Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - LexMoto Pegasus 300 (2022) : la juste alternative.

Dans Moto / Nouveauté

Matthieu Brotel

LexMoto - « La mobilité au juste prix », vous connaissez ? Pas forcément, c'est logique, car la marque anglaise - créée en 2003 par Léon Xu - qui produit ses machines en Chine, n'est représentée sur le marché Français que depuis deux ans. Avec plusieurs scooters et différentes motos 125 cm3, le constructeur britannique immatricule pourtant aujourd'hui 14 000 véhicules par an de l'autre côté de la Manche. Un développement galopant, qui nous a donné l'idée à Caradisiac de tester le Pegasus 300, le dernier né des "scooters d'affaires" de la marque.

Essai - LexMoto Pegasus 300 (2022) : la juste alternative.

EN BREF :

Tarif de base : 4 600 €

Puissance : 26,1 ch (19,5 kW) à 8 000 tr/min

Poids en ordre de marche : 177 kg

Naturellement curieux d’essayer de nouvelles machines, c'est un peu médusé que je découvre le Pegasus béquillé au milieu d'autres scooters. Correctement construit, plutôt attirant par ses lignes et son gabarit, notre protagoniste se fond parfaitement dans le décor, bien loin de certains clichés douteux sur les machines chinoises. Avec ses lignes tendues et un regard full LED, le phare rappelle un peu le trident par les formes effilées de son éclairage de jour DRL. De côté, les flancs de carénage aux lignes taillées à l’équerre, apportent du dynamisme à l'ensemble alors que le cul de selle et son étonnant feux stop interpelle. Se terminant en pointe de chaque côté, celui-ci finalise avec élégance les volumes anguleux des carénages arrières et apporte un petit côté "masque de Dark Vador"… Si, si, regardez bien au niveau de la bouche sur ce masque, le dessin du feux s'en rapproche !

Excentrés par rapport au bloc phare, les clignotants délimitent l'avant des carénages grisés qui se terminent eux aussi en pointe.
Excentrés par rapport au bloc phare, les clignotants délimitent l'avant des carénages grisés qui se terminent eux aussi en pointe.
Ouvertes sur l'arrière, les poignées passager sont facilement préhensibles.
Ouvertes sur l'arrière, les poignées passager sont facilement préhensibles.

Cela étant, si les deux roues LexMoto sont fabriqués en Chine, le dessin et la conception des machines émanent du Royaume-Uni. Globalement, on retrouve une convenable finition générale avec des carénages bien ajustés, des plastiques aux finitions pas trop granuleuses et de beaux aplats de peinture blanc et argent uniquement (un peu limité comme choix !). Seuls quelques caches trop proéminents au niveau de l'échappement questionnent, alors que le train avant, attire, lui, avec ses mâchoires quatre pistons opposés à attaque radiale. Sous la selle enfin qui s'ouvre par l'avant, vous pourrez loger un grand casque et quelques affaires. D'une taille moyenne pour le segment, ce coffre impose de placer votre couvre-chef à l'envers, directement posé sur sa calotte externe… Gare aux rayures !

Sportivité des lignes générales.
Sportivité des lignes générales.
Placée dans un petit logement à l'arrière du coffre, la trousse à outils est bien fournie.
Placée dans un petit logement à l'arrière du coffre, la trousse à outils est bien fournie.

Après ce petit tour du propriétaire, il est temps de grimper sur la bête qui propose une agréable position de conduite. Malgré le large tunnel central et son réservoir d'essence juste en dessous, celui-ci n'est pas très compliqué à enjamber. À 860 mm sur la selle, on pose largement ses pieds au sol avec le petit mètre quatre-vingt de notre essayeur. Sur une assise confortable et bien galbée, on garde alors le bas du dos maintenu par un petit dosseret. Face à vous, avec les jambes peu repliées et les mollets disposés à la verticale, on peut placer ses pieds à plat sur le plancher du scooter ou sur des marchepieds surélevés positionnés en biais. Pratique. Plus haut, on a le buste droit et les bras repliés qui donnent sur un large guidon revenant un peu vers moi.

Essai - LexMoto Pegasus 300 (2022) : la juste alternative.

Au côté des très classiques commodos, vous retrouvez des maîtres-cylindres de frein avant et arrière à poussée axiale et leviers malheureusement non réglables en écartement. Au centre, légèrement en contrebas, un tableau de bord TFT de 12,5 cm de diagonale nous accueille alors que deux compteurs plus classiques à aiguille indiquent la vitesse et les tours par minute de part et d’autre de celui-ci. Lumineux avec quatre modes affichages, ce pavé central regroupe le classique des informations de conduite, sans plus (Il n'y a par exemple qu'un seul Trip). Sans électronique embarquée poussée sur ce Pegasus, vous ne pourrez pas y appairer votre smartphone, mais il sera possible en revanche de recharger votre téléphone avec la prise USB double présente à gauche, à l’intérieur du tablier.

Vous accédez aux fonctionnalités de l'écran TFT, par les deux boutons ronds situés juste en dessous.
Vous accédez aux fonctionnalités de l'écran TFT, par les deux boutons ronds situés juste en dessous.
Pratique pour recharger votre smartphone, mais malheureusement aucun vide-poche en vue…
Pratique pour recharger votre smartphone, mais malheureusement aucun vide-poche en vue…

Photos (32)

SPONSORISE

Derniers articles moto

Articles moto les plus populaires

Commentaires ()

Déposer un commentaire