Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Essai Aprilia Tuono 125 : un segment en pleine mutation

Dans Moto / Nouveauté

Essai Aprilia Tuono 125 : un segment en pleine mutation

Révélée en toute discrétion lors du salon Intermot de Cologne, l'Aprilia Tuono 125 fait une apparition remarquée au sein de la gamme italienne. En réalité, il faut parler d'un retour aux sources dix ans après la disparition de l'ancienne génération, qui, à l'époque était propulsée par une motorisation 2-temps. Oui mais voilà, les normes drastiques en matière d'antipollution ont sonné le glas de son illustre aînée. Pour 2017, la petite cylindrée native de Noale se confond à la nouvelle législation européenne avec l'introduction d'un bloc 4-temps répondant à la norme Euro 4. La rédaction de Caradisiac Moto s'est rendue sur le circuit de Baden Baden en Allemagne pour en prendre le guidon.


Le marché des motos 125 dites ‘'roadsters'' ou ‘'streetfighters'' connaît une recrudescence en France grâce à la très bonne tenue de la Yamaha MT-125, solidement installée en tête des ventes, mais surtout grâce à l'émergence de nouvelles prétendantes comme la KTM Duke récemment mise à jour (moteur Euro 4 et face lift), sans oublier la future Suzuki GSX-S prévue d'intégrer la catégorie cet été. Un segment de marché de plus en plus faste où l'Allemagne pèse 66 % à elle toute seule, loin devant la France, le Royaume-Uni et l'Italie.


Fort de ses 54 titres mondiaux (dont 20 dans la catégorie 125 cm3), Aprilia a su puiser dans son patrimoine historique pour offrir au jeune public, mais aussi aux amateurs de plus petites cylindrées, un véhicule diablement efficace. Le coup de crayon résulte d'une synergie parfaite avec la V4 1100, véritable fer de lance de la production de Noale. La ligne demeure toujours aussi affûtée et l'on distingue une face avant similaire grâce à la présence des trois feux bien distincts. Conçue, développée et fabriquée en Italie, la ‘'petite'' Tuono offre un assemblage qualitatif, même si l'on peste contre quelques fils apparents entre la fourche et la bulle au niveau de la connectique des feux, mais rien de rédhibitoire. Le tableau de bord, niché sous le discret saut de vent, révèle une instrumentation moderne marquée par un compte-tours à lecture analogique et un pavé LCD affichant la vitesse, la température moteur, deux trips partiels mais l'on note l'absence d'une jauge à essence, dommage pour une moto de ce calibre dont le tarif s'élève à 4899 €. La planche de bord cerclée de carbone propose les témoins utiles pour un usage quotidien (réserve de carburant, point mort, température moteur…) avec en prime l'intégration de deux nouvelles pastilles comme l'ABS ainsi que l'OBD (On Board Diagnostic). La dernière née de la gamme de Noale est prédisposée à recevoir le Quick shift, oui…mais en option. Il s'agit d'un système de changement rapide des vitesses livré de série sur la Tuono V4 1100. Le principe de fonctionnement est simple : l'ECU moteur gère la coupure du système lors du changement de rapport à la volée en fonction du degré d'ouverture du papillon et du régime moteur. Cela permet au conducteur de monter les rapports, tout en gardant la poignée d'accélération grande ouverte sans utiliser l'embrayage. Toujours au catalogue des accessoires disponibles, il faut également notifier la plateforme multimédia Piaggio permettant de connecter son smartphone et de pouvoir afficher un ensemble de données. Une option facturée 127 €.


Essai Aprilia Tuono 125 : un segment en pleine mutation


La Tuono est un petit peu à la croisée des mondes entre le ‘'Streetfighter'' et le roadster pure souche, il en résulte une position de conduite naturelle grâce à une hauteur de selle contenue (810 mm). Cependant, les pilotes faisant moins d'1m75 à la toise n'auront pas les deux pieds complètement à plat au sol. Le poste de pilotage marqué par un guidon réglable assez large confère une position du buste légèrement penché vers l'avant et les genoux épousent parfaitement le creusement prononcé du vaste réservoir dont la contenance atteint les 14,5 litres. L'assise matelassée procure un confort satisfaisant, tandis qu'à l'arrière, le passager profite d'un espace restreint et d'une paire de repose-pieds repliables. Si les balades en duo sur les courtes distances sont envisageables, les parcours plus longs pourraient s'avérer compliquer.


Portfolio (26 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire