Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info

Essai BMW G 310 GS 2017 : le renard du désert

Dans Moto / Nouveauté

Il était évident que le roadster G 310 R n’allait pas rester longtemps tout seul. BMW reprend donc son petit moteur de 34 chevaux pour le décliner en Trail. On vous présente le G 310 GS, qui reprend l’appellation des grands frères de la catégorie. Un honneur mais aussi un risque, car il faut que ce nouveau modèle soit à la hauteur de la réputation de ce nom.

Essai BMW G 310 GS 2017 : le renard du désert

Informel et détendu, voilà comment BMW a voulu présenter son modèle à quelques journalistes essayeurs venus du monde entier. Caradisiac a eu la chance d’en faire partie et de prendre en main celle qui sera une porte d’ouverture sur le monde du GS et de l’aventure. Présenté comme un modèle facile et d’une polyvalence extrême, la firme n’a pas hésité à nous coller sur les chemins et dans les bouchons de Barcelone pour prouver qu’elle a les mêmes aptitudes que les grosses cylindrées.         

 Quand on l’a sous les yeux, la première question que l’on se pose, c’est pourquoi cette machine n’est pas pourvue du fameux phare asymétrique typique du modèle. En discutant avec le Designer, il nous a confié avoir essayé, mais que la machine est trop étroite et le phare trop gros et donne un déséquilibre dans la ligne. Ils sont donc partis sur un phare unique plus classique, qui surmonte son bec de protection, mais qui n’est pas sans rappeler les anciens GS 650. En revanche, la forme du reste de la moto et en particulier la forme du réservoir et les larges poignées argent soulignent parfaitement son appartenance. Côté fabrication, c’est propre, bien monté et les coloris sont beaux. Déception côté béquille latérale qui dépasse beaucoup et dont le coupe-circuit révèle des fils à nus. Attention à la coupure.

 

Les fils ne sont pas protégés
Les fils ne sont pas protégés
La bulle n'est pas réglable
La bulle n'est pas réglable
L'ABS est déconnectable
L'ABS est déconnectable

 

Le gabarit est correct pour un 300 cm3, et laisse suffisamment d’espace pour voyager en duo. L’instrumentation est lisible et donne toutes les informations nécessaires : compteur, compte-tours, trip total et deux trips partiels, température moteur, une jauge d’essence (11 litres), un décompte d’autonomie, un indicateur de consommation moyenne et en instantané, une horloge et la date du jour. La petite bulle non réglable, donne une bonne visibilité, mais interroge sur sa capacité de protection, surtout pour les grands gabarits. D’un premier abord accessible, la hauteur de selle de 835 mm se révélera pénalisante pour les petits gabarits notamment à cause de sa largeur. Il sera toujours possible de l’ajuster sa hauteur, en option, en passant de 820 mm à 850 mm.

Essai BMW G 310 GS 2017 : le renard du désert

 

Le centre névralgique du GS, est son moteur monocylindre de 313 cm3 issu du petit roadster de la marque. Il développe 34 chevaux à 9500 tr/mon pour un couple de 28 Nm à 7500 tr/min (le rupteur est à 10 500 tr/min), il est développé pour la puissance à mi-régime et récupère pas mal de technologie des grosses cylindrées, notamment de la S 1000 RR. Intégré dans un cadre tubulaire, similaire à son frangin roadster, il assure assez de rigidité pour palier à tous les types d’usage.

Les suspensions avant de 41 mm sont inversées ne sont par réglables avec un débattement total de 180 mm.  Pour le monoamortisseur arrière, il faudra démonter les caches latéraux pour accéder à la précontrainte. La jante de 19 pouces à l’avant à bâtons adopte des pneus de 110/80 19, et 17 pouces à l’arrière et des pneus de 150/70 17.

 

Essai BMW G 310 GS 2017 : le renard du désert

La G 310 GS ne dispose pas de technologie active hormis l’ABS avant/arrière, qui est d’ailleurs déconnectable par simple pression du bouton une dizaine de secondes qui se trouve sur le côté gauche du guidon. Le freinage est confié, à l’avant, à un simple disque de 300 mm, étrier 2 pistons, et à l’arrière à un simple disque de 240 mm, étrier un piston. Le poids total de la machine n’excède pas les 169,5 kilos en état de marche (plein compris).

Portfolio (48 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire