Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Essai Moto Guzzi V7 Classic: Une partition bien connue

Dans Moto / Nouveauté

Essai Moto Guzzi V7 Classic: Une partition bien connue

Le symbole V7 chez Moto Guzzi ce n'est pas n'importe quoi. Il évoque le passage dans les temps modernes pour l'aigle de Mandello Del Lario, et c'était, déjà, à la fin des années soixante. La vision de Giulio Cesare Carcano venait de faire entrer la moto italienne dans l'ère du gros cube, avec un V-twin ouvert à 90° de 703cc. Un succès tant d'estime que commercial.


Depuis, la marque s'est parfois égarée et, cahin cahan a traversé les décennies, sans jamais vraiment réussir à économiquement s'enraciner durablement. L'arrivée de Piaggio a changé les choses et le rapace a repris de sa superbe en toilettant ses délicieux fondamentaux. Normal donc, que le concept de la V7 revienne en grâce et comme un ironique mouvement de balancier de l'histoire, le voilà même revenu sur le devant de la scène.


Balloté par les exigences d'un marché qui réclamait toujours plus de volume dans les formes, d'accessoires dans les lignes et de puissance dans les tripes, la nouvelle V7 arrive à présent dans un environnement qui recherche l'apaisement et une réaffirmation de ses valeurs dans un ensemble social qui les remet directement en cause.


Essai Moto Guzzi V7 Classic: Une partition bien connue


C'est à croire qu'elle ne pouvait pas mieux tomber, et il faut bien reconnaître que son physique simple et intemporel réhaussé par des coloris idoines remet opportunément les choses à leur place. D'ailleurs, elle annonce clairement les choses en revendiquant son identité “Classic” tout en n'ayant pas oublié de se doter de certains raffinements qui la rende accessible au plus grand nombre. Comme un bon vin ou un vieux cigare, elle propose de se savourer dans la plénitude et la sérénité, en promettant d'exacerber les sens.


L'adage qui veut que, décidément, c'est dans les vieux pots que l'on fait les meilleures soupes est-il ici vérifier ? Pour s'en convaincre, on s'en est payé une bonne louche du côté de Rome et il faut bien avouer qu'une fois le plat passé, on n'était pas les derniers à réclamer du rab.


Portfolio (23 photos)

Commentaires (2)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

j'ai eu l'occasion d'etre passager sur un V7 sport en 1982 à l'époque des 1000z , 900 bol , GSx 1100 et bien la guzzz qui avait déjà quelques années de vol : plus ou moins 10 années , en a "caissée" plus d'une dans les mains de jean-philippe .....mais la gueule de la moto avec une tete de fouche qui sétire au-dessus des cylindre plus la selle 1 place et demi ainsi que ses bracelets atipyque c'était une autre moto que celle présentée i c i !!!!!!!!!!!!!!

Par Anonyme

bonne moto en effet, j'en ai une et beaucoup de commentaire positif,

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire