Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Sécurité routière: hausse des morts en juillet et surtout des motards

Dans Moto / Pratique

Sécurité routière: hausse des morts en juillet et surtout des motards

La nouvelle était redoutée et la tendance certainement pas souhaitée. Mais le gouvernement devra faire avec et faire face. Une fois de plus, et sans doute pour les tenants du radar et des 80 km/h sur route, une fois de trop, la hausse des morts sur nos axes se poursuit d'une année sur l'autre. Cette fois, c'est une inflation de 19,2% qui est regrettée. Et avec le beau temps, les motards ne sont hélas pas les deniers à alimenter la triste comptabilité.


C'est ainsi. Une hausse du nombre de tués de plus de 19 % a été enregistrée le mois dernier par rapport à juillet 2014. 360 personnes ont perdu la vie en juillet dernier contre 302 le même mois en 2014. Les accidents augmentent de 6,7 %, les blessés de 7,7 % et les blessés hospitalisés de 13,8 %. Le chaud mois écoulé a fait sortir les deux-roues motorisés. Avec cette conséquence : 105 tués en juillet.


Pour expliquer, Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, précise que cette fois, il a fait beau, alors que l'an dernier, le temps était pourri. Et puis, les séjours touristiques des Français dans l'Hexagone ont augmenté de 18,8 %, ce qui fait donc plus de monde sur les routes.


Certes, mais nous donne comme résultat une augmentation de 3,8 % des tués sur les sept premiers mois de l'année par rapport à la même période en 2014. Une année marquée où le nombre de morts était reparti à la hausse avec 3 388 vies fauchées, soit 120 de plus qu'en 2013. Le tout après douze années de baisse.


Ceci dit, il faut aussi garder en mémoire le fait que la France n'est pas la seule mauvaise élève: la mortalité routière dans le reste de l'Union européenne a connu en juillet une hausse des tués de 7 %. A la rentrée, un comité interministériel de la sécurité routière sera réuni. Une première depuis 2011 et alors qu'un rapport d'audit de l'Inspection générale de l'administration (IGA) de 2014 sur la sécurité routière a fustigé le manque de travail d'équipe entre les ministères au sujet de la sécurité routière.


Commentaires (6)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

La pluviométrie de juillet 2015 a été très inférieure à la moyenne, presque moitié, alors que la pluviométrie de juillet 2014 a été le double de la normale, 3.5 fois celle de 2015. Comme les 2 roues circulent beaucoup plus quand le temps n'est pas pluvieux, il est normal que leur nombre d'accidents ait fortement augmenté.

Par Anonyme

Combien de temps vont ils nous casser les pieds avec le nombre de morts sur les routes. Je ne marque pas qu'il faille les ignorer ni en diminuer l'influence mais avant de 'barber' en permanence les utilisateurs de moyen de transport, les responsables feraient mieux de réfléchir sur quelques autres nombres bien plus grands et bien plus terribles, dûs à d'autres causes de mortalité, qu'ils semblent ignorer en permanence. Il est vrai qu'il serait difficile de mettre un PV à un malheureux atteint d'un cancer. Nombre de morts en france par: -Tabagisme: 78000 -Alcoolisme:49000 -Cancer:148000

Par Anonyme

Les motards sont de toute facon mal vus en France... nous sommes des pestiférés!

Par Anonyme

Pascal a raison le lobby sécurité routiere ne compte pas le nombre de malheureux au chomage  ni ceux qui mettent fin à leurs jours permis suspendu ou annulé sans jamais avoir provoqué d'accident .Perdre un proche sur la route c'est terrible mais perdre un proche qui se suicide c'est pire que tout et j'en sais quelque chose.Tous les jours une contrainte de plus au Pays de la liberté ,vive la dictature et la politique du fric. 

Par Anonyme

Quand la sécurité routière était aux transports (ministère de l'environnement), et la police à l'intérieur, l'interministérialité était une obligation. Aujourd'hui, tout est à l'intérieur. Résultat, le seul discours qu'on entend est celui de la répression et la sécurité routière tourne en circuit fermé. Le pitoyable CISR de mai 2011, à l'origine de mesures répressives totalement ubuesques (et qui avait couté sa place à la déléguée à la sécurité routière de l'époque) en était le premier signe. Je ne suis pas persuadé que laisser à nouveau la main à un CISR, dans les mêmes conditions ne va engendrer les mêmes maux. Le CNSR était discutable, mais au moins, il représentait une tentative intéressante de remettre un peu de discussion dans un domaine devenu totalement autarcique.

Par Anonyme

 Bonjour, parlez vous de motards, ou de conducteurs de 2 roues motorisés ? Dans le dernier cas, cela inclurait les scooters, et dans ce cas la limitation de vitesse à 80 servirait elle  sauver qui que ce soit ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire