Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Essai Mash Café Racer 250 : la famille 250 s'agrandit

Dans Moto / Nouveauté

Essai Mash Café Racer 250 : la famille 250 s'agrandit

L'importateur Sima n'arrête pas de surfer sur la voie du succès et continue à étoffer sa gamme. Après sa 125, voici que Mash édite une version 250 de son Café Racer. Venant de la base de son roadster, le Two Fifty, la marque ne prend pas grand risque sur le futur de cette version. Idéal pour les amateurs de petites cylindrées ou pour un jeune permis ayant un petit budget d'achat. Même si sa base est déjà connue dans l'hexagone, nous avons voulu en savoir plus sur ce modèle et à quel type de clientèle il peut s'adresser.


Pour cet essai, le beau temps et les routes de campagne nous ont donné un sacré terrain de jeu. De son côté, le Café Racer s'expose dans un sympathique coloris noir mat et gris. Un joli rappel vintage. Dans l'ensemble, les lignes sont propres et bien proportionnées, la tête de fourche englobe bien l'ensemble des commandes. Les finitions sont propres et on apprécie les rétroviseurs et les embouts de guidon chromés. L'ensemble de la carrosserie est en métal, ce qui est un vrai plus pour renforcer son côté old school. En revanche, pas d'illusion à se faire en ce qui concerne la taille. Et oui c'est un 250 ; et pour garder les proportions ligne/moteur, elle me fait vite passer, moi et mon mètre soixante-dix, pour une géante à grandes pattes.


Essai Mash Café Racer 250 : la famille 250 s'agrandit


Ici, comme pour le reste de la gamme Mash, pas de fioriture électronique ou d'assistance à outrance, tout baigne dans son jus. Le compteur est mécanique avec l'affichage d'un trip total, un partiel et l'affichage du shifter. Du côté des agréments, on peut noter un guidon bracelets, un dosseret de selle, une béquille centrale en plus de la latérale et des commandes reculées. Pour ce qui est de la personnalisation, le catalogue de l'importateur est « light ». Des pièces de rechanges, la possibilité de changer de réservoir mais ni bagagerie et autres agrément pour enquiller de la borne. Les pièces sont disponibles pour les versions 50cm3 et 125cm3, on espère donc que le catalogue sera vite mis à jour pour une moto qui est déjà disponible à la commande.


Du côté de la partie cycle, Mash adopte un simple disque plein de 300mm et un simple disque arrière de 220 mm. Les suspensions avant de 38 mm de diamètre sont inversées et non réglables (idem pour l'arrière). Le moteur qui est issu du Two Fifty développe 20 chevaux à 7500tr/min pour un couple de 2 mkg à 6000 tr/min.


Après avoir bien fait le tour de la machine, c'est à ce moment qu'on se rend compte de l'évolution du marché de la moto où l'art de tout compliquer par de l'électronique et autres révolutions technologiques pour au final faire la même chose : rouler. D'ailleurs en parlant de rouler, il est temps d'enjamber la mini-bestiole. Ici pas de soucis de taille avec une hauteur de selle de 780mm conjugué avec l'étroitesse de la 250. Pour la position, la longueur de la selle permet d'opter pour deux options : une position plutôt droite (oui, oui avec un guidon bracelet) ou bien calé au fond de la selle, vous serez en mode en avant, une position plus typique d'un Café Racer.


Essai Mash Café Racer 250 : la famille 250 s'agrandit


Pas de doute sur le déplacement à l'arrêt de cette 250. Avec ses 120 kilos à sec et sa bonne répartition des masses, j'ai juste eu l'impression de déplacer une grosse mobylette. Malgré le guidon bracelet, le rayon de braquage reste tout à fait acceptable. Les rétroviseurs sont larges et donnent une bonne visibilité.


Essai Mash Café Racer 250 : la famille 250 s'agrandit


Portfolio (33 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire