 10 km/h de plus que la réalité.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire