Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Essai Eccity Artelec 670 : design d'origine grec, assemblage en France

Dans Moto / Nouveauté

Essai Eccity Artelec 670 : design d'origine grec, assemblage en France

Fondée en 2011 par deux associés, la marque Eccity Motocycles commercialise depuis 2013 une gamme de scooters électriques baptisés Artelec. Le catalogue propose deux véhicules équivalents 125 (Artelec 670 et 870) ainsi qu'une machine équivalent 50 cm3 (Artelec 470). L'entreprise française jouit d'une usine localisée à Grasse dans le sud de la France et dotée d'une ligne d'assemblage. Il en sort une unité quotidienne environ, mais la production pourrait s'accélérer et passer à deux exemplaires à la fin de l'exercice 2016.


Si le segment électrique dans le monde de l'automobile connaît une forte expansion, il tend seulement à se démocratiser dans le secteur du deux-roues. Les constructeurs continuent d'élargir leurs offres malgré un manque évident d'infrastructures et l'absence d'aides de la part des collectivités locales. Dans la catégorie des scooters, BMW demeure un cran au dessus avec le C-Evolution qui fait largement la course en tête. Pourtant, d'autres marques poursuivent l'élargissement d'une gamme de véhicules à propulsion électrique : c'est le cas de l'Allemand Govecs mais aussi du français Eccity Motocycles avec l'Artelec aujourd'hui proposé à l'essai. En parallèle, la firme de Grasse étoffe son portefeuille de clients et travaille déjà avec de multiples entreprises. L'entité a récemment remporté l'appel d'offre lancé par la mairie de Paris : l'accord porte sur la livraison d'une flotte de 400 scooters Artelec 670 (notre modèle d'essai) venant renouveler le parc de véhicules thermiques. Ces machines équiperont les fonctionnaires de service.


En 2015, il s'est écoulé une cinquantaine d'unités. Signalons que la distribution et le développement du réseau s'effectue essentiellement par l'intermédiaire d'agents, mis à part la Grange à Scooters partenaire emblématique. Issu d'un châssis de scooter thermique (Arte), l'Artelec doit son esthétique d'un designer grec Kovos, (à qui l'on doit également la Toyota Yaris). Que l'on aime ou pas, le 670 ne laisse pas indiffèrent : osé, voire original, il ne passe pas inaperçu. L'ajustage des plastiques s'avère honorable et la finition qualitative, malgré la présence de nombreuses vis apparentes. La face avant englobe deux projecteurs superposés alors que le concept est poussé jusqu'aux feux arrière qui dépassent de la bavette enveloppante. Au chapitre pratique, l'Artelec propose le strict minimum : la soute que l'on ouvre via le contacteur ne peut loger qu'un demi- jet. Elle contient également le cordon de recharge sur secteur. La boite à gants intégrée au tablier verrouillable à clé dispose de deux compartiments bien utiles pour y placer des effets personnels, elle peut recevoir en option un port USB. En parallèle, une version mieux aménagée est disponible à 7990 € (soit 500 € de plus que le modèle standard) : le pack comprend un top-case suffisamment vaste pour accueillir un casque intégral, une extension de garantie, une bulle haute (montée pour l'occasion sur notre version d'essai), une prise USB et enfin une selle confort.


Essai Eccity Artelec 670 : design d'origine grec, assemblage en France


Le tableau de bord révèle une instrumentation classique sans superflu : ainsi trône sous les yeux du pilote deux cadrans superposés avec le compteur de vitesse à lecture analogique et un pavé LCD indiquant le niveau de charge de la batterie, ainsi qu'un totalisateur kilométrique total, mais pas de relevé partiel. Le comodo droit dispose d'une commande de marche arrière, qui peut-être utile lors des manoeuvres dans un périmètre restreint. Pour l'enclencher, il suffit de garder une pression sur le bouton et d'actionner simultanément la poignée d'accélérateur, certes le véhicule ne revendique que 150 kilos et son gabarit compact mais saluons la présence de ce système. L'utilisateur peut compter sur deux béquilles latéral et centrale pour le stationnement, la latérale fait office de coupe-circuit alors que la centrale ne brille pas par sa praticité lors des phases de déploiement.


Portfolio (27 photos)

Commentaires (3)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Le SP95 actuellement c'est 1.23€ le litre.   Les batteries ont 50.000km d'autonomie, ça fait (à 2.5L/100 de moyenne) soit 1.540€ d'essence pour réaliser ces 50.000km. Un PCX neuf (qui consommera peut être un peu moins que les 2.5 d'ailleurs) c'est 2.850€ soit au final 4.400€ contre 7.500 et vu le poids de la batterie il faut songer à mettre au moins une prise électrique dans son parking en sous-sol, pas gratuit dans les milieux urbains qui sont le lot des scooters de ce calibre. C'est vraiment pas encore au point financièrement les scoots électriques.

Par Anonyme

BONJOUR LA QUESTION DIRECTE ------OU PEUT-ON TROUVER L ADRESSE DE L'USINE A GRACE ET QUELS SONT LES DISTRIBUTEURS EN FRANCE MERCI DES REPONSES ROBERT POIZAT

Par Anonyme

Quand on achète un scooter presque 8000 € (avec les options. 1000 € de moins avec l'actuelle prime), on a besoin d'être rassuré sur la qualité du suivi. Une seule boite à Grasse... que va-t-il se passer si j'ai un problème majeur moi qui habite Poitiers ? Je viens de connaître cette expérience.  J'ai acheté un Artelec 670 d'occasion (7000 km, de 2014) à un particulier. Au bout de quelques semaines, le scooter a commencé à avoir des coupures régulières (extinction et rallumage, soit 10 sc de trou sans énergie). Eccity a tenté de résoudre le problème à distance en envoyant gratuitement un neiman de rechange mais sans résultat.  Comme le précédent propriétaire avait eu la bonne idée de souscrire une prolongation de garantie pour la batterie, Eccity a alors fait jouer cette garantie malgré le changement de propriétaire. Ils ont organisé le rapatriement du scoot à Grasse. Là, ils ont réparé la batterie et, en plus, installé certaines améliorations faites depuis la fabrication de mon modèle. Puis le scooter m'a été renvoyé, opérationnel et mis à jour. Le tout avec des appels et des mails réguliers pour me tenir informé. Et tout ça gratuitement !! Je n'ai jamais vu une telle qualité de suivi de produit, surtout d'occasion ! Du coup, je suis très confiant pour la suite.  Petit bilan après plus de 2000 km :   - un scooter nerveux et très agile - bonne tenue de route et très agréable à conduire  - vitesse max réelle d'environ 85km/h - pas de compteur journalier. Dommage pour un véhicule électrique    - parfait avec par exemple le tablier Tucano Urbano Scud-a-porter R010 pour rouler tout temps + manchons.  - et, donc, une grande confiance dans le produit et l'équipe qui est derrière ! Ca, c'est le GROS plus d'Eccity. Je ne peux que recommander !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire