Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Essai Yamaha XSR 900 2016 : sous ses allures de moto vintage

Dans Moto / Nouveauté

Essai Yamaha XSR 900 2016 : sous ses allures de moto vintage

La saga autour de la famille MT continue avec une nouvelle déclinaison de son fameux trois cylindres. Inspiré par l'univers Sport Heritage de Yamaha et de l'univers « Faster Sons », le XSR 900 monte encore d'un cran l'univers du Néo Retro de la marque. Mais avant même de la prendre en main, ce roadster s'affiche vite comme un paradoxe… À un tel point, que ce ne serait pas vraiment surprenant qu'elle supplante sa frangine MT-09.


C'est sur la désertique île de Fuerteventura, que Yamaha nous a conviés à découvrir son nouveau modèle. C'est au milieu de paysages aussi variés et aussi sublimes les uns que les autres que cette XSR s'est révélée à nous. Les plus sceptiques diront que ce n'est qu'un restyling de la MT-09, un habillage pour une nouvelle génération de motards. Il y a de ça effectivement, mais pas que…


Essai Yamaha XSR 900 2016 : sous ses allures de moto vintage


Lors de la conférence de presse, il a été évident que l'affiliation Yard Built et le mélange moderne et héritage est présent. Comme la 700, on regarde la partie basse, c'est du moderne, on regarde la partie haute, c'est de l'inspiration vintage. La XSR se veut comme un équilibre entre les performances, la simplicité, la customisation et le choix des matériaux d'origine. Les deux designers japonais en charge du projet ont particulièrement porté attention au réservoir (14 litres), sa conception a été entièrement été réalisée à la main et non de manière informatisée. Le résultat est sympa, mais en plastique… Quitte à jouer sur le look ancien, autant rester sur un réservoir en métal. Heureusement, il aura l'avantage de pouvoir se démonter facilement en 3 parties pour pouvoir le repeindre par exemple, sans avoir besoin de tomber la moitié de la moto.


Essai Yamaha XSR 900 2016 : sous ses allures de moto vintage


Sur le reste de la machine, Yamaha a porté attention aux matériaux utilisés comme l'ajout d'aluminium et travaillé sur des éléments de design comme les platines de cadre arrière, le pot d'échappement, le feu arrière et la visserie de réservoir. Elle est étudiée donc pour servir de base de préparation et les amateurs auront vraiment l'occasion de se lâcher avec les deux séries de 40 accessoires chacun qui pourront la transformer soit en Cafe Racer, soit en « Allrounder » (une version de voyage). Mais l'ensemble des personnes présentes sur la conférence de presse s'accorde à dire qu'elle a beaucoup de charme. En effet, le mélange des genres est agréable à l'œil et change des éternelles look « manga » des roadsters. L'ensemble est beaucoup plus harmonieux comme par exemple, l'intégration du radiateur qui tranche moins que sur la 700 (plus gros moteur oblige). Mon regard s'attardera sur la qualité de montage et de finition et ce clin d'œil des vieilles XS et le paradoxe de sa modernité. C'est d'ailleurs ce qui pourra être responsable de son succès comme de son échec. Les puristes la bouderont par le manque d'authenticité et les amateurs de gros roadsters pourront lui reprocher son look un peu trop sage. Nous, nous sommes conquis à sa cause…


Après la forme, le fond.

On pourra noter que les changements ne sont pas qu'esthétiques. Et ceux qui ont été déçus par la qualité de suspensions de la MT-09, devraient trouver leur bonheur sur le XSR puisqu'elles ont été retravaillées sur la fermeté et sont réglables en précharge à l'avant comme à l'arrière. Le triangle de position et la selle, plus haut de 15 mm, sont également nouveaux avec une forme d'assise plus ronde et un placement pour le pilote plus sur l'avant à cause de la grandeur du réservoir (+5cm). L'ensemble de ces changements lui fera prendre 4 kilos sur la balance par rapport à la MT-09 soit 195 kilos tous pleins faits (huile+essence). La hauteur de selle culmine à 830mm et la mise en garde pour les jambes courtes s'impose : elle ne sera pas à portée des petits gabarits, avec mon mètre soixante-douze, pas de soucis, je touche les deux pieds à plat. En revanche dès qu'on passe en dessous du mètre soixante-cinq, ça devient très compliqué, autant passer à autre chose.


Essai Yamaha XSR 900 2016 : sous ses allures de moto vintage


Sur l'électronique embarqué, en outre l'ABS et le Traction Control (TCS) réglable sur 2 niveaux, on pourra compter sur 3 cartographies « D-mode » qui offriront différentes qualités de conduite. Elles se présentent comme ça :


  • STD : mode standard
  • À : On peut le voir comme le mode Sport de la XSR. Sans changer le nombre disponible de chevaux, il permet d'avoir plus de nervosité à l'ouverture des gaz que le STD. Un mode, à l'usage, qui s'est révélé plutôt optionnel, puisque le standard est parfaitement étudié.
  • B : À l'inverse, le mode B offre plus de souplesse à l'ouverture et sur n'importe quel rapport. L'avantage de ce mode permet d'enrouler et de rendre la XSR plus casual. Idéal pour les balades bucoliques !

La sélection du mode peut se faire en roulant sur un bouton dédié côté droit du guidon. Le mode enclenché s'affiche sur le compteur LCD. Le bloc unique est agréable à l'œil et sa lecture est facile même à contre-jour. On y trouve en plus un tachymètre, un indicateur de rapport engagé, une jauge d'essence (pas toujours précise !), un trip total et deux partiels, température d'huile, un thermomètre, une horloge, l'affiche D-Mode et le niveau du TCS.


On notera également la présence de l'embrayage anti-dribble (A&S ) qui permet d'absorber le couple sur les rapports descendant. Il s'avérera indispensable avec l'usage du moteur trois cylindres.


Essai Yamaha XSR 900 2016 : sous ses allures de moto vintage


Portfolio (37 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire