Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Essai Yamaha MT-10 SP 2017 : l'intelligence active

Dans Moto / Nouveauté

Essai Yamaha MT-10 SP 2017 : l'intelligence active

Big Brother revient. Celui au regard plongeant s'offre pour 2017 un système de suspensions électronique. Fort de son succès l'année dernière (il y avait 3 mois d'attente pour avoir une), Yamaha optimiste son gros roadster pour offrir le meilleur de la technologie aux trois diapasons. Il est donc temps de replonger dans l'esprit du « Dark Side of Japan » et de reprendre en mains celui qui nous avait séduits en mai dernier.


On change de décor, de pays et de température, mais on garde la même machine. Nous sommes à Cap Town pour prendre en main le MT-10 SP. Et comme chez Yamaha on ne fait pas les choses à moitié, ils ont profité de l'occasion pour présenter la version Tourer du MT-10. Pour Caradisiac Moto, c'était l'opportunité parfaite de pouvoir comparer les deux systèmes de suspensions dans la même journée. Si vous souhaitez connaître les équipements disponibles de la Tourer, rendez-vous en Page 3 de notre essai.


Essai Yamaha MT-10 SP 2017 : l'intelligence active


Esthétiquement pas de surprise par rapport à la version standard, c'est exactement la même à la différence du coloris qui se teinte d'argent avec des jantes bleues, inspirée de l'actuel R1M. Qu'on se le dise, nous faisions partie des sceptiques lors de sa sortie fin 2015. Une face avant tout droit sortie du film « Short Circuit» teinté de jaune fluo nous avait clairement laissés dubitatifs. Ce n'est que quand nous l'avons prise en main que le charme a opéré. Et il est vra,i ou on l'aime, ou on la déteste. La firme japonaise s'est lancée dans un pari esthétique, prenant le risque de voir un flop commercial au détriment d'une bonne partie cycle et d'un moteur tout droit sorti de la dernière génération de R1. Sous l'œil, le SP est de bonne facture, l'assemblage est propre, les finitions sont soignées même si certaines intégrations sont maladroites. Mais on aime le rappel bleu sur le sommet du réservoir.


Il y a plusieurs nouveautés majeures sur ce modèle : le SP correspond donc à la mise en place du ERS : Ölhins Electronic Racing Suspension, des fourches actives qui sont entièrement réglables. De quoi lui faire gagner encore plus d'efficacité à l'instant T. Et aussi un nouveau tableau de bord TFT, un Quick Shit System (QSS, passage de rapport à la volée, toujours la présence du Traction Control et des cartographies D-Mode. Le moteur CP4 ne change pas de la version standard.


Suspensions électroniques Öhlins (ERS)

Ce qu'il faut savoir, c'est que ces suspensions électroniques sont le fruit d'une collaboration entre Yamaha et Öhlins. Et ce n'est pas la première puisqu'il a déjà existé par le passé la R1 SP et la MT-01 SP. Il ne s'agit pas de la simple mise en place d'un système déjà existant. Dans les faits, la marque a placé une unité centrale (SCU) qui gère la compression et la détente des suspensions avant (NIX30) comme arrière (TTX36) et s'adapte en fonction du terrain et des contraintes de conduite (transfert de masse par exemple). Et pour le pilote, il aura 5 modes de réglages dont 2 prédéfinies : le A-1 (sport) et le A-2 (touring). C'est sur eux que nous nous sommes concentrés lors de notre essai. Il y a également 3 modes manuels qui permettront de choisir votre compression et votre détente. Idéal par exemple quand pour adapter un mode duo avec bagages.


Essai Yamaha MT-10 SP 2017 : l'intelligence active


L'écran TFT est spécifique lui au modèle SP. Très agréable à la lecture, il est complètement paramétrable via les menus. Il est d'ailleurs très bien conçu, car il y a deux types de navigation. Celle de surface qui permettra de changer les informations basiques sur l'écran (trip, mode de conduite etc…) et celle qui permettra d'entrer dans un menu spécifique pour l'ensemble des réglages de la moto et personnalisation jusqu'au bout la machine. En revanche, tout se fait à l'arrêt il ne sera pas possible de changer en roulant par exemple les cartographies moteur ou les modes de suspensions.


Essai Yamaha MT-10 SP 2017 : l'intelligence active


Sur le reste de la partie cycle et motorisation, on retrouve l'essence de la MT-10 actuel. Le moteur Crossplane de 160 chevaux à 11 500 tr/min pour un couple de 111 Nm à 9000 tr/min, il est issu de la R1 actuel mais avec la conservation seulement de 40% des pièces. Il développe l'essentiel de sa puissance sur les bas et mi-régime, mais annonce aussi une grande allonge. Il est posé dans un cadre Deltabox en aluminium. Pour un ensemble qui pèse 210 kilos sur la balance.


Essai Yamaha MT-10 SP 2017 : l'intelligence active


Côté électronique, en plus du TCC-T (traction control), du D-Mode (cartographie 3 modes), du A&S (antidribble) et de l'ABS, la SP complète sa panoplie d'un Quickshifter très efficace en mi et haut régime (au-delà des 5000 tr/min). On reste sur un montage plutôt classique sur les freins avec un double disque de 320mm à l'avant, étrier 4 pistons radiaux Yamaha et un simple disque de 220 mm à l'arrière avec étrier Nissin.


Portfolio (41 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire