Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Essai Moto Guzzi MGX21 2017 : La forteresse prête à bombarder ?

Dans Moto / Nouveauté

,

Exercice de style ou moto à part entière ? Il nous tardait de trancher le cas MGX21. Alors, la « Forteresse Volante », adaptée pour la route ou plutôt bête de salon ? Une petite balade aux portes du Vexin et nous voici en mesure de vous livrer notre verdict : pour l'apprécier, il faut rouler !

Essai Moto Guzzi MGX21 2017 : La forteresse prête à bombarder ?

Prenez une Moto Guzzi California 1400. En lui remontant la ligne à coup de touches rouges et de beaux éléments, transformez la en Audace. Prenez maintenant une Audace. A grand renfort de pièces en carbone exclusives, de pare brise type wingbat et de bagagerie arrière trop petite pour y laisser un casque, mutez la en un bagger à l’américaine. Voici la MGX21. Une étude de style devenue réalité un an après sa présentation. Une moto ultra séduisante, des plus particulière voir déroutante à conduire, se réservant à une poignée d’esthètes fortunés. Retour sur une expérience hors norme, tout comme le poids de la MGX21 : 341 kilos… à sec.

 Dans la famille bagger, on connaît déjà : la Honda Goldwing 1800 F6B, la Honda CTX 1300 (disparue du catalogue en 2015), mais surtout les cadors du marché : les Harley Davidson Street Glide ou Road King. Assurément, cette MGX21 est née pour en mettre plein la vue à la concurrence et apparaître beaucoup plus moderne. En toute « sobriété », elle exploite la base mécanique de la California 1400. On retrouve donc son cadre berceau tubulaire en acier adapté à la nouvelle morphologie. Une imposante roue avant de 21 pouces parée d'une vasque de carbone fait en effet son apparition, tout comme un amortisseur de direction en position centrale. Il est destiné à assister les manœuvres à basse vitesse. Il peut aussi réduire à haute vitesse les mouvements d'une direction alourdie par un équipement audio et par un imposant tête de fourche. L'énorme bicylindre de 1380 cm³ et sa nourrice de 20,5 litres sont également présents. A refroidissement air/huile, l'imposant bloc aux cylindres à tête rouge, est régi par trois comportements. Ils sont choisis depuis le guidon moteur tournant : pluie (pioggia), tourisme (turismo) ou "veloce". Nous optons immédiatement pour le plus vif des trois.

En parlant de rouge, outre un aspect agressif relevant la ligne d’une moto sobre de manière impressionnante, il valorise un autre élément : le freinage. L’étrier de frein radial à 4 pistons, signé Brembo, adopte ainsi la même couleur « racing » que sur la Audace. Dernière petite touche de rouge : le logo bicolore MGX21 inscrit sur le flanc. Et c’est tout.

 

Essai Moto Guzzi MGX21 2017 : La forteresse prête à bombarder ?

L’instrumentation, entièrement digitale, est une belle pièce également. Sobre et exhaustive, elle se manipule aisément depuis le commutateur droit de l'ample guidon. Cet affichage propose même une redondance entre la vitesse affichée de manière "circulaire" à gauche (très discrète), et celle en chiffres du cadran numérique droit. Une répartition peu intuitive à lire, et une multitude d'informations à choisir. D'autant plus qu'il est possible de compléter le tout par un smartphone. Connecté en Bluetooth au système multimedia Guzzi, il peut afficher 5 paramètres de ce que "ressent" l'électronique de la moto au travers d'une application dédiée. De quoi découvrir la grande technicité mise en oeuvre. Au titre des assistances indispensables, notons l'ABS, ainsi qu'un contrôle de traction paramétrable : le MG-CT propose trois niveaux de déclenchement : 1,2 et Off.

 

Essai Moto Guzzi MGX21 2017 : La forteresse prête à bombarder ?

Dernier point concernant les commodos. Comme beaucoup de constructeurs, MotoGuzzi s'est senti obligé de proposer sa propre commande de clignotants. En résulte un commutateur peu agréable et très plastique dans son maniement... tout comme le switch de l'éclairage de jour.

Nous pourrions vous parler longuement encore de la technique, mais elle n'est pas essentielle pour une moto aussi visuellle. La ligne est superbe et les détails esthétiques nombreux. De quoi découvrir en permanence la MGX21 sous un nouveau jour. Elle inspire quoi qu'il arrive une certaine sportivité qu'il nous tarde de mettre à l'épreuve.   

Portfolio (39 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire