Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Essai Yamaha SCR 950 2017 : une base relevée

Dans Moto / Nouveauté

Essai Yamaha SCR 950 2017 : une base relevée

De nos jours, il y a Scrambler... et il y a Scrambler. La SCR fait partie de la deuxième catégorie. Proposée à 9 999 €, elle appartient également à la famille de ces motos chères dont on attend beaucoup. Mais au fait, la SCR est-elle un Scrambler ?


La SCR950 est l'un de ces motos qui se prennent pour ce qu'elles ne sont pas. En l'occurrence un scrambler. Mais aussi l'une de celles qui mettent toute la bonne volonté du monde à le devenir. Alors, on peut essayer de croire à l'histoire contée aujourd'hui par Yamaha, le temps de voir. C'est ce que nous avons fait en nous rendant en Sardaigne, non loin de Cagliari. En cette fin mars 2017, nous avons parcouru les chemins et routes de l'île pour une balade à la mode rétro. Difficile à situer, la SCR950 se veut une néo rétro moderne mâtinée de XT500, bref, un modèle à part dans la gamme... Et le clip promotionnel un peu perché, diffusé lors de la conférence de presse, ne nous en apprend pas beaucoup plus.


Une base relevée

Essai Yamaha SCR 950 2017 : une base relevée


Lorsque l'on regarde cette SCR950, on se dit qu'il y a de l'idée. Si rien ne change réellement, des « détails » essentiels apportant l'esprit « Faster Sons » de la lignée Yamaha Yard Build. Deux ou trois éléments font immédiatement penser à la XV950 Bolt. En premier lieu, la cylindrée de 942 cm³ et une appellation 950 liée à un bicylindre en V. A refroidissement par air, simple arbre à cames en tête et boîte 5 vitesses, sa puissance raisonnable (38,3 kW/ 52,1 ch) en font un choix surprenant. Il dispose toujours d'une transmission finale par courroie, et bénéficie dorénavant d'une homologation Euro4. Le joli petit feu arrière rond, à Leds, tout comme l'optique avant de diamètre réduit, sont également repris à la XV950. Idem pour la très sommaire et très compacte instrumentation digitale (vitesse, heure, 2 trips, odomètre et basta). On commande l'alternance des indications depuis le guidon avec un petit bouton. Quant à la commande de clignotant, elle est « microscopique ». Pas idéal avec de gros doigts/gants, on en klaxonne !


Essai Yamaha SCR 950 2017 : une base relevée


La fourche simple et non réglable, même habillée de soufflets anti poussière, ne trompe pas son monde : c'est aussi celle de la XV950, avec son débattement de 130mm. L'amortisseur arrière, pour sa part, est à cartouche séparée, ce qui différencie du modèle de référence. Se pose du coup la question de la géométrie de la SCR, surtout avec cet angle de colonne prononcé (29°). La SCR950 apparaît naturellement comme un custom à pneus à pavés. Les jantes à rayons et pneus à chambre à air sont d'ailleurs chaussées par Bridgestone. Les Trailwing de 19 pouces par 100/90 à l'avant et 17 pouces pour 140/80 de large à l'arrière offrent une ligne sobre et sympa. Très.... scrambler !


Scrambler ou pas ?

Par définition, un scrambler offre une position de conduite dominante et décontractée. Le cadre double berceau tubulaire est ainsi surmonté par une boucle supérieure/arrière spécifique à la SCR. Remontée de 140 mm par rapport à la Bolt, elle porte la hauteur de selle à 830mm. Une selle originale elle aussi. Cette dernière se veut assez plate de forme, suffisamment large, mais peu épaisse. Elle évoque les trails maison des années 90. Tout comme le guidon très large, clin d'oeil aux trials de la marque, pour le coup. Équipé d'une barre de renfort pouvant être parée d'une mousse de protection/enjolivement, il est l'une des caractéristiques de la SCR. Monté sur des pontets amortis par silentbloc au niveau du té de fourche supérieur, ce cintre entend amortir petits chocs et vibrations. De quoi permettre à cette Scrambler de proposer des poignées typées cross. Sobre. Il oublie donc au passage les embouts de guidon. Prêts pour un guidage « à l'ancienne » ? Pièce maîtresse de la moto, le réservoir de 13 litres a fait l'objet de toutes les attentions. Il dispose d'une construction originale effaçant les soudures. Très XT dans l'âme, cette fois-ci et fort réussi. Il bénéficie plus encore de la peinture rouge parée de blanc/noir et bande rouge. Le coloris noir à liseré blanc, plus classieux et discret, évoque lui aussi le passé de la marque.


Essai Yamaha SCR 950 2017 : une base relevée


Plus trail que scrambler, l'échappement en position basse s'incline et élance la ligne. On remarque le travail fourni sur la grille de protection et sur la pièce située dans son prolongement. Elle évoque l'emplacement théorique de la ligne d'un scrambler, sans que cela n'aille plus loin. Curieux, et lié à la contrainte technique du cadre, de l'architecture de la moto et de l'ancrage de l'amortisseur. Il n'aurait simplement jamais pu sortir en position haute. Dommage. Ce pot est également l'occasion d'évoquer une autre différence par rapport à la Bolt : la garde au sol. Remontés à 145 mm, les repose pieds permettraient davantage de fantaisie, voire d'audace et de rythme en courbe rapide ou serrée. En reprenant cette base mécanique, la SCR950 atteint 252 kilos à sec... Amusant pour une moto dont on nous dit en conférence de presse qu'elle est faite pour la poussière et pour la boue. Dans l'esprit peut-être ?


Portfolio (29 photos)

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire