Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Hesketh le retour ?

Dans Moto / Loisirs

Hesketh le retour ?

A la fin des années soixante-dix, un riche aristocrate anglais décide de construire une moto. Mais Lord Hesketh, puisque c'est de lui qu'il s'agit, ne veut pas entendre parler d'une motorisation provenant du pays du soleil levant. Et comme à cette époque, l'industrie motocycliste anglaise est on ne peut plus en sommeil pour encore quelques années, c'est ni plus ni moins dans les écuries du château que la moto sera fabriquée…


Bon ! Ne croyez-pas que notre fidèle sujet de sa majesté soit un hurluberlu. Enfin, si, un peu. Bon ! Ok ! Notre homme est « légèrement » déjanté. En effet, avant de se lancer dans ce projet ambitieux, Lord Alexander Hesketh a tenté l'aventure mécanique en montant tout simplement une écurie de Formule 1 en se passant de sponsors !!!. (voir à ce sujet l'article de notre confrère Lionel Froissart en cliquant ici). L'histoire a duré quelques années quand un éclair de lucidité lui a fait revendre son team avant de dilapider toute sa fortune.


Revenons à nos motos. La motorisation choisie à l'époque est un bicylindre à 90° de 1000cc (992,35 très exactement) à double arbre à cames en tête et quatre soupapes par cylindre. Le cadre est un treillis tubulaire ouvert réalisé en Reynolds 531. Particularité technique, l'axe du bras oscillant est aligné avec le pignon de sortie de boite, permettant ainsi une tension constante de la chaine (réglage par excentriques).


Moins de trois cents exemplaires seront produits au début des années quatre-vingts notamment à cause de problèmes de fiabilité qui viendront quelque peu refroidir les éventuels acquéreurs.


Hesketh le retour ?


Les modèles proposés en 2012 reprennent les éléments de l'époque, mais fiabilisés. Les jantes sont désormais à rayons pour faire plus « vintage » et la fourche provient de l'autre constructeur anglais Triumph. Reste qu'à un peu plus de 28 000 euros, il ne sera pas facile de convaincre, d'autant plus que la firme annonce un nouveau modèle pour 2013.


Toutes les infos sur: http://heskethmotorcycles.co.uk


Portfolio (1 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire